POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mardi 6 février 2018

La prolifération des rats dans Paris, en lien avec les camps de migrants ?

Avec les grèves d'éboueurs, les squats et camps sauvages favorisent-ils une surpopulation de rats ?

Les grèves du ramassage des ordures

Résultat de recherche d'images pour "rats tas ordures trottoirs"

Résultat de recherche d'images pour "alerte a paris film streaming"
Alerte à Paris, film de 2006 : attirés par les détritus accumulés au cours d'une grève des éboueurs,  des rats envahissent la capitale et attaquent les passants dans la rue. Laurence, chef du service des maladies infectieuses, se retrouve rapidement confrontée à des individus présentant une pathologie nouvelle : une sorte de méningite fulgurante dont la source pourrait être l'apparition des rongeurs.

Septembre 2016 : mise en cause des squats.

Résultat de recherche d'images pour "rats poubelles trottoirs"Il y a dix ans, il y avait aujourd'hui près de deux rats par Parisien.  Pour lutter contre "l'augmentation récente de la présence de rats", la municipalité fit fermer, entièrement ou partiellement, plusieurs espaces verts 

dont le célèbre Champ-de-Mars au pied de la Tour Eiffel pour affamer les rongeurs afin qu'ils mordent dans les appâts disséminés. La mairie de Paris reconnaît que les rats pullulent dans la ville. On recense alors près de 4 millions de rongeurs dans les rues et les parcs de la capitaleLa mairie se lance des opérations de dératisation et ferme plusieurs espaces verts.

Carte des parcs et jardins temporairement fermés au public en 2016

D'autres lieux, tel que le square de la Roquette (15.920 m2) dans le XIe arrondissement et le terre-plein du boulevard Richard-Lenoir (abritant le long marché de la Bastille et recouvrant une partie du canal Saint-Martin, Paris Xe, lieu de manifestations et de campements, dont celui, ci-contre, des SDF pris en charge par les 'Enfants de Don Quichotte', 2009-2010) devaient être traités à leur tour dans les prochains jours.

En 2016, des migrants afghans squatteront le  canal Saint-Martin, sur le quai de Jemmapes (Xe), en contrebas de la rue Louis-Blanc, aiguillés par des associations déjà présentes dans les environs de la gare de l'Est, les habitants du quartier dénonçant avec ce nouveau camp de 100 et 150 hommes jeunes en village de tentes un risque sanitaire.
Le campement de migrants de Stalingrad a été évacué
le 4 novembre 201, comme des dizaines d’autres avant lui.
Près de 3 000 personnes s’étaient installées sur les trottoirs de ce quartier, entre les stations de métro Jaurès et StalingradMalgré les opérations successives de démantèlements, le campement s’était reconstitué rapidement au cours des semaines suivantes, disséminé sur plusieurs centaines de mètres, sous le métro, près du canal Saint-Martin et surtout sur le terre-plein de l’avenue de Flandre où se regroupèrent des migrants, notamment des Soudanais et des Erythréens.

Les campements sauvages constituent un risque sanitaire
Le campement de migrants de la Chapelle, dans le 18e arrondissement de Paris, lundi 1er juin 2015.
En juin 2015, plus de 350 migrants, essentiellement originaires d'Afrique de l'Est, étaient installés depuis plusieurs mois sous le métro aérien, à la station La Chapelle, à Paris. Ce camp a été évacué mardi 2. Une opération qui répond à "une exigence sanitaire", a justifié sur France Info la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine. 
Résultat de recherche d'images pour "rats  trottoirs"
"Les campements sont des lieux qui, en termes d'épidémies, en termes sanitaires, sont toujours des risques (...), d'abord pour ceux qui y habitent. Donc le démantèlement de ce camp répond a une exigence (...) sanitaire", a déclaré la ministre, interrogée sur l'intervention des forces de l'ordre.
Des solutions sont aussi à chercher dans une "politique qui permette aux migrants de rester chez eux dans des conditions satisfaisantes et de ne pas se retrouver dans des campements qui sont insalubres et pas toujours dignes de ce que l'on peut attendre pour vivre dans l'un de nos pays", avait ajouté la ministre socialiste de Hollande.
VOIR et ENTENDRE la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, évoquer le risque :


Les campements sauvages sont-ils une cause d'insalubrité publique et de prolifération des rats ?


Résultat de recherche d'images pour "alerte a paris rats"
Pour alerter la Ville de Paris sur la prolifération des rats, un éboueur a filmé des rongeurs grouillants dans une benne à ordures.

Au moyen d'un téléphone portable, on constate qu'
une benne à ordures contient une masse incalculable de rats. Cette vidéo choc a été filmée sur les berges de Seine entre le Musée d'Orsay et le pont Royal par un employé de la Ville de Paris en charge de la propreté et diffusée par Le Parisien, le 9 décembre dernier. "Depuis un an, on constate une prolifération des rats dans tous les arrondissements qui bordent la Seine", révèle-t-il au quotidien. 

Les employés de la mairie veulent témoigner de l'ampleur de l'invasion. Ces images attestent la réalité du problème auquel ils sont confrontés quotidiennement et la dégradation de leurs conditions de travail. L'employé interrogé par le journal raconte qu'un rat a notamment "sauté à la gorge" d'une de ses collègues. 


Image associée
Le tri sélectif

Pour enrayer la prolifération de ces rongeurs utiles au nettoyage de nos égouts, les éboueurs pointent les ...restaurateurs des berges de Seine, leur conseillant  de bien jeter leurs déchets dans les bennes prévues à cet effet pour que les détritus n'attirent pas les rongeurs en surface. "Les restaurants ont une quinzaine de bennes à leur disposition, certains laissent tout de même des sacs-poubelles à l'extérieur", fait encore valoir l'éboueur. Les riverains sont-ils des citoyens plus responsables ?... Et les plus défavorisés qui vivent dans la rue ?


Résultat de recherche d'images pour "rats tas ordures trottoirs"Consciente du problème, la Ville de Paris explique avoir investi 1,5 million d'euros dans la chasse aux nuisibles, dont les rats, qui se déplacent de plus en plus à la surface de la ville, notamment pour financer des dératisations dans les jardins.

Sur son site, la Mairie reconnaît qu' "éradiquer complètement l’existence de ces rongeurs s’avère impossible", mais écrit agir pour les empêcher de sortir des égouts, en tentant d'éliminer ceux logés dans les sous-sols des immeubles bâtis ou dans les zones en travaux et en "ciblant drastiquement" ceux qui voient en surface.
Anne Hidalgo n'envisage pas que les squats puissent être mis en cause.


Antoine-Jean Gros - Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa.jpg
Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa, A.-J. Gros

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):