POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 21 février 2018

Les hôpitaux de Marseille ont obtenu une aide d'urgence de 9 millions d'euros

Les hôpitaux de Marseille auront les moyens de rattraper le retard accumulé

Jean-Claude Gaudin, 
Renaud Muselier et Martine Vassal 
ont pu faire l'annonce après une entrevue avec la ministre de la Santé

"La ministre nous a confirmé que le gouvernement portera une attention toute particulière à l'APHM (...). Elle nous a annoncé que nous sommes en droit d'attendre le montant maximum possible", ont annoncé dans un communiqué commun le sénateur-maire de Marseille,  le président du Conseil régional et  la présidente du département, tous Les Républicains. 
L'AP-HM, troisième groupe hospitalier de France, compte parmi les établissements les plus endettés de l'Hexagone et mise sur un plan de modernisation cofinancé par l'Etat.
Fin janvier, ce projet avait été déclaré éligible par le Comité interministériel de performance et de la modernisation de l'offre de soins (Copermo), ce qui ouvre, selon l'Agence régionale de santé (ARS), "la perspective de reconfigurer et de rénover d'ici 2024 l'ensemble des services d'hospitalisation et de consultation des hôpitaux de la Timone, de la Conception et de Nord".
 
Le gouvernement a affecté une aide d'urgence de 9 millions d'euros à l'Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille, ont-ils annoncé mardi.
L'ARS Paca a pris la décision d'allouer, à titre exceptionnel, une dotation de 7,5 millions d'euros destinée à financer une première phase d'investissement prioritaire.

Les élus marseillais ont également insisté auprès d'Agnès Buzyn sur "l'inégalité existante quant à l'indemnité de résidence, qui est appliquée pour Lyon et Paris, mais pas pour Marseille". L'AP-HM verse chaque année 8,5 millions d'euros à ses agents pour les aider à se loger, mais l'Etat ne remboursait pas cette prime aux CHU de Marseille, à la différence  des CHU de Paris et de Lyon, villes socialistes.

Les syndicats évoquent des craintes de suppressions de personnels comme condition de la réalisation de ce plan de modernisation, mais Renaud Muselier, Martine Vassal et Jean-Claude Gaudin se sont félicités de ce déblocage d'une situation inégalitaire voulue par les instances socialistes et se sont réjouis de surcroît que la ministre ait "donné son accord de principe pour une visite à Marseille".

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):