POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mardi 27 février 2018

Macron mal-aimé : chute de popularité pour le couple exécutif

Une baisse de 6 points pour Macron    , un trou d'air, selon l'AFP

Les cotes de popularité d'Emmanuel Macron et d'Edouard Philippe chutent respectivement de 6 et 7 points en un mois

Macron, désabusé
Leur impopularité atteint son plus bas niveau depuis leur entrée en fonction en mai 2017, selon un sondage Odoxa diffusé mardi.
 
Moins d'un Français sur deux interrogés pense - à 43% (-6) - qu'il est "un bon président de la République" : le chef de l'Etat perd un total de 11 points depuis décembre. Une nette majorité (57%, +7) juge sa politique négativement.
L’impact de la réforme sur la CSG est palpable, notamment chez les retraités : Emmanuel Macron et Edouard Philippe perdent chacun 9 points auprès de cette catégorie en un mois.
L'annonce de la limitation à 80 km/h sur les routes départementales ou de la possible suppression des petites lignes de chemin de fer fait que 69% des Français jugent le Président éloigné des préoccupations de lFrance rurale.
L'exécutif paie le prix de mesures impopulaires et imposées par la forcepar voie d'ordonnances, comme le sera la réforme de la SNCF,  pour ne tenir aucun compte du Parlement. 
Emmanuel Macron se situe désormais 1 point en dessous de sa cote de septembre/octobre (44%), jusqu'alors son plus bas niveau, selon cette enquête pour L'Express, La Presse régionale et France Inter.

Macron entraîne le Premier ministre dans sa chute

Edouard Philippe perd pour sa part 7 points, avec 43% également d'opinions favorables. 56% (+7) jugent désormais son action défavorablement
Emmanuel Macron perd notamment en popularité dans l'opposition, auprès des sympathisants de gauche hors PS (-6), de ceux de droite (-4) et du Front national (-10). Edouard Philippe perd sur l'ensemble de l'électorat, hormis les proches de La République en Marche (+5).

Les personnalités en hausse ce mois-ci sont en tête Nicolas Hulot (36%, +2), Alain Juppé (34%, +1), Jean-Luc Mélenchon (30%, +4) et Nicolas Sarkozy (28%, +4). Gérard Collomb perd 3 points à 20% et Laurent Wauquiez n'en perd qu'un seul, à 14%.

Enquête réalisée en ligne les 21 et 22 février auprès de 973 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 1,4 à 3,1 points.

1 commentaire :

  1. Macron est en train de jouer une phase électorale des plus perfides : se remettre bien avec les retraités qu’il avait malmenés jusqu’à maintenant.
    En accord avec le Satan Castaner qui devait annoncer une autre mauvaise nouvelle pour les retraités, une taxe sur les successions, le produit des économies de nombreuses personnes âgées qu’elles allaient laisser à leurs enfants, Macron, bon Prince a déclaré qu’il ne fallait « plus emmerder les retraités ». Un sketch à la Coluche ou un vaudeville : le méchant se pointe avec d’horribles intentions et fait peur au public. Arrive sur son fougueux cheval, le Prince charmant qui délivre les manants de cette malédiction. Puis quelques mesurettes envers des retraités en grande difficulté et le piège est tendu !
    C’est de la récupération politique pour les Européennes.
    Macron ainsi pense remonter dans les sondages et faire revenir à lui pour les européennes son troupeau de moutons égarés et mécontents.
    Après le bisou bisou avec Mélenchon pour attirer à lui ces imbéciles d’Insoumis et une approche avec les LR, Macron vient d’élargir son champ d’opération et d’augmenter ses possibilités de mener aux élections.
    Mais il faut bien comprendre les propos malhonnêtes de notre perfide président :
    « Macron refuse d'y toucher pendant sa présidence, Castaner en «prend acte», ce qui veut dire en termes très clairs : bande de cons, votez encore pour moi en 2022 et alors élu pour un deuxième mandat, je vous assomme avec une nouvelle arnaque. Mais c’est ce qu’avait dit exactement Macron pendant sa campagne électorale : il allait augmenter la CSG des retraités, ainsi diminuant leurs revenus pour aider les jeunes qui travaillent. Les nantis pouvaient le faire mais beaucoup, soit sourds ou aveugles n’ont rien vu venir.
    Va-t-on assister à la même comédie en 2022 où la majorité des vieux vont encore se laisser embobiner par Macron. Mais cette fois-ci, vous êtes prévenus et vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas !
    Les classes populaires et les classes moyennes seront les seules visées par ce changement sur les successions. Ce qu’ils ont mis de côté à force de sacrifices deviendra la cible des services fiscaux. Là un petit appartement, ici une modeste maison et peut-être quelques milliers d’euros sur un livret A, serviront à accroitre les impôts tandis que les milliardaires, les potes à Macron trouveront tous un « loophole » pour échapper à la ponction prévue. Au nom de la réussite dans la carrière, les propriétaires de millions d’actions, déjà épargnés par l’impôt sur la fortune ( ISF) en le remplaçant par l’IFI, le seront aussi pour les successions par le simple raisonnement de Macron : eux seuls apportent la richesse au pays et permettent ainsi le « Trickle down » ( ruissellement) vers les pauvres et les classes moyennes.
    Béatement, les yeux tournés vers le ciel pour remercier leur bon et grand seigneur, les anciens retrouveront le chemin des urnes et ce sera un nouveau miracle pour Macron. Il sera réélu pour un deuxième mandat après avoir remporté les européennes.
    A se demander comment il est facile de manier les foules. Macron en est devenu expert et par petits coups de pub, il montre qu’il va s’occuper des pauvres avec son plan, des communistes avec sa visite à une veuve, des Insoumis avec son entente cordiale avec Mélenchon et désignât son seul ennemi : le RN et Marine Le Pen, espérant ainsi avant le premier et UNIQUE tour de rallier le maximum d’électeurs hostiles à la droite RN.
    Si le scénario se déroule comme le deuxième tour des élections présidentielles, Mélenchon, les socialistes, les communistes, une partie des LR, constatant que leur vote ne servirait pas à grand chose, iront directement aux candidats « En marche ».
    Je ne sais combien de retraités liront cette chronique mais soyez vigilants en évitant de voter pour Macron. N’oubliez pas que les députés européens sont élus en proportion des résultats de leur parti.

    RépondreSupprimer

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):