POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mardi 25 mars 2008

Le Nouvel Observateur désavoue Airy Routier: le"SMS n'a pas existé effectivement" !

Perdriel lève un coin du voile sur la manipulation par Airy Routier
Claude Perdriel, 82 ans, PDG co-fondateur du Nouvel Observateur, estime, dans un entretien au Monde daté de mercredi, que son hebdomadaire a "fait une erreur" en publiant une pseudo information sur un SMS attribué à Nicolas Sarkozy.

Rappel des faits
Le président de la République avait déposé une plainte le 7 février pour "faux, usage de faux et recel" contre le site internet du Nouvel Observateur, selon lequel le chef de l'Etat aurait envoyé à son ex-épouse Cécilia, huit jours avant son mariage avec Carla Bruni le 2 février, le SMS suivant: "si tu reviens, j'annule tout".
Airy Routier a présenté ses excuses à la nouvelle épouse du président. Nicolas Sarkozy a alors accepté de retirer sa plainte le 19 mars et l'affaire a depuis été classée sans suite par le parquet de Paris. Airy Routier, interrogé la semaine dernière, avait joué sur les mots et, de façon malsaine et contraire à la déontologie -mais à la morale individuelle aussi bien- avait cependant insisté sur le fait qu'il "maintenait totalement (sa) position" sur l'authenticité du SMS.

L’authenticité ne serait pas en cause, mais la chronologie !
La manipulation vicieuse résiderait en effet dans la tromperie sur les dates. Le SMS, que personne n’a vu et ne peut produire, aurait cependant existé, à l’époque de la première séparation du couple privé Nicolas-Cécilia, mais aurait été sorti au moment des élections et du remariage présidentiel. En le détournant de son sens en en modifiant la date d'expédition, il s'agissait de nuire un maximum. Ce n’est pas malsain, mais odieux.
Benoîtement, avant de lâcher la place, le noble vieillard du Nouvel Obs bat sa coulpe faiblement, mais dans le genre faux-cul et vicelard. "L'Obs a fait une erreur, car c'était un SMS d'ordre privé qui, à mon avis, n'a pas existé effectivement. En tout cas pas à ce moment-là", déclare pour sa part Claude Perdriel. Il n'est pas beau?

Dans un vieux réflexe professionnel qui l’apparente à son employé, Perdriel s’écarte du sujet pour se poser à son tour en … victime d’une machination ! Il juge en effet que "cela ne justifie pas les propos" de Carla Bruni-Sarkozy sur le titre, "sauf si cela fait partie d'une campagne de déstabilisation du Nouvel Observateur, journal libre et de gauche". Il a une notion très honorable du 'juste' ! Versons un pleur : les gens sont méchants ! Surtout à droite, car à gauche, on est détenteur de la morale et de l'Histoire...
Mais libre de quoi, au fait ? La liberté de la désinformation et de l’intoxication ? La liberté n’a-t-elle pas des devoirs ? La gauche nous en a fait voir d’autres, certes, mais sort encore plus petite de ce type de procédé ? Plus morale aussi?
Bien que cette militante de gauche s’en soit excusée, Perdriel revient sur une partie des propos de Mme Bruni-Sarkozy qui avait assimilé dans le Monde Le Nouvel Observateur à un "magazine trash" : rien à redire à çà; pourquoi l'en blâmer !
Elle s'était légitimement interrogée dans L'Express de savoir " si ce genre de sites avaient existé pendant la guerre, qu'en aurait-il été des dénonciations de juifs?" Toute vérité n’est donc pas bonne à dire ? Ce qui est permis à la noblesse de plume serait-il interdit au commun des mortels? Les victimes recourent parfois aux procédés de leurs bourreaux, comme les enfants qui reproduiraient les schémas de leurs parents. Psycho à deux sous !

Perdriel a le cœur bien accroché, mais la presse à la française fait peine et donne la nausée à quiconque conserve un peu d’honneur. Il n'aura pas réussi sa sortie.
Et Airy Routier est toujours là ? Pourquoi condamner les auteurs de crimes de sang si les meurtres psychologiques restent impunis ?

2 commentaires :

  1. Toujours pareil...

    D'abord, nuire autant que possible en inventant les pires mensonges, en disant du mal, en diffusant des abominations.

    Ensuite, se faire passer pour une victime d'un "dictateur" "fou" et "dangereux" qui chercher à "déstabiliser" la presse, "détruire" le PS, "assassiner" la "liberté d'expression" et les journalistes, ...

    Toujours le même vocabulaire immonde, lâ même rhétorique haineuse.

    RépondreSupprimer
  2. Airy Routier est connu pour ses coups foireux et il
    aime regarder et écrire sur des sujets qui relèvent
    plus de la presse people que de la presse dite sérieuse
    Avec lui le nouvelobs s'est déconsidéré

    RépondreSupprimer

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):