POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

Ce blog est actuellement soumis à des difficultés "techniques" inédites en dix ans:
elles laissent augurer sa disparition prochaine,
"à l'insu de son plein gré"...

Accessoirement, grâce à la complicité active de quelques fidèles, je constate que
tous les articles comportant le mot 'Macron' en titre sont bloqués au compteur !

lundi 3 septembre 2007

Des professeurs sont ‘prêtés’ aux frais de la collectivité

Le ‘para-scolaire’ et la mutualité sont gourmands en enseignants


Ce que ne dira pas la Cour des Comptes, constituée de paisibles magistrats aussi intègres que pusillanimes, c’est que les syndicats sont de gros consommateurs de professeurs dans les rectorats, les mutuelles enseignantes et les ‘œuvres’ dites ‘laïques’.

Les magistrats de la Cour des Comptes soulignent la diversité des situations des fonctionnaires prêtés

Le maquis des professeurs mis à disposition

Parmi les enseignants qui ne voient pas d'élèves, la Cour s'est intéressée à ceux qui ont été mis à disposition d'autres institutions. Les magistrats ne cachent pas leur étonnement à la vue des conditions dans lesquelles étaient prêtés ces personnels. On retrouve des professeurs dans des univers très différents : Fondation Jean-Jaurès, associations de parents d'élèves (Peep et FCPE), Association des marais mouillés du Poitevin, chaînes de télévision (TV5), associations culturelles ou sportives (rugby, Association du Québec...), mutuelles comme la MGEN, fondations comme celle de Nicolas Hulot ou encore l'Institut François-Mitterrand et celui du Monde arabe. A titre d’exemples , car la liste est extrêmement incomplète et, pour tout dire, confidentielle !

La Cour n'a pas été jusqu'à contrôler la réalité de ces emplois ! Les magistrats ont cependant été surpris par la diversité des situations de ces mises à disposition. Certains bénéficiaires ont signé des conventions avec l'Éducation nationale. D'autres, comme la Cité des sciences qui en accueille 47, remboursent rubis sur l'ongle le traitement des fonctionnaires prêtés. Enfin certains employeurs [dont l’identité est pudiquement dissimulée) se voient gratifiés d'une main-d'œuvre gratuite et exonérée de charges sociales. Le rapport relève ainsi le cas d'une association touristique du centre de la France qui emploie un professeur certifié depuis le 1er janvier 2003 et ne débourse pas un sou pour ses compétences. Et combien d’autres abus ?

Que font les professeurs qui ne sont pas devant leurs élèves

26 500*

Enseignants hors secondaires ou hors ministère de l'Éducation nationale

26 000 dans les Instituts universitaires

de formation des maîtres, les formations pour adultes, dans les prisons...

18 000*

Enseignants non présents dans les classes mais exerçant des activités pédagogiques

550 en surnombre dans leur discipline

1 400 enseignants en réadaptation (mi-temps thérapeutique...)

650 enseignants en réemploi au CNED**

7 050 en décharge de leurs cours car ils dirigent une école

4 500 en décharge de leurs cours pour des missions d'animation sportive au sein de leur établissement, ou pour des interventions extérieures ponctuelles...

500 mis à disposition et prêts de personnel

3 350 conseillers pédagogiques

32 000 *

Enseignants sans classe et sans activité pédagogique

1 000 remplaçants incapables d'enseigner (non immédiatement disponibles pour un poste par exemple car ils remplissent une mission)

1 900 en surnombre dans leur discipline

700 enseignants en réadaptation

900 mis à disposition

3 100 enseignants affectés à des fonctions administratives

1 400 en décharge syndicale (sommes des heures)

7 800 en décharge statutaire hors animation sportive (des heures de laboratoire, de documentation,

de préparation diverses)

1 700 en décharge pour animation sportive

4 000 en décharge non statutaire

9 500 remplaçants inoccupés

21 000*

Enseignants temporairement hors du système éducatif

21 000 enseignants en service détaché hors enseignement et en disponibilité

* Équivalents temps plein

** Centre national d'éducation à distance

Source : Le Figaro, 12/13.03.2005

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):