POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

dimanche 18 mars 2018

SNCF: le calendrier des grèves qui vont nous gâter la vie

Les cheminots optent pour un système de grèves déstabilisant au maximum

Les syndicats de la SNCF ont appelé à une grève "deux jours sur cinq" du 3 avril au 28 mai. 


Selon le calendrier, 36 jours de grève sont prévus jusqu'à la fin du mois de juin.Tout est fait pour que tous les usagers soient perturbés. Mieux vaut consulter le calendrier des troubles. 
Les quatre organisations syndicales représentatives de la SNCF (CGT, CFDT, Unsa, SUD) ont appelé à une grève de 36 jours à partir du 3 avril, date à laquelle devrait commencer l’examen parlementaire de la loi d’habilitation permettant au gouvernement de réformer la SNCF par ordonnances. 

Cette méthode - assez peu citoyenne ! - de contestation aussi innovante (selon Didier Aubert, CFDT Cheminots, 4e syndicat) que vicieuse, n'est pas totalement inédite puisqu'elle est pratiquée par Sud, syndicat révolutionnaire. Elle consiste à cesser le travail pendant deux jours et reprendre le boulot trois jours suivants, avant de reprendre le mouvement de contestation. C’est ce que l’on appelle la grève "deux sur cinq". 
Une nouvelle intersyndicale est prévue le 21 mars afin de préciser les modalités de la mobilisation cheminote. 

"Une mauvaise nouvelle, une mauvaise chose pour les 4,5 millions de Français qui prennent le train tous les jours,"estimé le patron de la SNCF Guillaume Pepy au journal télévisé du soir de TF1, estimant la grève "un peu décalée par rapport à la concertation qui est engagée" avec le gouvernement. La ministre des Transports Elisabeth Borne a déploré sur BFMTV une "décision qui manifestement vise à pénaliser les usagers", la jugeant "incompréhensible".
Dans la matinée, les dirigeants de la SNCF lui avaient remis un "programme de travail" contenant sept piliers, bases du "projet stratégique" qu'ils doivent présenter en juillet. 
Guillaume Pepy avait expliqué qu'il comptait négocier avec ses troupes un "pacte d'entreprise", comme La Poste l'a fait en 2015.

De son côté le gouvernement compte bien poursuivre la concertation. 
Le Premier ministre Edouard Philippe a demandé à la SNCF d'"aligner ses coûts sur les standards européens", quand "faire rouler un train en France coûte 30% plus cher qu'ailleurs". 
La ministre des Transports, Élisabeth Borne, a déploré une "décision qui manifestement vise à pénaliser les usagers", la jugeant "incompréhensible". Avant d’opposer aux "deux jours sur cinq" des négociations "sept jours sur sept". A cela près, que ce que le pouvoir appelle 'négociations' est, tout au plus, une "concertation', avant loi d'habilitation et ordonnances.

"L'intersyndicale constate que le gouvernement n'a aucune volonté réelle de négocier"

Il "porte la responsabilité (d'un) conflit intensif sur une très longue durée", a déclaré Laurent Brun, secrétaire national de la CGT Cheminots, principal syndicat de la SNCF, après plus de deux heures de réunion avec les trois autres syndicats représentatifs du groupe, l'Unsa, SUD-Rail et la CFDT Cheminots.

Des mouvements sociaux se profilent déjà le 22 mars : une mobilisation de la fonction publique, une grève de la RATP et une première mobilisation des cheminots
Au regard des annonces de l’intersyndicale, voici le calendrier prévisionnel des grèves du 3 avril au jusqu’au 28 juin, soit 36 jours déjà programmés :
- Mardi 3 avril, mercredi 4 avril, dimanche 8 avril, lundi 9 avril, vendredi 13 avril, samedi 14 avril, mercredi 18 avril, jeudi 19 avril, lundi 23 avril, mardi 24 avril, samedi 28 avril, dimanche 29 avril
- Jeudi 3 mai, vendredi 4 mai, mardi 8 mai, mercredi 9 mai, dimanche 13 mai, lundi 14 mai, vendredi 18 mai, samedi 19 mai, mercredi 23 mai, jeudi 24 mai, lundi 28 mai, mardi 29 mai
- Samedi 2 juin, dimanche 3 juin, jeudi 7 juin, vendredi 8 juin, mardi 12 juin, mercredi 13 juin, dimanche 17 juin, lundi 18 juin, vendredi 22 juin, samedi 23 juin, mercredi 27 juin, jeudi 28 juin
  - Aucun(e)
Ce type de mobilisation vise à engager un "conflit marathon", a expliqué sur franceinfo Rémi Aufrère-Privel, secrétaire général adjoint de la CFDT Cheminot, proche du PS, le 16 mars. "On ne pense pas que pour convaincre le gouvernement il faille un sprint". Le syndicaliste a évoqué également "la nécessité de gêner sans trop gêner les usagers". Réformiste et humaniste ?

Les révolutionnaires trotskistes de SUD Rail (3e) souhaite que les salariés grévistes décident
eux-mêmes en assemblée générale le 4 avril s'ils veulent une grève reconductible tous les jours ou "s'ils s'inscrivent dans ce calendrier". Le syndicat "posera un préavis de grève reconductible pour permettre aux salariés de décider", a indiqué son porte-parole Erik Meyer.
SUD Rail a déjà déposé seul un préavis de grève (du 21 mars à 20h au 23 mars à 08h) pour "permettre aux cheminots de participer" à la grande manifestation du 22 mars. 
La CGT prévoit aussi des préavis de grève locaux. 
Et en Ile-de-France, trois des quatre syndicats représentatifs à la RATP appellent à la grève le 22 mars pour soutenir les cheminots.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):