POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

jeudi 30 octobre 2014

Une maire-adjointe musulmane PS refuse de marier un couple lesbien: elle est contrainte de démissionner

Le PS divisé sur le mariage entre personnes du même sexe

La loi Taubira, dite du mariage pour tous,
 fait des remous en milieu PS
Une adjointe à la Famille au maire socialiste du 15-16e arrondissement de Marseille a dû démissionner de la délégation dont elle avait la charge pour avoir refusé - en août dernier - de marier un couple lesbien, apprend-on ce jeudi 30 octobre dans La Provence. 

Samia Ghali reconduit sa conseillère municipale, Sabrina Hout, à la frontière de sa mairie d'arrondissement. La jeune femme a dû renoncer à son poste d'adjoint en charge de la Famille il y a quinze jours. Elle "ne marie plus non plus, et ne touche donc plus aucune indemnité", précise au quotidien régional la maire du secteur, Samia Ghali, unique mairie socialiste de la ville.

Cette élue a subitement fait faux bond, laissant la responsabilité d'assurer la cérémonie à un autre édile non habilité.
Le mariage homosexuel en question doit donc être prochainement annulé.  Le Parquet de Marseille a depuis ouvert une enquête préliminaire pour "faux", car les actes de mariage, les registres et les livrets de famille ont tout de même été signés par Sabrina Hout (photo ci-dessus)...

Liberté de conscience réprimée par la nouvelle législation

Cette jeune conseillère municipale d'origine tunisienne "a expliqué qu'elle ne se sentait pas très bien" au moment de célébrer le mariage de deux femmes d'une cinquantaine d'années, Claude et Hélène,"alors qu'elle avait assuré d'autres mariages ce samedi 16 août". 
Un autre élu, un homme, avait dû célébrer l'union au pied-levé alors qu'il n'était pas administrativement habilité à le faire.
Des adjoints entendus pour cette enquête préliminaire ont dit que la conseillère municipale avait évoqué ses convictions religieuses - elle est de confession musulmane - pour refuser de marier le couple. 
"Je m'en serais bien passée. J'ai été en colère parce qu'on n'a jamais eu ce genre de problème. Après, je reste persuadée que ça n'est pas pour elle qu'elle a agi de la sorte...", raconte toutefois la sénatrice-maire de Marseille Samia Ghali à La Provence.
La réaction de la 11e adjointe était pourtant courue d'avance quand on connaît la position de l’islam sur l’homosexualité. Les propos de Dalil Boubakeur, en janvier 2013, en témoignent : […] "La religion musulmane rejette formellement l’homosexualité en tant qu’orientation, mal vue et condamnée dans les textes sacrés." […]
La conférence des présidents du Tribunal de Grande instance de Marseille recevra mardi prochain les conclusions du Parquet sur cette affaire. 
L'audience civile d'annulation interviendra dans la foulée. L'élue encourt un rappel à la loi.


1 commentaire :

  1. Voila ce que c'est de mettre des musulmans au pouvoir! comme d'habitude ca fait passer sa religion avant tout! Sauf qu'on est en république et non dans l'Etat Islamique! En fait! on est en France et des lois existent! Des lois qui doivent être respectées par TOUS les français quelque soit leur religion ou leur culture! Je dirai même plus! Respectées surtout par les élus qui se doivent d'être les premiers à les respecter, puisque c'est à eux de nous les faire appliquer!!!!!!! Moi je dis qu'elle devrait, même si elle l'a déjà perdu par son action complètement stupide en tant qu'élue, DEMISSIONNER;

    RépondreSupprimer

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):