POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

jeudi 23 février 2017

Le président Hollande s'est affiché avec Théo, un fraudeur présumé

Un scandale financier salit Théo et sa famille, éclaboussant Hollande

Le parquet de Bobigny (Seine-Saint-Denis) a-t-il ouvert une enquête pour "suspicion d'abus de confiance et escroquerie" ?

Avant d'avoir déclaré un viol par un policier lors de son arrestation à Aulnay-sous-Bois, Seine-Saint-Denis, le 2 février dernier, dès juin 2015, Théo Luhaka avait attiré l'attention de la presse et de la police sur le niveau de vie de sa famille et lui-même et ils seraient désormais impliqués dans une affaire financière, confiée au Service départemental de la police judiciaire (SDPJ) de Seine-Saint-Denis.

L'un des frères de Théo aurait créé une association pour lutter contre la violence en Seine-Saint-Denis 
Aulnay Events (créée en 2003) dont le président est Mickael Luhaka, l’un des frères de Théo - et censée embaucher 30 personnes, ayant vocation à devenir animateurs de rue. Cette noble association a "pour but de lutter contre la violence. Nous avons choisi de proposer des activités en donnant la priorité aux familles et à la formation professionnelle dans le but de faire en sorte que les jeunes obtiennent un diplôme [BAFA] donnant accès à un emploi." 
Tous les Centres de Vacances de France
 Règlementation du Ministère de 
la Jeunesse et des Sports
"Philosophie de l'organisme : Nous prônons l'idée que le rassemblement et la connaissance d'autrui limite considérablement les risques de dérapages et de violence. Nous mettons en place lors de chacun de nos séjours [au Chalet des Cabrioles (Haute Savoie), géré par 'autrement-loisirs', par ex.] un esprit de rencontre et d'ouverture à l'autre afin de faciliter la prise de dialogue et de maintenir un coté humain dans nos rapports quotidiens.[...] "Notre rôle premier est de créer une quantité de souvenirs pour tous, nous sommes en séjour et non pas à l'armée" [sic]...


Dans ce cadre, l'association a reçu 678.000 euros de subventions de l'Etat, c'est-à-dire les contribuables français, via les contrats aidés entre janvier 2014 et juin 2016.
 
Or, un contrôle de l'Inspection du travail d'Ile-de-France mené en 2015 n'aurait trouvé aucune preuve de la réalité de ces emplois. 

Selon les informations du Parisien, huit membres de la famille de Théo, dont Théo lui-même, auraient perçu plus de 170.000 euros en provenance de l'association, financée par l'argent public. 

D'autre part, 350.000 euros de cotisations sociales n'auraient pas été réglés.
Contacté par le journal, un des frères de Théo, Mickael Luhaka (ci-dessus, devant la photo de son frère hospitalisé), se défend d'avoir employé des salariés fantômes et assure être interdit bancaire, tout comme son frère.

C’est une affaire qui embarrasse les autorités, et ce,
jusqu’au plus haut sommet de l’Etat.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):