POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

lundi 27 février 2017

Ségolène Royal conspuée par la foule au carnaval de Dunkerque

Piégée par Kanner qui croyait être au contact de la population...

Résultat de recherche d'images pour "dunkerque Royal jet de hareng"
Alors que selon Cazeneuve prétend que les troubles visant les meetings de Macron et Fillon serait le responsabilité des candidats, la ministre de l'Environnement s'est heurtée à une foule goguenarde et hostile, lors de la fête traditionnelle du jet de harengs, ce dimanche 26 février à Dunkerque, première des Trois Joyeuses du Carnaval avec plus de 40.000 personnes dans la rue pour participer aux 4 heures de bande dans l'après-midi.

Invitée pour son malheur du maire DVG Patrice Vergriete et de son collègue nordiste du gouvernement,  Patrick Kanner, ministre PS de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, la présence de l'ancienne présidente controversée du Conseil régional de Poitou-Charentes et ministre de Cazeneuve a déclenché des huées à son apparition au balcon de l'Hôtel de Ville de Dunkerque. Coiffée du chapeau du festival, un long boa rouge enroulé autour du cou, la ministre de l'Environnement s'est pliée au traditionnel jet de harengs, typique du Carnaval de Dunkerque (Nord), dimanche 26 février.


"Le thon est donné : Ségolène au balcon", pouvait-on aussi lire sur une pancarte.
Ce qui n'empêche pas actu.orange.fr d'affirmer, satisfait de la formule de 6Média, que Ségolène Royal "a électrisé la foule bigarrée" massée sur la place ... Ironie !

"A poil, Ségolène", "Des madeleines pour Ségolène", "Au balcon les cocues"... 

Les 40.000 "carnavaleux" (carnavaliers) massés sur la place ont rivalisé d'inspiration dans le choix des insultes, comme le rapporte France 3. 

Les grossièretés ne semblent pas atteindre cette concentration d'autistes du gouvernement. L'ancienne présidente du Conseil régional de Poitou-Charentes semblait s'amuser de la situation. "J'ai hésité à jeter mon chapeau et puis je me suis dit non. Si je leur jette mon chapeau, ils vont crier 'Encore, Ségolène, encore'", a-t-elle déclaré, éméchée. Et coupée des réalités, murée dans le déni.

C'est encore la CGT qui trouble la fête

En témoigne des pancartes brandies par des membres de la CGT sur laquelle on pouvait lire :
"Éolienne en mer, mort des marins pêcheurs". Une allusion au projet polémique de la mise en place d'un parc éolien dans les eaux dunkerquoises de la Côte d'Opale, validé par Ségolène Royal. 

Un peu plus tôt dans la journée, Ségolène Royal s'était rendue à Boulogne-sur-mer pour y évoquer notamment l'appel d'offres bientôt lancé sur un projet éolien similaire et tout aussi contesté. 
"On ne va pas se plaindre parce qu'il y a de la croissance verte et des nouvelles filières qui se développent", a-t-elle déclaré. "Au contraire, il y a plein de régions qui ne sont pas au bord de la mer et qui voudraient bien être au bord de la mer pour pouvoir développer les énergies marines. Ici, on a la chance d'être au bord de la mer, d'avoir des projets, d'avoir des élus qui vont de l'avant, c'est formidable ! Tout le monde adhère ! Il ne faut pas faire de politique politicienne sur ces sujets. Oser dire qu'on ne va pas donner une autorisation de créer des emplois parce qu'il y a des élections, ce n'est pas l'intérêt général, ça."

VOIR et ENTENDRE la ministre polémiste: 




Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):