POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

samedi 18 février 2017

Fillon se refait dans l'opinion : sa manipulation politico-médiatique se dégonflerait-elle ?

François Fillon fait de nouveau jeu égal avec Emmanuel Macron

Le montage médiatique sur des soupçons n'a pas abattu le candidat de la droite républicaine 

Le candidat de la droite et du centre et le rival de Benoît Hamon sont crédités de 18,5% des voix, tandis que la présidente du Front national caracole encore en tête avec 26%dans les intentions de vote pour le premier tour de l'élection présidentielle, selon le sondage quotidien de l'Ifop pour Paris Match, i-télé et Sud Radio, publié vendredi 17.

Emmanuel Macron perd toutefois un point en 24 heures, confirmant qu'il n'est pas parvenu à profiter des déboires de son rival de droite pour creuser un fossé, en dépit des soupçons d'emplois fictifs que la presse inspirée de l'Elysée colle aux basques de sa famille.

Le candidat socialiste officiel, Benoît Hamon (14%), stagne, malgré le soutien de l'Etat-PS et de ses journalistes dépendants de milliardaires cumulards d'organes de presse, d'artistes nantis en quête de bonne conscience et d'"experts" qui ne connaissent pas le chômage auprès de chaînes de désinformation en surnombre, au détriment de la qualité des analyses. On notera la pléthore de politologues improductifs en France...

Le candidat de la "France insoumise", Jean-Luc Mélenchon (11,5%) ne décolle pas. Le candidat de l'extrême gauche (Parti de gauche et Parti communiste) pâtit de sa mauvaise image de violence verbale - qui n'a rien à envier à Trump - et du mauvais jeu mené par ses militants radicaux sur tous les fronts de la provocation, de l'insoumission et du chaos, qu'il s'agisse des violences urbaines en soutien présumé à Théo (cf. libellé PaSiDupes : "affaire Théo"), ou les perturbations au libre exercice de la démocratie dont ils émaillent les déplacements de Fillon et Macron.

Réaliséedu 14 au 17 février auprès de 1.399 personnes, cette enquête de l'IFOP prend en compte l'hypothèse d'une candidature du président du MoDem, François Bayrou, crédité de... 5,5% des voix. Ses sentences vindicatives et hautaines sur l'ensemble des candidats ne font qu'assombrir son image de grincheux aigri. 

Le sondage quotidien d'Opinionway-Orpi pour les Echos et Radio Classique écarte l'hypothèse d'une candidature Bayrou

Commandité par un réseau d'agences immobilières et LVMH (Groupe Les Échos et Radio classique) de la famille Arnault qui clama son soutien à Hollande en 2012, Opinionway place également François Fillon et Emmanuel Macron à égalité, à 20% des intentions de vote, et non pas 18,5%, derrière Marine Le Pen (26% également).

Selon cette enquête réalisée auprès de 1.605 personnes interrogées du 14 au 16 février, Emmanuel Macron perd également un point en 24 heures et Benoît Hamon est stable à 16%, devant Jean-Luc Mélenchon, en hausse d'un point à 13%, plutôt que 11,5, selon l'Ifop.

Au second tour, les entreprises de sondages tombent d'accord

La candidate d'extrême droite serait battue dans tous les cas de figure, selon ces deux sondages.
Pour OpinionWay, l'ex-ministre de l'Economie serait élu avec 60% des suffrages et François Fillon 57%, avec une marge d'erreur d'au moins 3 points.
L'Ifop est plus radical, puisque leurs scores seraient respectivement de 62% et 56%. "Malgré la prégnance du 'Penelopegate' dans les conversations des Français et le brouillage autour de sa campagne, François Fillon est parvenu cette semaine à stopper l'hémorragie électorale, voire à progresser légèrement", commente l'Ifop dans sa synthèse de la semaine.

L'évolution dans les intentions de vote se reflète également dans les "souhaits de victoire"
Elles s'éroderaient concernant Emmanuel Macron, dans les deux enquêtes.
Selon l'Ifop, la présidente du FN prend la tête des souhaits de victoire (20%) devant Emmanuel Macron (18%, -3 points par rapport à la semaine dernière) et François Fillon (17%).
Selon Opinionway, l'ancien ministre de l'Economie a reculé en fin de semaine dans les souhaits de victoire pour se situer à égalité avec Marine Le Pen à 21%. François Fillon remonte pour sa part à 19%, devant Benoît Hamon (15%).

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):