POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mardi 6 février 2007

Sarkozy- J'ai une question à vous poser.

Belle prestation de Nicolas Sarkozy sur TF1.

J'ai une question à vous poser est une nouvelle émission de TF1 présentée par Patrick Poivre d'Arvor et que Nicolas Sarkozy inaugurait hier soir. Qu'il ait été d'accord pour être le premier montre déjà qu'il n'est pas à la recherche de son programme et qu'il est prêt! En revanche, Marie-sEGOlène avait refusé, en toute simplicité et... lâcheté!

Plus de 8,2 millions de téléspectateurs en moyenne ont regardé lundi Nicolas Sarkozy répondre aux questions d'un échantillon d'une centaine de Français lors de l'émission "J'ai une question à vous poser", selon TF1.

Selon les chiffres Médiamétrie, environ 33% des téléspectateurs de plus de quatre ans ont regardé le candidat de l'UMP. Un pic a été enregistré avec 9,7 millions de téléspectateurs. En 2005, 7,4 millions de téléspectateurs avaient regardé l'échange entre le président Jacques Chirac et des citoyens, dans le cadre de la campagne du référendum de 2005 sur la Constitution européenne.

Au cours d'un émission de deux heures, le candidat a su allier un discours social et économique d'inspiration libérale tout et faire passer des valeurs sociétales assez conservatrices: le téléspectateur a découvert qu'elles restent de notre temps et que c'est ce à quoi il aspire.

Nicolas Sarkozy a fait la preuve de sa bonne écoute des besoins des Français(e)s en proposant:
- la baisse du coût du travail,
- la liberté de travailler plus",
- la régulation des conditions d'accès , d'une part à l'indemnisation du chômage (l'impossibilité de refuser plus de deux offres d'emploi en rapport avec sa formation correspond à une demande des travailleurs qui se sentent pénalisés de travailler) et d'autre part à la solidarité sociale (obligation pour les bénéficiaires de minima sociaux d'exercer une activité d'intérêt public).

Le candidat UMP a ensuite précisé comment il compte aider les Français(e)s à retrouver l'espoir et la volonté de construire l'avenir:
- par l'accès facilité à la propriété (en encadrant l'immobilier),
- par le développement de la ruralité (quitte à autoriser de fumer dans l'unique commerce des villages de campagne menacés d'extinction) et
- par le soutien à la famille, dès le 1° enfant.
Ce moment a donné lieu à l'échange le plus vif. Pris à parti par des militants du mariage homosexuel qui ont tenté d'accaparer l'émission, avec le 'respect' qu'ils revendiquent pour eux-mêmes..., Nicolas Sarkozy a expliqué longuement pourquoi il reste attaché à l'institution classique du mariage, en particulier parce que le mariage homosexuel autoriserait l'adoption d'enfant.
L'autre moment de légère tension est venu sur les questions d'immigration : Nicolas Sarkozy a évoqué les pratiques illégales sur le territoire français et qui ne respectent pas la femme, tels que l'excision et les mariages blancs ou forcés, pour expliquer le concept de la France 'tu l'aimes ou tu la quittes'. Qu'une jeune femme -qui s'est proclamée musulmane- ait alors considéré que c'était l'occasion de s'indigner de la remarque du candidat, montre à quel point certaines femmes musulmanes ne favorisent pas l'émancipation des autres femmes musulmanes que l'Etat français s'efforce de promouvoir.
Un autre intervenant ajoutant que le candidat cherchait à attirer l'électorat du Front national, Sarkozy a expliqué qu'il respecte toutes les opinions et tous les Français. Le respect n'est pas un vain mot.

VOIR et ECOUTER la partie 1:

VOIR et ECOUTER la partie 2:

Des commentateurs auront regretté que le candidat n'ait jamais été déstabilisé vu le temps de réponse imparti et l'agressivité d'un groupe de jeunes gens, déformés par l'enseignement de professeurs militants de l'Education Nationale, et qui ont interrompu l'émission avec méthode. Environ 70 questions en quelque deux heures. Il reste que ce type d'émission permet un débat participatif où il est possible de redresser les idées les plus caricaturées et simplistes mais répandues dans l'opinion.
Ce qui a été le plus frappant, c'est:
- le présentateur s'est montré discret, comme inutile, vu l'autorité naturelle de l'invité, son assurance tranquille et la solidité de son argumentation;
- le clivage entre deux populations, l'une correcte, malgré parfois un désaccord implicite avec les idées du candidat,mais respectueuse de l'homme, et l'autre incorrecte, dans le comportement narquois à l'image de l'insolence qui s'étale sur les plateaux de télévision: arrogance des propos, mimiques désapprobatrices méprisantes, interruptions impertinentes et tentatives d'accaparement de la parole. Des petits jeunes gens qui ne savent 'débattre' qu'entre eux et se gargarisent d'idées reçues mal digérées en cours de recyclage. Des humoristes Mustapha... Vous aurez remarqué que ces remarques qualifient une certaine jeunesse que l'Education Nationale n'a réussi ni à instuire, ni à éduquer à la citoyenneté ou au respect dont elle a plein la bouche;
- les qualités de sérenité et de conviction de Nicolas Sarkozy, alliés à son humour, son parler vrai et ... jeune, la proximité du candidat de l'UMP.

Aucun commentaire :

Publier un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):