POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

lundi 22 août 2011

La Cynique Royal : « La crise est une chance»


Seule Ségol'haine Royal est une fatalité




Marie-sEGOlène Royal,
clé universelle
de la gauche




La picto-charentaise ne fait qu'apporter la contradiction à tous

Invitée du 20 heures de TF1, la candidate n°3 à la primaire socialiste a réfuté l'idée de la règle d'or budgétaire proposée par le gouvernement. Ségolène Royal a affirmé sa volonté d'interdire la spéculation sur les Etats pour faire face à la crise financière.
Elle bat aussi en brèche les propositions du PS
a répondu au gouvernement en faisant plusieurs propositions et en battant en brêche l'idée que la crise n'est pas une fatalité que nous devons payer de nos poches : « La première proposition est de considérer que la crise n'est pas une fatalité que l'on doit subir et à faire porter aux mêmes, c'est-à-dire aux catégories moyennes et aux catégories populaires. Mais que c'est une chance pour changer les règles du jeu.
Et la première règle du jeu à changer, c'est celle qui s'impose aux banques. Il est temps que dans notre pays et en Europe au lieu de commander, elles obéissent.
»
La démagogie est son fonds de commerce.

Impôt direct: encore un bouquin pour financer sa campagne

Sa campagne de promotion chez Bouygues
Ses propositions médiatiques tournent autour d'une reprise du pouvoir citoyen sur la finance. Pour le détail il faudrait se reportet à son livre à paraître, mais depuis qu'elle est sur le marché elles sont prévisibles.

Ainsi la populiste réclame-t-elle l'interdiction de la spéculation contre les Etats (notamment via l'interdiction des ventes de titres que l'on ne possède pas) et demande au gouvernement de dresser la liste noire des banques et des institutions financières qui spéculent contre la France et l'Europe.
« Il faut que les banques cessent d'être à leur propre service, parce que c'est là qu'il y a une vraie crise de civilisation, puisque l'on voit un système financier qui est au service de lui-même, au lieu d'être au service de l'économie et au service des entreprises. » a-t-elle ajouté: à force de s'écouter parler, la quinqua devrait pouvoir éviter d'être redondante.

VOIR et ENTENDRE les délires de la coquecigrue du marais poitevin:

La battue conserve une haine intacte de son vainqueur
et une vive rancune envers les socialistes méprisants de 2007.
Selon la perverse, Nicolas Sarkozy s'apprêterait à faire passer la pilule des hausses générales d'impôts et de charges en faisant « exceptionnellement » payer les riches, à commencer par les 3 nantis de la gauche caviar qui se sont portés volontaires : un manque à gagner pour le financement de sa campagne, bien qu'il lui reste une niche importante de contributeurs volontaires: Paris Match, Closer et Gala ?
Mais elle s'en prend aussi à François Hollande, le père de ses enfants, comme à Martine Aubry, qui l'a distancée au congrès de Reims, et se fait également tacler sur son discours de la "vérité", du "sang et des larmes". Et elle assène : " Tant que l'on aura pas changé les règles du jeu, il ne sert à rien d'essayer d'accabler les Français d'impôts et de charge puisque la prochaine crise sera en plus grave que celle-ci."

A la différence de 2007, Sa Cynique Majesté Royal promet monts et merveilles : « il y aura beaucoup d'efforts mais la garantie que je donne aux Français c'est que les efforts seront équitablement répartis. Parce quand j'entends certains dirigeants socialistes promettre du sang et des larmes ... Il n'y a pas que la rigueur à promettre, il y a une bonne gestion à mettre en place. »

Sur la réforme fiscale que propose François Hollande, Désirdavenir Royal n'est pas tendre : « Oui moi je ne suis pas favorable aux hausses d'impôts. Je pense que la priorité est à la relance de l'activité, pour faire que tous ceux qui veulent créer leur entreprise, leur activité et toutes les petites et moyennes entreprises qui veulent grandir puisse le faire ».

SEGOlène Royal est une magicienne
Elle promet aussi de rembourser la dette et en finir avec la crise en sortant le pays de la spirale de l'austérité et de la rigueur qui tuent l'activité, pour que la France ne soit pas la nouvelle Grèce ou la nouvelle Espagne.
« Ma première priorité sera de refaire de la France un pays d'entrepreneurs » a-t-il dit à nouveau sur TF1 comme cette semaine à Nice et dans les Alpes de Haute-Provence. Les analystes vont peiner à tenir le compte de ses priorités.

Elle connaît les solutions mieux que quiconque
Les gouvernements socialistes de Grèce et d'Espagne n'ont pas profité de l'aubaine picto-charentaise...
Elle est seule à savoir comment mener à bien la réforme bancaire indispensable, la première règle du jeu à changer,
Ensuite, son remède miracle est la création d'une banque publique d'investissement Enfin, elle se duplique en généralisant les bourses Désirs d'Entreprendre qu'elle a initiées dans sa région.
Accessoirement, elle lancerait le pays sur le chemin de l'excellence environnemental, qui généra de l'activité, de l'emploi, donc de l'espoir.
Rien sur sa méthode et le financement de ses rêves à voix très haute.

Présente sur tous les lieux de détresse

Sa campagne se repaît de "sang et de larmes"
Ce dimanche Sa Cynique Majesté Royal sera à Saint-Nazaire pour rejoindre la caravane du PS et pour visiter une plage sinistrée par les algues vertes.

L'université du PS à La Rochelle est aussi à son programme de la semaine prochaine.
Photo de famille mais boulets rouges garantis.
Elle se rendra sur les lieux de son opposition au PS. Il y a 2 ans, Ségol'haine Royal avait lancé son appel contre la taxe carbone qui punissait sans offrir d'alternative. En juin 2009, les sénateurs socialistes étaient très favorables à l’instauration de cette taxe que certains appellent plutôt « contribution climat énergie ».

Si les battus qui n'apprennent rien de l'expérience et des échecs avaient de l'avenir, l'amère Royal serait mieux perçue dans l'opinion. Il demeure que l'animation des débats socialistes est dans ses cordes. La réalisation de toutes ses priorités pour la sortie de crise dans l'équité est reportée de la revanche de 2012 à la belle de 2017.


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):