POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

samedi 5 décembre 2009

Des intellectuels prétendent censurer le ministère de l'Identité nationale

Une minorité tente d'imposer sa volonté à la majorité

Respectueux du vote populaire, sept intellectuels ont lancé samedi 5 décembre à Paris un appel aux responsables politiques, syndicaux et associatifs, aux candidats aux régionales, pour faire de la revendication de suppression du ministère de l'Identité nationale "un thème de campagne", a déclaré Michel Agier lors d'une conférence de presse à l'EHESS (Ecole des hautes études en sciences sociales). .
L'historienne Marie-Claude Blanc-Chaléard, l'astrophysicien Daniel Kunth, le psychiatre Richard Rechtman, l'anthropologue Michel Agier, l'historienne Sophie Wahnich, le philosophe Mathieu Potte-Bonneville et l'historien Gérard Noiriel ont initié un appel un appel pour cette suppression, paru vendredi 4 dans Libération, et ont été suivi par treize autres signataires.
Noiriel et Balibar, en réunion de cellule (PCF, 1968), ont de manière permanente essayé de maintenir une unité de classe autour de la lutte à la base sans dénoncer la CGT.

Les sept démocrates respectueux de la décision des urnes ont également annoncé la création d'un "lieu d'espace critique, de réflexion, pour proposer à la société civile, aux associations, aux organisations, des arguments pour la suppression du ministère", a-t-il poursuivi. Cet espace critique sera mis en place sur le site internet Mediapart , qui abrite déjà une pétition intitulée "Nous ne débattrons pas" et signée par plusieurs dizaines de personnalités.

Les électeurs de la majorité ne sont pas trahis
«Promesse électorale de Nicolas Sarkozy, la création d’un ministère de l’Immigration et de "l’Identité nationale" aurait créé un risque d’enfermement identitaire et d’exclusion, selon les signataires qui parlent de stigmatisation de l’étranger et stigmatisent pêle-mêle de nouveaux objectifs d’expulsion d’étrangers (27 000 par an), des rafles (sic) de sans-papiers, l’enfermement d’enfants dans des centres de rétention, le délit de solidarité, l’expulsion des exilés vers certains pays en guerre au mépris du droit d’asile, la multiplication des contrôles d’identité au faciès, enfin la naturalisation à la carte, préfecture par préfecture, qui rompt avec le principe d’égalité…

Signataires:
Michel Agier (anthropologue, EHESS et IRD), Etienne Balibar (philosophe, université Paris-X et university of California), Marie-Claude Blanc-Chaléard (historienne, université Paris-X) Luc Boltanski (sociologue, EHESS), Marcel Detienne (historien, EPHE et université Johns Hopkins), Eric Fassin (sociologue, ENS), Michel Feher (philosophe, Paris), Françoise Héritier (anthropologue, Collège de France), Daniel Kunth (astrophysicien, CNRS), Laurent Mucchielli (sociologue, CNRS), Pap Ndiaye (historien, EHESS), Gérard Noiriel (historien, EHESS), Mathieu Potte-Bonneville (philosophe, Collège international de philosophie), Richard Rechtman (psychiatre, Institut Marcel Rivière, CHS la Verrière) Serge Slama (juriste, université d’Evry), Emmanuel Terray (anthropologue, EHESS), Tzvetan Todorov (historien, CNRS), Paul Virilio (urbaniste, Ecole spéciale d’architecture de Paris), Sophie Wahnich (historienne, CNRS), Patrick Weil (historien, CNRS).

Découvrons l' idéologie qui les anime

Marie-Claude Blanc-Chaléard, historienne et maître de conférence à Paris I, parrainne la Coordination française pour la Décennie de la culture de non-violence et de paix présidé par le MIR, un mouvement non-violent inspiré de l'Evangile. Il est aussi membre de Non-Violence XXI (cf. Françoise Héritier, ci-dessous)

Michel Agier (IRD/EHESS) est membre du réseau scientifique TERRA (Travaux, Etudes, Recherches sur les Réfugiés et l'Asile) qui, dès le 1er juin 2007, lança un appel réunissant à ce jour (24.06.09) 7 712 signatures en riposte à la création du ministère de l'Immigration, de l'Intégration, de l'Identité nationale et du Développement solidaire, avant même qu'il ait pu prendre une quelconque mesure.

Etienne Balibar (1942) qui enseigna la philosophie politique et morale jusqu'en 2002 à l’Université de Paris X - Nanterre, est membre du comité de parrainage du Tribunal Russell sur la Palestine. Deux publications, entre autres: Cinq études du matérialisme historique, 1974 et Sur la dictature du prolétariat, 1976, aux Editions Maspero, engagées à gauche. En 1978, il fonda la revue ...L'Alternative, pour donner la parole aux « dissidents » des pays du « socialisme réel ».

Luc Boltanski (1940) est l'un des principaux représentants de la sociologie pragmatique français, considérant que l'homme fait la « société » (et non l'inverse, selon Bourdieu) et que les acteurs sont compétents pour prendre position, juger, dénoncer, critiquer, en rendre compte... Quant aux élus de la nation ?


Michel Fehrer est président du collectif Cette France-là qui naquit dès l'élection de Nicolas Sarkozy. Le collectif publia un bouquin auquel participèrent notamment
Eric Fassin (ci-dessus) , Michel Feher, Mathieu Potte‑Bonneville (ci-dessous), que nous retrouvons encore aujourd'hui parmi les signataires de l'appel.
Fehrer admet néanmoins que « depuis 1974 et l’arrêt officiel de l’immigration de main-d’œuvre, tous les gouvernements considèrent l’immigration comme un problème. De ce point de vue, on peut parler de continuité ». C'était le 13 novembre dernier, dans L'Humanité.

Françoise Héritier (1933), anthropologue, soutient, depuis sa création en 2001, le fonds associatif Non-Violence XXI,regroupant 12 organisations non-violentes françaises pour développer, en France et dans le monde, une culture de la non-violence.

Pap Ndiaye (1965), historien spécialiste de la question noire en France, est co-fondateur du Cercle d'action pour la promotion de la diversité en France (CAPDIV). Sa soeur n'est autre que le prix Goncourt 2009.
-> Août 2009, dans un entretien avec Les Inrockuptibles et, à une question sur la «France de Sarkozy», l'écrivaine Marie Ndiaye manqua alors dans sa réponse du respect qu'elle réclame pour sa personne: «Je trouve cette France-là monstrueuse... Je trouve détestable cette atmosphère de flicage, de vulgarité… Besson, Hortefeux, tous ces gens-là, je les trouve monstrueux».
Pour justifier qu'elle vit à Berlin, elle avait encore ajouté: « Je me souviens d'une phrase de Marguerite Duras, qui est au fond un peu bête, mais que j'aime même si je ne la reprendrais pas à mon compte, elle avait dit : "La droite, c'est la mort". Pour moi, ces gens-là, ils représentent une forme de mort, d'abêtissement de la réflexion, un refus d'une différence possible. Et même si Angela Merkel est une femme de droite, elle n'a rien à voir avec la droite de Sarkozy : elle a une morale que la droite française n'a plus. »
Son engagement lui valut le prix Goncourt 2009, un ouvrage qui traite largement de l'immigration.
->Le mercredi 11 novembre sur Lesinrocks.com, Marie NDiaye maintint les propos méprisants vivement critiqués par Eric Raoult. La veille, dans une question écrite au ministre de la culture, le député UMP avait pourtant rappelé les lauréats du prix Goncourt au "devoir de réserve": « Il me semble que le droit d'expression, ne peut pas devenir un droit à l'insulte ou au règlement de compte personnel. Une personnalité qui défend les couleurs littéraires de la France se doit de faire preuve d'un certain respect à l'égard de nos institutions, plus de respecter le rôle et le symbole qu'elle représente. C'est pourquoi, il me paraît utile de rappeler à ces lauréats le nécessaire devoir de réserve, qui va dans le sens d'une plus grande exemplarité et responsabilité. »
Elle riposta en ces termes: "Il n'est plus nécessaire d'affiner mes propos antérieurs, que je maintiens", insiste-t-elle en précisant notamment que "la manière dont depuis deux ans et demi on s'attaque au problème de l'immigration est à [s]es yeux inacceptable".
-> La présidente du jury du Prix Goncourt depuis 1983 est Edmonde Charles-Roux, veuve Gaston Deferre (PS).
  • Un autre membre depuis 30 ans, Françoise Mallet-Joris (1930), est une ex-épouse d'Alain Joxe, sociologue et directeur d'études à l'EHESS, président du CIRPES et membre du comité de parrainage du Tribunal Russell sur la Palestine, où on retrouve Étienne Balibar, Gisèle Halimi, Stéphane Hessel, Ken Loach ou François Maspéro.
  • Autre membre, Jorge Semprun (1923) appartient au Parti communiste espagnol.
  • Quant à Michel Tournier, un autre membre juvénile, né en 1924, il est membre du comité de lecture chez Gallimard, qui édite le prix Goncourt 2009...
  • Le journaliste Bernard Pivot (1935) est le premier non-écrivain élu au Goncourt: c'est un tontonphile sans états d'âme.

  • Le nom du dernier membre élu, Patrick Rambaud, est attaché au magazine Actuel, journal engagé à gauche, qui est branché sur toutes les contre-cultures et sur des sujets comme la drogue, le féminisme, le rock et l'écologie.
  • Gérard Noiriel (1950) est l'un des pionniers de l'histoire de l'immigration en France. Il s'est également intéressé à l'histoire de la classe ouvrière.
    Il quitta le PCF en 1980 suite à la publication d'un livre en collaboration avec un syndicaliste de la CGT, dénonçant un manque de démocratie des structures du PCF face aux mouvements sociaux.
    Il est aussi démissionnaire du conseil scientifique de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, en mai 2007 avec 7 autres universitaires (dont justement Patrick Weil et Marie-Claude Blanc-Chaléard, à nouveau), pour protester contre la création d'un ministère associant immigration et identité nationale.

    Mathieu Potte-Bonneville (1968) est professeur de philosophie en classes préparatoires à Montreuil, anime aussi un blog sur Mediapart (Edwy Plenel) et co-fonda le trimestriel Vacarme, qui mène une réflexion à la croisée de l’engagement politique, de l’expérimentation artistique et de la recherche scientifique !

    Richard Rechtman est médecin, chef du service de psychiatrie de l'adolescent du CHS La Verrière Psychiatre et chercheur au CESAMES (Centre de recherche psychotropes, santé mentale, société) et anthropologue.

  • Serge Slama, maître de Conférences en droit public à l’Université d’Evry-Val-d’Essonne, s'est fait connaître pour "La fin de l’étudiant étranger", L’Harmattan, 1999 ou des séminaires tels que « Un Ministère de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire », Enjeux identitaires, Commission fédérale pour les questions d’immigration (CFM), Bern (Suisse), 6 nov 2008 »: depuis, les Suisses ont voté par référendum à près de 57% pour interdire la construction des minarets.
    Selon lui, la police des étrangers entre inéluctablement en conflit avec les libertés des sans papiers...
  • Emmanuel Terray (1935) cherche à constituter d'une anthropologie politique qui puisse s'inscrire dans le projet marxiste de Louis Althusser. Ses sympathies pour le mouvement de Mai 68 le ramenèrent de l'université Abidjan.
  • Tzvetan Todorov est né en Bulgarie en 1939 et sa réflexion porte principalement sur l'altérité et la question du « nous » et des « autres » dans les discussions des humanistes en Europe lors de la découverte du Nouveau Monde, pendant le processus de colonisation ou au cours du XXe siècle, ainsi que sur la question de la mémoire.
  • Patrick Weil (1956), qui a travaillé sur l'histoire de l'immigration en France, avait signé un appel à soutenir la candidate (PS) de la gauche à la Présidentielle, Désirdavenir Royal. Il soutient la modification discriminatoire du système des grandes écoles imposant l'admission de droit pour les 10% des lycéens les mieux placés dans les résultats du baccalauréat.

  • Sophie Wahnich, chargée de recherche au CNRS depuis 1995, travaille sur la Révolution française et le temps présent, mais publia pourtant Une histoire politique de l'amnistie (2007)

    Février 2008 – Ils avaient déjà fait une tentative

    Samedi 23 février 2008 - Manifestons contre le Ministère de la Honte
    Le ministère de l’identité nationale, de l’immigration et du codéveloppement c’est le Ministère des colonies !

    Les signataires étaient alors
    Alternatifs, Alternative Libertaire, Americans Against the War-France / AAW-France, ATTAC, Au Nom de la Memoire, CAAC-Comores, Coordination 75 des Sans Papiers, CNT, Droits devant Espaces Marx, LCR, Les Alternatifs, Les Panthères Roses, Les Verts, MJCF, MRAP, PCF, PCOF, Parti Communiste des Ouvriers de Tunisie (PCOT)...

  • Aucun commentaire:

    Publier un commentaire

    Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):