POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 12 avril 2017

Calamité Ségolène Royal refoulée de l'ONU

Le 'chat noir' socialiste ne prendra pas la tête du Programme des Nations Unies pour le développement

Le poste semblait pourtant promis à une femme

Adieu veau,vache, couvée...
Partout indésirable, la ministre de l'Ecologie et de l’Environnement qui se vantait d'avoir brillé à la COP21 subit un nouvel échec. La sexagénaire croyait perdurer dans le paysage politique, mais, mercredi sur France 5, Ségolène Royal a dû reconnaître qu’elle ne sera pas la prochaine directrice du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), la plus grande agence de l’ONU, basée à New York.
"Je le regrette, bien sûr. Ca ne correspond pas à ce qui avait été dit, mais ça c’est la vie", a affirmé l'ex-concubine de François Hollande, après avoir indiqué qu’un jury s’orientait vers la nomination de l’Allemand Achim Steiner.
  
Achim Steiner-IMG 0837.jpg
Ce diplomate allemand de 56 ans né au Brésil est un expert des politiques environnementales. Directeur général du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) depuis juin 2006, il est bilingue allemand-anglais.
Il a été secrétaire général de la Commission mondiale des barrages au Cap en Afrique du Sud, de 1998 à 2001, et ne s'est donc pas découvert de l'intérêt pour l'écologie sur le tard.

"J’ai d’autres pistes, d’autres perspectives"

Elle a aussi jugé "un peu étonnant" que ce soit un homme qui obtienne le poste alors que, selon elle, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, lui avait fait croire qu’il était "promis à une femme". "C’est pour cela que j’avais posé ma candidature", a-t-elle justifié. "Il semble qu’un homme a été poussé par son pays étant donné que l’Allemagne est un des plus gros contributeurs du Pnud", a-t-elle encore affirmé.
L'amère Royal avait prétendu avoir été "encouragée par beaucoup de pays côtoyés pendant la COP, notamment des pays africains". Peut-être sont-ils trop souvent musulmans pour avoir été sincères sur une candidature de femme...

Un peu d'alternance politique (et des sexes) ne peut nuire
Présent dans 170 pays, le Pnud est dirigé depuis 2009 par l’ex-Première ministre travailliste néo-zélandaise Helen Clark, dont le second mandat s'achève mi-avril. Le directeur de l’agence est désigné, pour quatre ans, par le secrétaire général des Nations unies, nomination qui doit ensuite être confirmée par l’Assemblée générale de l’ONU.

"De toute façon, je trouverai l’opportunité de mettre au service du combat climatique et des enjeux internationaux ma force de conviction", a-t-elle raconté. "J’ai d’autres pistes, d’autres perspectives", a-t-elle encore indiqué
Incapable de commencer une carrière comique à la télévision, façon Bachelot, pourvu qu'elle se consacre à ses petits enfants...

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):