POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mardi 13 août 2013

Ces "branleurs" socialistes qui alimentent l'anti-parlementarisme hexagonal

PS exemplaire: les vidéo choc de la pénibilité, selon des députés PS à l’Assemblée

La sous-ministre Marie-Arlette Carlotti s'est choisie un suppléant gratiné

Travail parlementaire
du député PS Jérôme Guedj 
On avait déjà eu le scandale des députés qui jouent en réseau sur leurs tablettes numériques pendant les séances du Parlement et la réaction paradoxale du patron des députés PS, l'ineffable Bruno Le Roux, qui s'indigna non pas du comportement des cancres de son groupe, mais jugea "inadmissible," voire "diffamatoire" la diffusion d’une photo sur le réseau social Twitter par un député UMP d'un socialiste jouant au scrabble dans l’hémicycle en plein débat.
Sur Canal+, le Petit Journal fut le premier à diffuser la fameuse photo. Selon Yann Barthès, les deux députés parlent d'eux-mêmes, puisqu'en zoomant sur la tablette numérique de l'un des députés, on peut y lire le mot "branleur"... 

Les vertueux ont été identifiés.

Hors caméras, croyait-il, le député socialiste de Saône-et-Loire, comme Montebourg, Thomas Thévenoud (ci-contre, à droite), avait mieux à faire pendant le débat sur le mariage pour tous que d'invectiver les opposant au projet Taubira. Le deuxième larron est Jérôme Guedj, député PS de l'Essonne (à gauche sur la photo), un ayalollah du PS, proche de Marie-Noëlle Lienemann. 
Guedj est capable de monter au front sur le projet de réforme des retraites et la ...pénibilité du travail: sera-t-il en pointe -au nom des Français- comme le fit Thévenoud sur le mariage homosexuel ? 

Cette fois, c'est le député socialiste Avi Assouly s’est fait prendre en flagrant délit de comportement républicain exemplaire
  comme François Hollande et le PS le recommande à tous. En pleine cession de l’Assemblée Nationale, entre commentaires sur les privilèges dont bénéficient les députés, conversation sur le football et blagues sexuelles graveleuses à une camarade, le député PS finit tout de même par voter les projets du gouvernement sans même savoir de quoi il s’agit



Une vidéo qui en dit long sur les investitures socialistes

Qui pensait que les députés étaient de vieux barbons qui ne pensent qu’à leurs petits privilèges, des godillots qui se rendent à l’Assemblée à reculons ? Il y a fort à parier que, pendant le quinquennat du flan de l'Elysée, l’abstention et l'anti-parlementarisme des Français va trouver à se nourrir plus grassement que jamais du comportement de députés comme Avi Assouly.

L’ancien journaliste sportif, dégoté à Marseille par la sous-ministre Marie-Arlette Carlotti pour son sens de l’éthique républicaine, se fait donc filmer et entendre (son micro reste branché) en train de demander à un collègue la filière pour se faire offrir des billets gratuits de matchs de foot. Le bourrin va même jusqu’à lancer une blague coquine à une collègue peu farouche. "Mais il faut dormir la nuit, qu’est ce que tu nous caches ?" lui dit le macho avec tout le tact et le respect dont il est capable.

Et pendant que le ministre du chômage Michel Sapin continue de nous gaver, Assouly perd le fil et l'élu socialiste ne sait ni sur quoi porte le vote, ni quelle est la position de son parti. Ne sachant plu comment voter, il lève une main hésitante avec le plus grand nombre !

VOIR et ENTENDRE
la scène qui donne une petite idée de ce qui a incité Carlotti à se choisir un tel suppléant, certes populaire, mais creux, qui ne lui fera pas d'ombre, croyait-elle, dans sa course à la mairie de Marseille:
Au final, tels des lycéens turbulents, les 3 députés bavards débattent de savoir s’ils vont " sécher" la fin de la cession parlementaire. Pathétique…
La démocratie moderne et exemplaire, c’est pas maintenant !



VOIR et ENTENDRE l' "excellentissime" Avi Assouly, un journaliste pro du foot, dans ses oeuvres:


Savoir si les Marseillais sont encore capables d'en faire le premier adjoint de la deuxième ville de France ?



Aucun commentaire :

Publier un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):