POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

samedi 9 août 2008

Robert Ménard insulte Nicolas Sarkozy et le président du CIO

Les propos excessifs de Ménard sont nuls et non avenus

Robert-le-Terrible fait sa terreur
mais perd toute crédibilité

A la manière de son acolyte, Dany-le-Rouge, Ménard s’est répandu en insultes
Selon la vedette médiatique de Réseau Sans Frontières, en ménageant la Chine, Nicolas Sarkozy participerait à une "coalition de lâches" qui compte dans ses rangs le président du Comité international olympique (CIO) Jacques Rogge, a affirmé le secrétaire général de RSF.
A quatre jours de l'ouverture des Jeux Olympiques de Pékin, Robert Ménard a accusé le président français d'avoir fait passer les questions économiques avant les droits de l'homme. Et l’emploi, donc le chômage en France.

Quant au président du CIO, il ne bénéficie pas d’un régime de faveur et partage la même charrette. Selon l’hystérique petit reporter, il n'aurait pas tenu son engagement de peser sur la Chine dans ce domaine.
"Jacques Rogge est un Ponce Pilate, un lâche et un salopard dans cette histoire", a déclaré Robert Ménard sur France 2.

La politique sort-elle grandie de cette diarrhée verbale?
La crédibilité des journalistes est sévèrement mise en cause par ce journaliste hargneux dont l'objectivité donne un petit aperçu de celle de ses confrères.
"Vous l'avez entendu, Jacques Rogge, depuis sept ans ? Il n'a pas levé le petit doigt", a accusé l’histrion des media.

Jacques Rogge n’a pas fait cas de l’excité de la gauche parisienne et le petit bonhomme en est fort marri ; alors, il éructe.

"On lui a donné des listes de gens, vous croyez qu'il les a présentées ? Vous croyez qu'il a plaidé leur cause ? Vous croyez qu'il s'est mobilisé ?", a poursuivi l’énergumène de RSF.

Que Robert-le-Terrible ne va-t-il manifester en Chine ?...
Le tolérant Ménard, qui accuse tous ceux qui ne pensent pas comme lui, ne devrait-il pas démontrer sa bravoure plutôt que d’en parler. Que celui qui n’a pas peur du gros milliard de Chinois aille donc les braver sur leur territoire ! La justice chinoise que nous vante Sa Cynique Majesté Royal trouverait à s’exprimer et recueillerait à nouveau l’approbation de l’amère battue de la présidentielle. "Comme les hommes politiques, à l'image de Nicolas Sarkozy, ont tellement peur des autorités chinoises, ont tellement peur de perdre une part de marché, ont tellement peur de les fâcher, vous avez une coalition de lâches qui donne la situation aujourd'hui", a aboyé Robert-Sans-Peur, de loin, de peur de connaître les geôles chinoises. Ménard ne semble pas avoir le goût du martyre: seulement celui des aboiements.
Au journaliste qui expliquait que le chef de l'Etat français s’évertue à essayer de faire comprendre aux sectaires violents qu'"on ne peut pas faire avancer les droits de l'homme en humiliant un peuple et ses dirigeants", Robert Ménard a rétorqué : "Je lui dis qu'il se fout du monde, est-ce que quelqu'un parle du peuple chinois ? On parle des dirigeants chinois."

Le sauveur attendu par le peuple chinois n’aborde que les sujets qui l’arrangent.
Mais si on parlait de Mao et des ravages de la révolution culturelle que Ménard a soutenus ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):