POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

jeudi 8 novembre 2012

"Journée nationale du souvenir" en mémoire des victimes du conflit franco-algérien

Hollande impose la date du cessez-le-feu en 1962 

Le Parlement a adopté définitivement  la proposition de loi socialiste qui fait du 19 mars, date anniversaire du cessez-le-feu en 1962, la "journée nationale du souvenir" en mémoire des victimes du conflit franco-algérien.
Une supercherie sémantique de nature à encourager le communautarisme, voire le nationalisme algérien.

Cette date ne prend pas en compte les victimes consécutives au cessez-le-feu
C'est un mensonge historique de considérer que la date du 19 Mars 1962 marque pas la fin de la guerre d’Algérie. Elle constitue en effet une nouvelle humiliation pour les les harkis qui ont été exterminés par le FLN.

Le slogan " La valise ou le cercueil " était une menace adressée à plus d’un million de "Pieds Noirs" alors rapatriés en Métropole qui, pour une très grande part, ont découvert la France après avoir abandonné le pays où ils étaient nés (sans droit du sol !), cependant que le FLN saccageait leurs maisons et profanait leurs cimetières, sans oublier l’enlèvement de plus de 5.000 Européens, plus particulièrement dans la région d’Oran, et jamais retrouvés.

Le 19 Mars 1962, la Une du journal " L’Humanité " - organe central du PCF - titrait : " Une grande victoire pour la paix : cessez le feu en Algérie ",
le FLN en profitant, après cette date, pour massacrer impunément des dizaines de milliers de Français, notamment Musulmans, en reniant tous les engagements pris à Evian ! Il n’y a pas de guerre propre ou sans injustices. [sic] Après le 8 mai 45, des exécutions et assassinats ont eu lieu." (fin de citation)
Le Président Valéry Giscard d’Estaing précisa le 19 mars 1980 : "L’anniversaire des Accords d’Evian n’a pas à faire l’objet d’une célébration. "


Et le Président Mitterrand
a reconnu dans sa conférence de presse du 22 Septembre 1981 : " s’il s’agit de décider qu’une date doit être officialisée pour célébrer le souvenir de la guerre d’Algérie, cela ne peut être le 19 mars parce qu’il y aura confusion dans la mémoire du peuple ".
Cinquante ans après les Accords d'Evian, le Sénat a adopté le texte le jeudi 8 novembre, par 181 voix contre 155.

Au Sénat, la gauche s'est prononcée pour, la droite contre, à l'issue d'un débat passionné. 

Déjà votée par l'Assemblée nationale en janvier 2002, sous l'influence de Lionel Jospin, alors Premier ministre PS de cohabitation, et dans les mêmes termes, la proposition de loi est définitivement adoptée après le vote du Sénat et ne retourne pas devant les députés.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):