POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mardi 13 novembre 2012

Dotation des communes: les députés gonflent la dette publique

L'Assemblée vote une hausse de 25 millions de dotation des communes les plus mal gérées

La planche à billets plutôt qu'une gestion plus saine

Sans contrôle de l'affectation de l'assistance de l'Etat, les communes dites les plus pauvres -ou les moins bien gérées- recevront 50% de dotation de développement urbain (DDU) en plus en 2013, dont Sevran. Pour que les administrés puissent  continuer de recevoir la propagande des élus et se voir en photo dans les bulletins municipaux, ou que les associations-bidons puissent proliférer (et leurs subventions détournées: par Sylvie Andrieux ou des Kucheida, père et fille), le maire Europe Ecologie-les Verts de cette commune de Seine-Saint-Denis, Stéphane Gatignonun ancien communiste, est en grève de la faim programmée pour durer du 9 au 13 novembre.



Ces communes se sont-elles laissé aller aux "emprunts toxiques" ?
L'ex-président du Conseil général de Seine-Saint-Denis, Claude Bartolone, aujourd'hui président de l'Assemblée nationale, avait l'ambition de faire entrer son département dans le XXIe siècle et pour cela l'imprudent gestionnaire socialiste avait souscrit des emprunts toxiques. Cet élu vertueux avait alors mené la fronde, défiant l'Etat en faisant voter un budget 2010 en déséquilibre.



L'Assemblée nationale vole au secours des mauvais gestionnaires 

Mardi, la loi de finances 2013 a accordé une hausse substantielle aux cent communes les plus pauvres.  La dotation va passer de 50 à 75 millions, Tandis que,  malgré l'annonce de cette hausse lundi, Gatignon prolonge  son show médiatique, avec l'approbation des Manuel Valls, ministre de l’Intérieur et ex-maire voisin d'Evry, venu dans la matinée, café fumant en main, et  Yamina Benguigui, ministre déléguée en charge des Français de l'étranger et de la Francophonie (voyageuse en Falcon dont le père fut l'un des responsables clandestins du Mouvement national algérien très actif en en France métropolitaine), des écologistes, dont Cécile Duflot (ministre de l'Égalité des Territoires et du Logement) ou Noël Mamère, Laurence Abeille, François de Rugy, Jacques Boutault. Demandant d' "entendre la demande de justice et d'égalité de Stéphane Gatignon", Eva Joly a lancé que "l’austérité (doit) s’arrêter aux portes des villes pauvres".
Dominique Voynet (Montreuil) n'a pas fait le déplacement. Et son rival, le député François Asensi (Tremblay, FASE) non plus !


Cet "effort supplémentaire", introduit - sous la pression - au détour d'un amendement gouvernemental lors du débat sur les crédits budgétaires des collectivités territoriales, s'ajoute à "un considérable effort de solidarité entre les territoires" déjà prévu dans le projet de budget 2013, a souligné le ministre du Budget Jérôme Cahuzac.


Cette solidarité ne passe pas par la Région Ile-de-France

Au-dessus de sa tente sur un trottoir, le gréviste de la faim a suspendu une banderole portant son nom en caractère ...gras, et celui de sa commune en minuscules. Et il se plaint :  " Les budgets des communes pauvres ont besoin de solidarité face à la crise».

Jean-Paul Huchon, son président PS, n'a pas bronché
"J’ai plus le choix, je dois me battre pour ma ville. Et de l’argent il y en a en Île-de-France: nous sommes dans une des zones d’Europe les plus riches avec des maires qui sont assis sur des coffres-forts, il faut donc partager les richesses."

Le locataire de l'Hôtel de Lassay, également ex-président rebelle de Seine-Saint-Denis, Claude Bartolone, dit comprendre "le cri de désespoir" du maire, mais se montre réservé sur la méthode, expliquant que "jeûner ne sera jamais un mode de combat politique acceptable". Une gaffe (le mot "couac" est interdit !) de socialiste hébergé sous les ors de la République !
Elue du Front de gauche à Sevran et jointe par téléphone, Maryse Patry, secrétaire générale adjointe du Snuipp 93 (FSU) et militante du mariage des personnes du même sexe, s’est elle "étonnée de cette action individuelle qui n’a pas été annoncée en conseil municipal".


La gauche sociale taxe-t-elle l'économie souterraine de Sevran à 75% ?

VOIR et ENTENDRE quelques reportages qui disqualifient la gestion EELV à Sevran:
Découverte d'un tunnel de stockage de drogues:



Peur des populations non plus "défavorisées", mais  désormais "pauvres" et de surcroît exposées: 


L'enfer de la drogue à Sevran, bastion écolo-coco du 9.3 :



Aucun commentaire :

Publier un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):