POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

jeudi 8 novembre 2012

Hollande n'est pas non plus "English friendly"

Hollande ridiculise la France dans son message de sympathie à Obama

Le président s'est planté dans un courrier adressé au président réélu

A sa  signature au stylo, "Son Excellence le Président des bisous"ajouté de sa blanche main un "friendly, François Hollande" , ce  qui signifie "Le sympathique, François Hollande"... MDR

Les réseaux sociaux internationaux se gaussent !
La lettre de félicitations de François Hollande adressée à Barack Obama est source de commentaires hilares sur la toile. En effet, cette incorrection, un "faux ami" basique en anglais, a fait le tour du web en quelques heures pour railler l'auto-satisfaction du vaniteux président, à la façon ostentatoire des parvenus, des nouveaux ...riches. LOL


Certains media évoquent Sarkozy aussi sec
La presse  éperdue par tant de "bulles" du "capitaine de pédalo" en six mois n'a pas manqué de rappeler qu'en janvier 2010, la langue de Nicolas Sarkozy avait fourché en déclarant à Hillary Clinton - sous la pluie et non pas dans le confort de son bureau - "sorry for the time", au lieu de "sorry for the weather".



Hollande en fait encore trop pour être honnête


Les media "indépendants" n'osent plus parler plus de "couac"...
Dans ce courrier publié sur le compte Twitter de l'Elysée, le président de la République a cru bon de personnaliser lourdement ses "sentiments amicaux" en revendiquant une amitié présumée avec redondance, plutôt que de s'en tenir à un "Yours sincerely", plus correct, mais surtout plus protocolaire et ...sincère.

Malencontreusement, France 2 venait de souligner les progrès des Français en anglais

La propagande grossière a succédé en mai au dénigrement systématique

Emmanuel Davidenkoff, le chroniqueur éclairé de France Info et de Libération, un cumulard (également directeur de la rédaction de l'Etudiant, groupe L'Express), assure que le label Sciences-Po fait toujours rêver le monde entier:  à Paris, la fourchette des prix des études s'étale de 9000 à 0 euro,  suivant les revenus des parents,sachant que 30% des étudiants ne paient rien pendant cinq ans. De quoi susciter un authentique engouement...

Ainsi, Elise Lucet, la grande prêtresse du SNJ au 13h de France 2 (service public!) , a présenté lundi un reportage qui assure que nos étudiants français deviendraient meilleurs en anglais. Elle prend Sciences-Po comme exemple pour assurer que les étudiants sortent parfaitement bilingues !


L'ironie de cette malencontreuse démonstration, c'est non seulement que Sciences-Po serait représentative de notre niveau universitaire, mais aussi que nos élites de la haute administration et de la politique maîtriseraient les langues. On avait déjà de forts doutes sur le français, mais, sur l'anglais, notre président ne fait rien pour redresser le niveau ! 


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):