POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

Ce blog est actuellement soumis à des difficultés "techniques" inédites en dix ans:
elles laissent augurer sa disparition prochaine,
"à l'insu de son plein gré"...

Accessoirement, grâce à la complicité active de quelques fidèles, je constate que
tous les articles comportant le mot 'Macron' en titre sont bloqués au compteur !

mercredi 5 août 2009

Epargne - Le livret A est en sursis à 1,25%

Au lieu de 0,25%, le livret A passe à 1,25%, Le gouvernement est intervenu pour limiter la baisse du taux du Livret A et ménager les épargnants.

Suivant la procédure, le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, devait transmettre une proposition de taux au ministre de l'Economie, dans les quatre jours ouvrés à compter du 15 juillet. Si les critères qui déterminent ce taux — et notamment l’indice des prix — avaient été mécaniquement appliqués, la rémunération du livret A aurait théoriquement dû être ramenée à 0,25%, au vu des derniers chiffres de l'inflation, mais le Livret passe le 1er août de 1,75% à 1,25%.

Ce taux, que suivent de près 54 des 64 millions de français, résulte d'une moyenne entre l'inflation et les taux d'intérêt interbancaires. Or, ces deux indicateurs (Eonia et Euribor, taux auxquels les banques se prêtent de l'argent)sont fortement orientés à la baisse.
Les prix à la consommation en France ont ainsi reculé de 0,5% sur un an pour le deuxième mois consécutif en juin, selon les données publiées jeudi par l'INSEE.

"L'aspect psychologique" pris en compte pour la décision

La formule d'ajustement automatique du taux du Livret A, instaurée en 2003 pour dépolitiser ce sujet très sensible, n'a donc pas été suivie. Le gouvernement a déjà dérogé trois fois à la formule depuis janvier 2008 pour ne pas pénaliser les épargnants (si le taux est trop bas) ou le financement du logement social (si le taux est trop haut).
"L'aspect psychologique, qui peut jouer dans des niveaux de taux nominaux extrêmement bas", a expliqué le gouverneur, Christian Noyer. De 4% en août 2008, le taux du Livret A est tombé à 2,5% en février 2009, puis 1,75% en avril, ce qui a conduit à un net ralentissement de la collecte et même à une collecte négative en mai (retraits supérieurs aux dépôts).

Décollecte sur le Livret A et le LDD, en juin

Les baisses successives du taux du livret A ont conduit à un net ralentissement des dépôts, et même à des retraits supérieurs aux dépôts.
Le livret A et le livret de développement durable (LDD), l'ancien Codevi, ont enregistré une décollecte de 1,9 milliard d'euros en juin, signant un deuxième mois consécutif de sortie d'épargne.

Ce mouvement récent de désaffection doit toutefois s'apprécier au regard de la popularité du Livret A qui a atteint des sommets en janvier
quand toutes les banques ont pu commercialiser ce produit sur lequel les Caisses d'Épargne et la Banque Postale jouissaient d'un monopole de distribution. Près de 8 millions de livrets A ont été ouverts depuis le début de l'année, alors qu'environ 46 millions de livrets étaient déjà en circulation fin 2008.

La Caisse des dépôts précise que la collecte reste néanmoins positive sur les deux livrets d'épargne, à 20,3 milliards d'euros, sur les six premiers mois de l'année.
Le livret A, ouvert à la commercialisation dans toutes les banques françaises depuis le 1er janvier 2009, et le LDD, ont déjà vu leur encours reculer de 1,6 milliard d'euros en mai dernier lorsque le taux d'intérêt du livret A est tombé à 1,75% contre 2,5% en février et 4% en août 2008.

Pour ne pas pénaliser davantage l'épargne et l'économie, le ministère français de l'Economie et la Banque de France ont d'ailleurs décidé le 16 juillet de limiter la baisse du taux de rémunération du livret A applicable à compter du 1er août.
Certains économistes ont estimé qu'une rémunération sous la barre symbolique de 1% aurait incité les épargnants à s'écarter du livret A, placement qui sert notamment à financer l'habitat social. Le taux sest donc ramené à 1,25%, son plus bas niveau depuis la création de ce produit d'épargne en 1818.


Christine Lagarde, la ministre de l'Économie, a suivi les recommandations du gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, qui avait invoqué des "circonstances exceptionnelles" à l'appui de cette nouvelle dérogation au mode de calcul théorique, la 4e depuis un an et demi. "Descendre à 0,25 % n'aurait pas été raisonnable (...) compte tenu de la nécessité de bien rémunérer l'épargne des Français par le biais du Livret A", a expliqué Mme Lagarde.

Le livret A garde son attrait
M
ême si le PEL et l’assurance-vie le concurrencent, et grâce à la baisse de l’inflation.

  • Une rémunération supérieure à l’inflation

    Malgré cette baisse, le livret A demeure attractif. « Le taux du livret A est beaucoup plus rémunérateur en termes réels [c’est-à-dire si l’on tient compte de l’inflation] à 1,25 % qu’à 4 % il y a un an. A l’époque, la variation des prix à la consommation s’élevait à 3,6 % et la rémunération nette du livret était donc de 0,4 %. Avec une inflation nulle aujourd’hui, le gain des détenteurs du livret sera donc de 1,25 % à partir du 1er août », explique Cyril Blesson, directeur de la recherche économique et institutionnelle au cabinet Seeds Finance.
  • Des financements moins onéreux pour le logement social et les PME

    Cette baisse va également contribuer à « réduire de nouveau le coût des ressources finançant le logement social et les PME »
    , a fait valoir Christian Noyer, le gouverneur de la Banque de France. Une partie des fonds du livret A est en effet transformée en prêts aux HLM, tandis que les fonds du livret de développement durable (LDD, ex-Codevi), dont le taux suit celui du livret A, servent au financement des PME.
  • L’assurance vie, le PEL et le futur emprunt d’Etat plus attractifs

    Cette nouvelle réduction va provoquer une réaffectation de l’épargne des Français. Si la baisse de sa rémunération au printemps dernier a cependant entraîné une décollecte de 1,6 milliard d’euros, depuis le 1er janvier, date à laquelle toutes les banques ont eu le droit de le distribuer, 8 millions de livrets ont été ouverts.
    A partir du 1er août, des produits comme le PEL, dont la rémunération ne change pas, retrouveront tous leurs attraits. Tout comme l’assurance-vie en euros ou l’emprunt d’Etat que se prépare à lancer le gouvernement. Aussi sûrs que le livret A, mais plus rémunérateurs.

    Le taux du Livret A est susceptible de révision les 1er février, mai, août et novembre.
  • Aucun commentaire :

    Enregistrer un commentaire

    Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):