POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 27 novembre 2013

Un ado s'accuse des tirs sur la voiture du conseiller spécial de Ayrault

L'ado avoue avoir tiré sur la voiture du député PS Olivier Faure

La voiture du député socialiste Olivier Faure a reçu des tirs de plomb
lundi soir à Paris.
 

L'élu de Seine-et-Marne avait aussitôt assuré qu'il n'était pas visé personnellement. 
Alors qu'Olivier Faure, conseiller spécial du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, était, dit-on, sorti de sa voiture stationnée dans une rue du XIIIe arrondissement, le quartier asiatique de Paris, son chauffeur avait entendu un bruit suspect et constaté "des impacts de plomb dans les portières de la voiture", confirmant une information de RTL. Lien PaSiDupes 

Une enquête a été ouverte dans l'après-midi et confiée au 3e district de la police judiciaire parisienne, mais
le député socialiste assure que c'est un "hasard total" que sa voiture ait été touchée par ces tirs de plomb. Il s'agit "certainement de gens qui n'ont pas tous leurs esprits", a commenté Olivier Faure, estimant que cela pouvait être "l'acte d'un déséquilibré, ou de jeunes désoeuvrés, pas du tout un acte politique". 

Un adolescent anonyme a accepté de se dénoncer mardi soir
en évoquant un jeu avec un carabine à air comprimé. 
En début de soirée, RTL a révélé qu'un adolescent de 16 ans s'est dénoncé aux forces de l'ordre au cours de leur enquête de voisinage et a été interpellé. Il a expliqué aux enquêteurs avoir acheté une carabine à air comprimé et s'être amusé à tirer sans savoir que la voiture appartenait au député PS qu'il ne connaissait d'ailleurs pas, bien qu'habitant le quartier. Il a été remis en liberté et devra répondre de ses actes devant la justice.
Sur son compte Twitter, le député et porte-parole du gouvernement, a sans délai fourni par tweets les éléments de langage en rapport avec l'agression, les motifs des tirs et les auteurs présumés.

Du tireur, on ne saura rien de plus,
accréditant ainsi la thèse d'un volontaire qui aurait accepté d'endosser la responsabilité des tirs, un jeune militant dévoué au député et un mineur protégé par le code pénal.

La voiture touchée est un véhicule du pool de voitures de l'Assemblée
nationale, sans cocarde ni signe distinctif, qui n'est pas spécialement attribuée au député. Autant de précisions visant à démontrer que ce secrétaire national à la communication ne pouvait pas être personnellement visé: le hasard seul est mal-intentionné...

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):