POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 2 janvier 2013

Islam: Charlie Hebdo harcèle les religions de provocations

Sa BD "halal" sur la vie de Mahomet est-elle indispensable ?

Mahomet, fonds de commerce du canard anar

Charb, autodidacte, mais
éducateur des masses
Charlie Hebdo publie un hors-série intitulé La Vie de Mahomet, une biographie en BD "halal". 
Alors qu'en démocratie éclairée, elle pourrait jouer un rôle fédérateur des différences en sorte que les citoyens vivent en paix, la presse a souvent choisi  solidairement de considérer l'impertinence et l'agression, dans le meilleur des cas comme une liberté de ton et dans le pire, comme l'incarnation démocratique de la liberté d'expression. 
Et la presse satirique, qui jouit de toutes les libertés, comme Hollande de tous les pouvoirs, trouve sa raison d'être dans la dénonciation des petits travers et des grands abus des autres, au regard de son idéologie. Si elle se flatte de dénoncer les totalitarismes, son intolérance la rend en fait suspecte, voire totalitaire.
 
Respectueux, juste 
et délicat...
En maniant les armes de la provocation, elle blesse les sensibilités et crée ainsi un climat de tensions entre démocrates et catégories sociales, philosophiques et religieuses. 
Elle s'arroge le droit de décerner  ou de retirer des brevets de bon républicain à l'aune de sa philosophie. Ses jugements radicaux s'appliquent à tous les domaines, mais avec une prédilection pour les frappes visant les sectes, l'extrême droite, le catholicisme, l'islamisme, le judaïsme, la culture ou la politique, avec le sentiment d'être légitime et infaillible, comme le sont les staliniens

On a compris que
la conviction intime de leur clairvoyance et de leur supériorité les anime au mépris de leurs semblables jugés ignorants et abêtis. 
Ce sectarisme est habillé d'humour qu'il est convenu de décrypter au second degré: soit on est apte et accueilli dans ce cénacle microcosmique et pestilentiel, soit on est réfractaire à l'insulte et la scatologie et on se fait rétrograder au rang des pisse-froid et des archaïques, le degré suprême de l'opprobre étant un fascisme supposé ou avéré, selon les critères de l'extrême gauche libertaire.

Charlie Hebdo s'en est encore pris aux musulmans 
Charlie Hebdo du 19 septembre 2012
Faut-il être mauvais coucheur
pour s'offusquer ?
Au diable,
 les tabous !
Charb en tête et partout en photo, il les provoque par tous les moyens plus ou moins honnêtes et transgressifs à disposition, depuis des séries de caricatures de leur prophète Mahomet, puisque sa représentation est interdite, et des numéros spéciaux qui se veulent d'investigation et d'éducation des masses.

Charlie Hebdo sait se renouveler
tout en tournant délicatement 
autour du même sujet éducatif

 
Ce qui est éthiquement (en voilà un drôle de mot) "minable", comme dirait Ayrault, ce sont les mauvaises excuses et les méchants prétextes avancés: outre l'humour au degré adéquat, si fétide soit-il, la défense et la solidarité avec les groupes opprimés. Charlie Hebdo a été poursuivi par la Grande Mosquée de Paris, l'Union des organisations islamiques de France (UOIF) et la ligue islamique mondiale pour avoir vaillamment publié des caricatures de Mahomet dues au journal Jyllands-Posten ainsi que la Une dessinée par Cabu représentant " Mahomet débordé par les intégristes " déclarant que « c'est dur d'être aimé par des cons " (Le Monde du 08/02/07): ce genre de feuille ne fait pas dans la dentelle. 
Or, ces vertueux agresseurs intégristes ont tenté de se faire passer pour les défenseurs leurs camarades de la presse scandinave. L'affaire fit un tel buzz que Charlie Hebdo fit plusieurs rechutes qui remplirent à chaque fois les caisses des ces anti-libéraux cohérents, sur le dos de la xénophobie et de l'islam.
 
Le client est tellement bon que c'est donc depuis sans noble raison et à leur propre initiative qu'ils exploitent le filon. Charb creuse toujours plus profond sans chercher ni le mal ni à faire mal et accélère même l'allure de sa croisade contre la religion musulmane, suitant des pages intérieures sur la Une, pour  dégouliner cette semaine en un hors-série complet consacrés aux croyants, s'il est vrai que les musulmans laïcs ont toute sa sympathie. Charlie Hebdo vise donc la religion. 
Certains voient  dans cette démarche mercantile de mécréants une tentative pour sauver, aux dépens des croyants, les ventes d'un produit proche de la putréfaction. D'autres veulent y voir une guerre sainte contre une religion dont les pratiques seraient incompatibles avec la démocratie occidentale

Cette interprétation républicaine pose en fait plusieurs questions, telle que la légitimité de journalistes à décider de ce qui est, ou non, compatible avec notre démocratie, ou que la liberté de conscience. N'avons-nous pas des représentants élus et des juges pour  apprécier les situations difficiles, sans pressions extérieures, ces ingérences anti-démocratiques partout légitimées par la presse dans l'opinion

Il se trouve de surcroît que
la démocratie française cultive l'exception républicaine d'être laïque, dans le sens de la tolérance à l'autre et à toutes les religions - qui respectent la république -  et de maintenir avec elle, et entre elles, un modus vivendi fondé sur le dialogue et l'ouverture d'esprit. 

C'est sur cette notion de dialogue apaisé que Charb et Charlie Hebdo vont à l'encontre des valeurs de notre démocratie française. 
Toute provocation envers une même communauté-cible qui tend à générer des conflits avec le reste de la société, par la répétition de cet acharnement, devient suspecte de haine envers l'autre. Notre Code Pénal sanctionne l'appel à la haine envers les pratiquants d'une religion. Il serait déraisonnable d'attendre que les provocations répétées de Charb et Charlie Hebdo fassent couler le sang de nos concitoyens ici, par des explosions aveugles ou ciblées, ou dans le monde, par des massacres de Chrétiens, pour saisir les instances de déontologie de la presse et les tribunaux. Quand un journal remet constamment en question par ses publications l'entente paisible entre les citoyens d'une démocratie, il est du devoir des responsables élus de s'interroger sur la place de ce journal au sein e la communauté. 

Najat Vallaud-Belkacem réagit

Le "juste équilibre" 
Si Najat Vallaud-Belkacem a jugé "difficile" mercredi de "porter un jugement" sur la publication par Charlie hebdo d'une BD sur la vie de Mahomet, qu'elle n'a "pas vue" [une technique chère à Martine Brochen-Aubry, premier secrétaire du PS, la porte-parole du gouvernement a souhaité néanmoins rappeler la nécessité d'un "juste équilibre" entre "liberté d'expression" et [quoi ??] et "de ne pas jeter d'huile sur le feu".

"Je ne sais pas ce qu'il y a dans cette publication donc c'est difficile de porter un jugement", a déclaré sur France 2 la binationale franco-marocaine qui réponse à tout quand on lui fournit des "éléments de langage". "Moi je crois qu'on est dans un pays où il faut toujours veiller à un juste équilibre entre la liberté d'expression et le respect de l'ordre public, la nécessité de ne pas jeter de l'huile sur le feu", a-t-elle ajouté, avec la conviction molle de la langue de bois à faire des flûtes. "Evidemment, c'est difficile de fixer une telle règle dans l'absolu, sans regarder précisément ce qu'il en est. Je n'ai pas vu ce document, il m'est difficile de juger", a insisté Najat Vallaud-Belkacem. Beaucoup de mots pour ne rien dire... Ca donne une idée du charisme de celle qui est accessoirement ministre des Droits des femmes : encore un coup bas porté à la cause féminine !

"Un récit minutieux basé sur une bibliographie rigoureuse"

C'est scientifique  ?
Charlie Hebdo a publie ce mercredi 2 janvier un hors-série intitulé "La Vie de Mahomet", une bande dessinée biographique "parfaitement halal", concoctée à partir de textes de chroniqueurs musulmans et non pas des théologiens. Il ne s'agit là ni d'une caricature, ni d'une satire, mais d'un récit minutieux [quasiment érudit !] basé sur une bibliographie rigoureuse, assure - objectivement - dans un avant-propos "Zineb", caution sociologique franco-marocaine des religions et co-auteure de l'ouvrage.

"C'est une biographie autorisée par l'islam puisqu'elle a été rédigée par des musulmans. C'est une compilation de ce qui a été écrit sur la vie de Mahomet par des chroniqueurs musulmans et on l'a simplement mise en images", renchérit Charb, qui se défend de verser dans la provocation. "Je ne pense pas que le plus savant des musulmans pourra reprocher quoi que ce soit sur le fond", insiste Charb, dont l'hebdomadaire a provoqué à plusieurs reprises des remous en publiant des caricatures de Mahomet.

"Mahomet était un homme, j'ai dessiné un homme"

"L'idée de ce livre, j'y pense depuis 2006, au moment des caricatures de Mahomet au Danemark. Je crois qu'au départ on avait pris le sujet un peu à l'envers, on a mis en scène un personnage dont on ne connaissait pas la vie, moi le premier", reconnaît-il, après plusieurs numéros diffamatoires. "Avant de pouvoir rigoler d'un personnage, il vaut mieux le connaître. Autant on connaît la vie de Jésus, autant on connaît rien de Mahomet", assure le prosélyte après coup: a-t-il été touché par la grâce ?

Quant aux critiques qui ne manqueront pas d'affirmer que représenter le Prophète est blasphématoire, "c'est juste une tradition, c'est absolument pas inscrit dans le Coran, plaide le dessinateur. A partir du moment où ce n'est pas pour ridiculiser Mahomet, je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas lire ce livre comme on lit au catéchisme des histoires de la vie de Jésus". "Autant le fond est parfaitement halal, autant l'image, c'est mon dessin. J'ai dessiné Mahomet comme je dessine habituellement mes personnages, Mahomet était un homme, j'ai dessiné un homme", fait valoir Charb. Pour autant, dessiner Mahomet à l'image de Charb, n'est-ce pas une caricature plus terrible que les précédentes ?

"Pas fait pour choquer"

En novembre 2011, après la publication d'un numéro spécial baptisé "Charia Hebdo" (nom donné au no 1011 de l'hebdomadaire) contenant des caricatures de Mahomet, les locaux du journal satirique avaient été la cible d'un incendie criminel (!), son site internet piraté et Charb menacé de mort. Ce dernier vit depuis sous protection policière. 
Plus récemment, de nouvelles caricatures publiées par le journal avaient attiré à Charlie Hebdo des critiques virulentes dans de très nombreux pays musulmans, allant jusqu'à faire réagir le gouvernement français.

Même si cette fois la démarche est bien différente, Charb s'attend à ne pas plaire à tout le monde. 
"Si des gens veulent être choqués, ils seront choqués, mais ce n'est pas fait pour choquer. Les musulmans sont aussi prêts à rire d'eux-mêmes, si on se met à les considérer comme des handicapés du rire, on ne fait pas le jeu d'un islam apaisé, on fait le jeux des extrémistes. Il faut arrêter d'avoir peur, plus on a peur de l'islam, plus l'islam fera peur", commente cet ami des religions. Pour lui, "ce serait une bonne idée de le mettre dans les écoles, même des enfants musulmans peuvent le lire dans la mesure où ils acceptent que Mahomet soit représenté". Un grand pas pour l'humanité.

"Il y a de la provocation comme toutes les semaines, pas plus avec l'islam qu'avec d'autres sujets", a fait valoir son directeur de publication, le dessinateur Charb. Dans le genre démocrate, on ne fait pas mieux. 
Mais dans le genre commerçant, il est intouchable: la presse amie fait la promotion de du produit depuis samedi !

34 commentaires :

  1. Pour une fois, je ne suis pas de votre avis.

    d'une part parce qu'il ne faudrait pas accréditer la thèse qui voudrait que se moquer d'une religion est un acte raciste, d'autre part parce que j'espère que cette bande dessinée obligera peut être tous ceux qui n'ont jamais lu ces textes à les lire par curiosité pour les illustrations.

    Il est peu glorieux de défendre un texte sans jamais l'avoir lu au prétexte de non-stigmatisation.

    Si, grâce à une polémique, le maximum de français pouvait approcher, ne serait ce qu'un peu, à la dureté et à l'intolérance de ces textes, je pense -sincèrement- qu'on arrêterait un peu de défendre l'indéfendable (indéfendable sur notre sol démocratique et prônant l'égalité entre tous) s’entend.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour avoir lu ce long article documenté et nuancé, je trouve pour ma part qu'il distingue clairement les croyants des autres, les laïcs et les religieux, et qu'il évite la critique que vous formulez de confondre les personnes avec leur foi, surtout radicale.
      Je pense aussi que pour connaître un sujet, il vaut mieux aller directement à la source plutôt qu'à une vulgarisation, surtout si elle est biaisée, comme c'est forcément le cas avec Charlie Hebdo. L'article en revanche montre avec humour que les préoccupations des libertaires ne s'élèvent pas au-dessus de la ceinture.
      Alors, moi, je dis bravo à cette présentation piquante mais respectueuse.

      Supprimer
  2. Gestes racistes

    RépondreSupprimer
  3. laisser l'islam en paix laisser notre prophète en paix..
    l'islam est notre religion notre foi nous n'avons que ça..
    qu'elle soit bonne ou mauvaise laisser la nous nous en feront ce que nous voudrons..
    vous ne faites qu'alimenter la haine de croyants fanatiques pour revenir et dire que l'islam est une religion de mal alors que c'est vous qui entraîner ce mal..
    que dieu nous protège tous et apporte la lumière dans nos cœurs pour un monde meilleur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui à la paix dans les coeurs. Si nos frères et soeurs musulmans acceptent de faire le ménage dans leurs rangs, de dire stop aux fanatiques, de lire bien leurs textes sacrés pour pouvoir réfuter les arguments des fanatiques, on y arrivera. Sinon, les musulmans seront à leur tour les victimes de leurs propres fanatiques.

      Supprimer
    2. Quel rapport entre l'Islam et les extrémistes de qui ces journaux se moquent et dénoncent? Je pense que la réponse est dans la question...

      Supprimer
    3. "L'islam, nous n'avons que ça" ? Et un peu de pétrole ! Dont les profits sont d'ailleurs assez mal répartis dans les populations laborieuses arabes...

      Supprimer
  4. C'est totalement vrai ce que tu dis "Toute provocation envers une même communauté-cible qui tend à générer des conflits avec le reste de la société, par la répétition de cet acharnement, devient suspecte de haine envers l'autre". Le Code Pénal sanctionne l'appel à la haine envers les pratiquants d'une religion , baaa bvoo au code pénal (pour n'avoir rien fait ou mm quelque chose d'efficace. "Il serait déraisonnable D'ATTENDRE que les provocations répétées de Charb et Charlie Hebdo fassent couler le sang de nos concitoyens ici"? t'avais raison, regarde aujourd'hui l'attentat , c triste et affreux, tout cela dû à un manque de sérieux ds l'application du code pénal , bvoo au responsable (élus je ne s'est pour quoi faire).
    Quand un journal se moque ainsi d'une religion (ici celle des musulmans) par ses publications effroyable et vilain pour ma part, c tout simplement du racisme et il est du devoir des responsables élus (où sont-ils?) de s'interroger sur la place de ce journal au sein de la communauté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est de la pure provocation .Les unes de Charlie hebdo visent trop régulièrement l'islam !

      Supprimer
    2. Ceux qui aiment les extrémistes se sentent touché par ce genre de pensées satiriques, que ce soit de Charlie Hebdo ou de Dieudonné, en fait ces gens là dénoncent les dérives dangereuses.

      Supprimer
  5. Si les Chrétiens avaient jugés ça raciste, ça fait longtemps qu'ils vous l'auraient dit !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand ils le disent, c'est sans attentats ni rapts et assassinats...

      Supprimer
  6. "Laisser votre prophète en paix", bien sûr, mais qu'il laisse les Chrétiens tranquilles aussi !

    -"notre foi nous n'avons que ça": avec un peu de pétrole en plus, tout de même, dont les techniques d'extraction sont dues aux occidentaux... Mais vos croyants ne sont pas très partageurs, car sinon vous seriez plus nombreux à les préférer à nous...

    -"nous nous en feront ce que nous voudrons" ? Mais en France, nous avons notre mot à dire...

    -difficile de nier, surtout aujourd'hui, que l'islam inspire le mal... Nous ne pouvons nous laisser accuser d'"entraîner le mal". Si vous vouliez dialoguer, vous ne jetteriez pas d'anathèmes et ne menaceriez pas de djihad...

    -"que dieu nous protège tous et apporte la lumière dans nos cœurs pour un monde meilleur": on accepte même les phrases toutes faites... et vides de sens, au regard des violences et des tueries ici et ailleurs...

    RépondreSupprimer
  7. Plus con il y a que iblis

    RépondreSupprimer
  8. Comment voulez vous que les cons d'extremistes désignés par ce con de Charly suivent les vrais règles de conduites à avoir en tant que croyant ? Sachant qu'ils ont "hyper-méga-super-beaucoup" du mal à les suivrent et si en plus de ça une autre catégorie de cons insistent autant pour les provoquer, on en finira pas avec toutes ces histoires ! Un con reste un con et ce n'est pas par cette puttin de caricature qu'il va réaliser qu'il a un brin d'intelligence ! Surtout pour Charly, au fond ca lui apporte quoi de faire ça ? Bon on lui en voudra pas vu qu'il est con aussi. Par ailleurs, j'ai envie de dire que si il se fait tué c'est qu'il a cherché ! On joue pas avec les cons! Surtout si on est con !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens tu as peur tu préfères sucer le cul aux extrémistes, pas de couille pas d'embrouille?

      Supprimer
  9. Mai ou ai donc charlie?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. rectificatif: on dit plutôt mais où est donc charlie? n'Est-ce pas plus beau comme ça?;-)

      Supprimer
    2. Il n'est pas hors sujet d'évoquer "mai", si c'est le mois de 1968 ;-)

      Supprimer
  10. NIK TA MEEEEEEEER

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour à vous tous étres humains que nous sommes . Pauvres de nous. Les uns qui se disent libres d'exprimer leur liberté de penser et d'autres qui se prennent pour des justiciers.. Les uns qui ne respectent plus rien les autres qui ne tolèrent rien..
    Ou est notre droit à chacun de vivre dans la dignité.
    SE respecter c'est respecter l'autre. Nous avons besoin des uns et des autres et c'est dans nos différences échangées que nous puiserons le meilleur de l'autre pour s'apprivoiser.. soi mème ...Ne soyons plus des sauvages.. pour un monde plus serein.. celui de demain..celui de nos enfants.
    PLUS JAMAIS la violence des images , des mots , cessez celle des balles.
    signé d'une musulmane dans l amour de son prochain.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'humour fin et respectueux, c'est plus difficile que la provocation salace !

      Supprimer
  12. En tout cas en cas de guerre je revois déjà pointer les petits enfants des collabos de la guerre 39/45, qui prennent comme leur grand père le parti de ceux qui font "peur", la queue entre les jambes...

    RépondreSupprimer
  13. QUAND JE LIS AVEC AUTANT DE FAUTES D'ORTHOGRAPHES DES CONNERIES:

    Melissa :"Par ailleurs, j'ai envie de dire que si il se fait tué c'est qu'il a cherché !"

    Je réponds :
    DANS QUEL PAYS UN DESSIN MERITE DE TUER????

    VIVE LA FRANCE ====> LAICITE EGALITE FRATERNITE

    LA PAROLE EST D'ARGENT ET LE SILENCE EST D'OR !!!!

    ALORS VOS GUEULES ET LISEZ DES LIVRES CELA VOUS FERA DU BIEN....

    MERCI CHARLIE ET JE SUIS CHARLIE..........

    (HERVE GOURDEL NE DESSINAIT PAS ..........)

    RépondreSupprimer
  14. pas de contrainte en religion,a toi ta religion et a moi la mienne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. djemaanabil@yahoo.frjanvier 10, 2015

      MALGRE LEURS IGNORENCE AU CORAN POURTANT CE CORAN A ETE REVELE DEPUIS 14 siecle STIPULE QUE NUL NE PEUT TUER CE CORAN EST TRES LUCIDE ET PROTEGE MEME LES GENS QUI SE MOQUE DE LUI Voilà pourquoi Nous avons édicté cette loi aux fils d'Israël : «Quiconque tue un être humain non convaincu de meurtre ou de sédition sur la Terre est considéré comme le meurtrier de l'humanité tout entière. Quiconque sauve la vie d'un seul être humain est considéré comme ayant sauvé la vie de l'humanité tout entière !» Malgré les multiples et irréfutables preuves qui leur furent apportées par Nos prophètes, beaucoup d'entre eux n'en continuèrent pas moins à commettre des excès sur la Terre.

      Supprimer
  15. Et les guignols de l'info n'ont aucun respect de la fonction présidentielle, les humouristes n'ont pas de respect pour les homo, etc etc. Pour que chacun soit "respecter", on devrait tous arrêter de rire non ?
    La liberté d'expression, c'est de pouvoir parler, dessiner, s'exprimer sur ce qu'on veut, mais en contre partie d'accepter que les autres en fasse de même, y compris sur les sujets qui nous sont proches. La religion c'est l'affaire de chacun, mais ca n'est pas une religion qui dicte les lois, ce qu'on a le droit de dire ou d'écrire, en France du moins.

    RépondreSupprimer
  16. حذرت دار الإفتاء المصرية، الثلاثاء، من "إقدام مجلة شارلي إيبدو الساخرة على نشر عدد جديد مسيء إلى النبي محمد صلى الله عليه وسلم" ردا على الهجمات التي تعرضت لها.

    RépondreSupprimer
  17. y'a t'il une limite à l'expression .?

    RépondreSupprimer
  18. BOF l'article est juste une opinion d'idées.
    Les musulmans ne sont pas responsables personnes qui font des attentats, mais sont coupables de ne pas les dénoncer.
    Les laics ne sont pas responsables des dessinateurs des caricatures mais sont libres de ne pas acheter leur journal.
    C'est ce qu'impose la France. Si certains ne sont pas d'accord avec ces données de base, ils peuvent toujours s'éloigner de ce pays et ainsi éviter d'être outragés.

    RépondreSupprimer
  19. nous sommes tous des frères! nous sommes tous des êtres humains,quelque soit la religion,les croyances ne sont qu'un plus dans nos vies.☺

    RépondreSupprimer
  20. Les musulmans peuvent s'imposer toutes les règles qu'ils souhaitent mais non aucun droit de les imposer aux autres. C'est le principe de la liberté.

    RépondreSupprimer
  21. Les chrétiens ont un dieu unique, les juifs ont un dieu unique, les musulmans ont un dieu unique... et si c'était tout simplement le même!

    RépondreSupprimer
  22. Ce Dieu unique n'a visiblement pas les mêmes fidèles: peut-Il être fier de ce que certains ont fait de son enseignement ?

    RépondreSupprimer

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):