POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

vendredi 20 avril 2018

LREM va exclure un député indépendant : totalitarisme jupitérien ?

Le député Jean-Michel Clément bientôt effacé de la photo du groupe LREM 

Richard Ferrand, un des premiers fidèles d’Emmanuel Macron, va trancher dans le vif

Résultat de recherche d'images pour "Jean-Michel Clément"
Beaucoup général et un peu secrétaire de la mauvaise troupe En Marche !, Ferrand va convoquer par courrier le député à une réunion spéciale du bureau du groupe. Le député a en effet annoncé qu’il votera contre la loi Asile et Immigration et ça ne passe pas au Politbüro. Ce sera évidemment une première dans ce mouvement fait de bric et de broc, mais fait assez rare puisque, pour moins que ça, le PS n'a pas viré Valls.

Richard Ferrand, le chef du groupe LREM à l’Assemblée nationale, s’apprête à exclure Jean-Michel Clément, député LREM de 64 ans, proche de Ségolène Royal. 
Cet élu de la Vienne, issu des rangs socialistes, comme Ferrand, a, en effet, annoncé - et confirmé - qu’il ne faut pas compter sur lui pour être plus longtemps un godillot sans états d'âme : le projet de loi Asile Immigration, examiné en première lecture au Palais Bourbon et qui sera voté ce week end, est pour lui un caillou dans ses 'rangers.' "L’accent de ce texte est principalement mis sur des mesures de police et non sur le premier accueil", explique-t-il. 

"Si s’abstenir est un pêché véniel, voter contre un texte est un pêché mortel qui mérite l’exclusion," a prévenu Richard Ferrand, dont le péché mignon est l'immobilier. 
Selon Le Monde, les Mutuelles de Bretagne ont payé des travaux facturés par la société de son ex-femme Françoise Coustal, artiste plasticienne, pour l'aménagement d'un Ehpad, à Guilers, qui a bénéficié d'une subvention de 1,66 million d'euros du Conseil départemental du Finistère, dont Richard Ferrand était alors vice-président.
"Mourir pour ses idées, il y a pire comme sanction," a rétorqué Jean-Michel Clément, en citant Georges Brassens. Le Bureau du groupe se prononcera vraisemblablement le 9 mai, après que Jean-Michel Clément aura eu la possibilité de faire valoir ses arguments. "Des heures de débat ont eu lieu sur le texte Asile Immigration, insiste-t-on dans l’entourage de Richard Ferrand. 
Et les règles statutaires sont claires, mais cyniques : tout le monde peut faire valoir ses raisons, mais ensuite, c’est la position majoritaire du groupe qui prévaut. Dans leurs négociations avec la ministre Borne, les syndicats de cheminots en savent quelque chose...
"Sinon c’est l’anarchie," craint le jeune mouvement. "On peut s’abstenir, mais pas voter contre." 

Interrogé hier,
sur son avenir en cas d’exclusion, l'avocat Jean-Michel Clément a répondu que la "question n’est pas d’actualité". 
Et d’ajouter qu’il ne se considère pas comme un "frondeur. Et qu’il reste "globalement en accord avec la politique de réformes d’Emmanuel Macron."

1 commentaire :

  1. L'épuration en marche....au pas.Reste à savoir si ce sera au pas de l'oie...?

    RépondreSupprimer

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):