POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

lundi 2 avril 2018

Un député LREM s'en prend violemment aux cheminots

Jean-Baptiste Djebbari plaide pour un "syndicalisme plus constructif"

La grève "perlée" de la SNCF - deux jours sur sept hebdomadaire, pour une meilleure désorganisation - démarre officiellement 
ce lundi soir 2 avril. 

Si le trafic s'annonce quasi normal en ce lundi de Pâques et de retour des Français d'un long week-end en famille, leur vie quotidienne va considérablement se tendre, avec notamment un "mardi noir" attendu sur les rails. La première salve du mouvement s'annonce particulièrement suivie alors que 77% des conducteurs devraient être en grève. 

Un député LREM Jean-Baptiste Djebbari, 36 ans, ne craint pas la démagogie.
"Je fais un pari sur l'intelligence des Français qui savent très bien qu'on est dans un statu-quo intenable. 
C'est un statu-quo maintenu par les gouvernements précédents qui n'ont pas eu le courage de faire cette réforme, polémique l'élu LREM de la deuxième circonscription de Haute-Vienne 
La réforme est pour les usagers", selon le rapporteur sur la loi ferroviaire, 36 ans. Il est en fait fonctionnaire de l'aviation civile, devenu pilote de ligne.

VOIR et ENTENDRE l'élu imbu de sa personne qui se tient toujours de trois-quart, épaule en avant, dans une attitude agressive :
A laquelle des trois familles des députés En Marche ! Djebbari appartient-il ?
Le carré des anciens élus. Ce sont des socialistes en rupture de ban, réélus dans le sillage du président sans base partisane, certains pour la troisième fois, ils sont parfois deux fois plus âgés que les Marcheurs qui les ont rejoints au Palais-Bourbon et ils sont amers. Leur expérience pèse peu, selon eux, aux yeux des novices de LREM. L'ex-écolo François-Michel Lambert (Bouches-du-Rhône) ou les ex-socialistes Brigitte Bourguignon (Pas-de-Calais) et Françoise Dumas (Gard) ne cachent pas leur agacement. En plus, les postes auxquels ils pouvaient prétendre leur passent sous le nez. De quoi être frustrés. Comme la vice-présidence de l'Assemblée pour Jacques Krabal (ex-PRG), décrochée par le jeune Sacha Houlié, ou la présidence de la commission des Lois, pour l'ex-PRG.
Un deuxième groupe - dont le 'mentor' est Stéphane Séjourné, 32 ans, n'est pas député - a suivi la filière des Jeunes Socialistes. Ils ont une trentaine d'années et ont milité au début des années 2000 au sein du Mouvement des jeunes socialistes (MJS). La plupart ont fait leurs études à l'université de Poitiers. Et leur combat initiatique fut la lutte contre le CPE, le contrat premier embauche, en 2006. Ils ont pour noms Sacha Houlié (Vienne), qui occupe le poste clé de vice-président de l'Assemblée nationale, Pierre Pierson (Paris), à la commission des Finances, Guillaume Chiche (Deux-Sèvres) ou Aurélien Taché (Val-d'Oise), à la commission des Affaires sociales. Alain Tourret (Calvados), à laquelle s'est fait élire la Marcheuse Yaël Braun-Pivet.
Djebbari a son rond de serviette à la table des prétentieux
,  clan de députés parisiens de la majorité qui pensent que la France n'attendait qu'eux, dont Sylvain Maillard, Stanislas Guerini ou Pacôme Rupin, issus des plus grandes écoles de commerce et de gestion comme HEC ou l'Essec, Amélie de Monchalin (Essonne), Caroline Abadie (Isère) ou Bruno Bonnell (Rhône). Parmi les 41 chefs d'entreprise qui siègent désormais au Palais-Bourbon, 31 sont issus de la République en marche et du MoDem. 
Ce directeur des opérations aériennes d'un groupe privé - et pourtant expert judiciaire - dénonce alors une "pratique syndicale" obsolète.

"C'est une conception qui ne devrait plus avoir cours. On devrait avoir un syndicalisme qui est beaucoup plus constructif et qui cesse d'être réfractaire par principe", déplore ce proche de Castaner, évoquant dès lors un "front syndical qui n'est pas uni". Avant d'ajouter : "Il y a le dialogue social qui ne fonctionne pas à la SNCF. Il y a 9.000 mandats syndicaux à la SNCF, soit 2.200 syndicalistes à temps plein". 
A l'assemblée nationale, il a accepté la fonction de "whip" (au Parlement de Westminster), sorte de 'surjet' (conseiller principal d'éducation) ou d'adjudant de quartier.

Il s'est fait le spécialiste des transports (notamment dans le cadre des Assises de la mobilité), intervenant régulièrement dans les media sur ce sujet (fractures territoriales ou Notre-Dame-des-Landes, non sans arrière pensée électoraliste, puisqu'il "oeuvre" au désenclavement de la ...Haute-Vienne.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):