POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

Ce blog est actuellement soumis à des difficultés "techniques" inédites en dix ans:
elles laissent augurer sa disparition prochaine,
"à l'insu de son plein gré"...

Accessoirement, grâce à la complicité active de quelques fidèles, je constate que
tous les articles comportant le mot 'Macron' en titre sont bloqués au compteur !

mercredi 25 février 2015

Vol de drone à Paris: garde à vue de trois journalistes d'Al-Jazeera

Le pilote du drone aperçu cet après-midi au bois de Boulogne serait en fait trois journalistes 

Trois journalistes d'Al-Jazeera ont été arrêtés


après avoir fait voler un drone, mercredi après-midi, dans l'ouest de Paris.

Les trois suspects, dont la nationalité est masquée, ont été Interpellés vers 15h30, et placés en garde à vue mercredi, selon une source proche de l'enquête. d'Al-Jazeera ont été arrêtés et placés en garde à vue pour avoir fait voler un drone dans le bois de Boulogne, à Paris. 


L'employeur est une chaîne de télévision qatarienne de langue arabe

Les journalistes sont âgés de 34 ans, 52 ans et de 68 ans.

"Le premier pilotait le drone, le deuxième filmait, le troisième regardait", a précisé cette source. 

Ces interpellations interviennent après deux nuits consécutives de survols de Paris par des engins volants qui ont donné lieu à l'ouverture d'une enquête par le parquet de Paris. 
"Aucun rapprochement n'est pour l'heure possible entre ces arrestations et les survols nocturnes", a précisé l'une des sources. 

Dans tous les cas, le survol de drones sans autorisation est interdit dans la capitale.
Par ailleurs, un restaurateur du nord-ouest parisien s'est fait confisquer mercredi son drone sur décision de justice, selon une source proche de l'enquête.
Le commerçant avait été interpellé mardi sur dénonciation d'un voisin pour avoir fait voler son drone lundi soir à Paris. Aucun lien n'a été établi avec les survols mystérieux signalés cette nuit-là.

Ce restaurateur a été présenté mercredi à un magistrat dans le cadre de la comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC), une procédure simplifiée dite du "plaider coupable". 

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):