POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

vendredi 9 juin 2006

PS : J.-M. Ayrault est moins blanc que rose.
Jean-Marc Ayrault a été en délicatesse avec la justice. Un juge intègre, Jean-Pierre Pétillon, l’a mis en examen pour favoritisme : c’était il y a dix ans, mais on n’a toujours pas précisé quel était le ‘deal’, les contreparties, sonnantes et trébuchantes…
Si Jean-Marc a eu des problèmes, c'est en fait la faute de Daniel, qui a tout pris, au propre comme au figuré : un militant dévoué, ce Daniel, qui, comme d'autres est là pour les basses besognes et prendre les coups, pour que son maître puisse parader et distribuer des bons points de moralité.
Feu Daniel Nedzela était donc son âme damnée. Pendant de longues années il a organisé les meetings, imprimé les tracts et réglé les petits extras de la section locale du parti socialiste. Le zélé Daniel mettait son nez partout, et aussi la main : dans les marchés publics, comme intermédiaire patenté, dans le bulletin municipal de Nantes, qu'il a longtemps imprimé et plus généralement dans les campagnes de communication des organismes liés à la ville.
Emprisonné pendant un mois et demi en 1993 pour trafic d'influence, Nedzela a depuis lors disparu de la circulation nantaise. Et la justice semblait se désintéresser de son cas. Pas de chance pour Jean-Marc, le juge qui l’a mis en examen en 1996 n’était autre que celui qui avait fait des misères à Daniel.
D'ici que le vertueux Jean-Marc crie à l’acharnement si Jean-Pierre fait le rapprochement entre Jean-Marc et Daniel et leur fasse raconter leurs vies secrètes. Mais attention, le Jean-Marc devient ‘fébrile’ à l’évocation de son passé : "C'est quelqu'un qui, quand il est en difficultés, montre son vrai caractère: quelqu'un d'assez agité, fébrile et qui inquiète". C’est celui qui le dit qui l’est.
"Tout cela est à mettre sur son débit (j’aurais dit ’à son débit ; en allemand, j’ignore, et vous Monsieur la Voix de son Maître ?) et le temps des bilans de rendre des comptes est venu" (la phrase ne me paraît pas correcte). Rendre des comptes : à Nantes, on hallucine. Si c’est lui qui le dit, alors ! Pas moyen d’oublier, ni de passer l’éponge.
La bibliothèque n’est pas rose au PS.
D’après La Lettre à Lulu n°5/6 Été 96

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):