POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

jeudi 8 janvier 2015

Tuerie de Charlie hebdo: France-Télévisions avait donné la vedette à l'un des frères suspects

Quand Chérif Kouachi faisait déjà parler de lui il y a dix ans

Un reportage de Pièces à Convictions, diffusé en 2005, citait l'un des deux frères suspectés d'avoir participé à la tuerie de Charlie Hebdo

"Un avis, une référence, c'est ce que recherchait ce garçon, Chérif Kouachi", âgé de 22 ans lors d'un reportage de 2004 par l'émission de France 3, Pièces à conviction, diffusé en 2005. 
Ce magazine d'investigation, diffusé en seconde partie de soirée, fut produit et présenté par Elise Lucet d'octobre 2000 à août 2005. Cette journaliste -qui fut ensuite promue du 19/20 de France 3 au journal de 13 heures sur France 2- soutint durant toute leur captivité Hervé Ghesquière (journaliste sans escorte enlevé et détenu par des taliban à la fin de leur reportage pour le magazine Pièces à Conviction de France 3 en Afghanistan (29 décembre 2009-29 juin 2011), et recruté par France Télévisions en 2005) et Stéphane Taponier (journaliste de France 3 pareillement enlevé en Afghanistan et libéré). Au moment de leur capture, les deux journalistes préparaient un reportage en Afghanistan pour l'émission Pièces à Conviction dont Elise Lucet poursuivit la présentation sur France 3, cumulant sur deux chaînes différentes du service public de France Télévisions -pendant près de six ans, sous la présidence de Patrick de Carolis- jusqu'en juin 2011, alors qu'elle était passée sur France 2 en août 2005...

On découvre des images de l'un des deux frères suspectés d'avoir participé à la tuerie de Charlie Hebdo. Sur les images, qui ne sont pas sans rappeler les vidéos amateur de Mohammed Merah diffusées sur France 2, le documentaire présente un jeune de banlieue normal. Dans ce film d'une association, tourné en 2004, le jeune homme né en 1982, "a alors les rêves de beaucoup de jeunes de quartier. C'est un fan de rap, plus prêt à profiter de la vie et des jolies filles que d'aller à la mosquée", raconte la journaliste. 
En quelques mois, ce jeune normal va toutefois rapidement tomber dans l'Islam radical au contact d'un 'émir', Farid Benyettou, qui pilotait "la filière des Buttes-Chaumont". Ce réseau organisait l'envoi de djihadistes en Irak, au profit de la branche irakienne d'Al-Qaïda, dirigée à l'époque par Abou Moussab al Zarkaoui.

Quelques joggings aux Buttes-Chaumont pour s'entraîner

Benyettou lui aurait ainsi inculqué "les bienfaits" de la violence: dans son témoignage, le jeune homme explique ainsi que "Farid m'a dit que les textes donnent des preuves de bienfaits des attentats-suicides. C'est écrit dans les textes que c'est bien de mourir en martyr". Selon le magazine d'investigation, Chérif Kouachi est rapidement convaincu et se prépare alors pour la guerre. D'une façon très étonnante: quelques joggings dans le parc parisien des Buttes-Chaumont, une rencontre "fugace" avec un "spécialiste des armes qui lui enseigne le maniement d'une Kalachnikov". Le territoire dirigé par un émir -ou prince- se nomme... émirat.

Au moment de la diffusion du document sur France 3, Chérif Kouachi venait d'être arrêté, en compagnie de son 'émir'. Il avait été interpellé juste avant de s'envoler à destination de la Syrie, puis de l'Irak, il avait été jugé en 2008 et condamné à trois ans de prison, dont 18 mois avec sursis. Pourtant, toujours dans Pièces à conviction, un éducateur social raconte que Kouachi disait avoir conscience de s'être fait "rouler dans la farine" par son maître, et qu'il avait pris conscience d'avoir été embrigadé, "sans s'en être aperçu", en somme, à l'insu de son plein gré !

Suite à la fusillade meurtrière à Charlie Hebdo, la police a diffusé dans la nuit de mercredi à jeudi les photos de deux suspects, Chérif et Saïd Kouachi, 32 et 34 ansNés à Paris et de nationalité française, les deux frères, sont "susceptibles d'être armés et dangereux", prévient la Préfecture de police de Paris et "toute personne détenant des informations" les concernant est invitée à joindre le numéro vert 0805 02 17 17.



2 commentaires :

  1. Jiji et gigi
    Bien sûr les attentats épouvantent tout un chacun car c'est l'horreur absolue. Mais qui est derrière cela ?!?!
    J'invite tous à la lecture, car on fait de nous des moutons de Panurge,
    NON NOUS NE SOMMES PAS DES MOUTONS, et nous n'aimons pas qu'on nous utilise.
    Lecture instructive :

    http://www.voltairenet.org/article186408.html

    http://lesmoutonsenrages.fr/


    RépondreSupprimer

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):