POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

vendredi 2 août 2019

Paris : la permanence de Stanislas Guerini, taguée comme d'autres

Le délégué général de LREM n'a pas échappé à la colère populaire

C'est bien la politique de Macron qui est visée, toutes régions confondues.
Image
Façade taguée de la permanence de Stanislas Guerini, patron de LREM,

ici le 7 mars à Paris:  un "attentat" ?

Des slogans hostiles au CETA et à la police ont fleuri dans la nuit sur la façade du local parlementaire du député parisien et délégué général de LREM.
Dès mars dernier, la permanence de Guerini afficha la révolte citoyenne consécutive à plusieurs mois de répression violente du mouvement des Gilets jaunes, mais aussi l'hostilité à la police remontant aux heures sombres des années Mitterrand : ACAB est l'acronyme de l'anglais "All cops are bastards" ("Tous les flics sont des salauds"), utilisé par certains militants anticapitalistes ayant repris la dénomination originelle pour l'adapter à leurs revendications : "All Capitalists Are Bastards" et resurgi lors des émeutes anti-G8 de Gênes de 2001 et avec l'arrivée du banquier Macron au pouvoir.

La permanence de l'ex-socialiste Stanislas Guerini a été taguée dans la 3e circonscription de Paris, le quartier des Batignolles, dans le XVIIe, pris à Annick Lepetit.

Capture d'écran de la photo publiée par Cécile Rilhac sur Twitter.
Deux graffitis ont été relevés dans la nuit du mercredi 31 juillet au jeudi 1er août, sur les deux vitrines du local, comme l'a constaté une patrouille de police dès le jeudi, vers 1h du matin.

Un slogan évoque le Ceta, le traité de libre-échange entre l'UE et le Canada voté le 23 juillet dernier, mais déjà mis en oeuvre depuis près de deux ans, avant sa ratification par le Parlement français, et un autre, hostile à la police. "La seconde inscription, dont le lettrage était de même taille, était hostile à la police", rapporte BFMTV, sans produire de photo.
Les traces ont été immédiatement occultées.
La permanence du député LREM Romain Grau à Perpignan a été dégradée le 27 juillet 2019.

Dégradations de locaux parlementaires en série

Bientôt vingt permanences ont été emmurées, taguées ou vandalisées. 
"CETA vomir", "LREMERDE" ou encore "ACAB"... 
Cibles d'insultes ou de violences au plus fort de la crise des Gilets jaunes, pendant près de 40 semaines, les parlementaires sont de nouveau visés depuis plusieurs jours, en particulier les députés LREM ayant voté le 23 juillet en faveur de la ratification du CETA. De ces députés godillots, Sylvain Maillard a osé dire sur LCI, qu'ils votent "en conscience"...

Résultat de recherche d'images pour "PERMANENCE TAGUéE DE GUERINI"

La crise n'est pas "derrière nous", dû admettre Macron ...

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):