POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

vendredi 3 août 2018

Cinq semaines de vacances d'été pour les députés

Les députés de la société civile découvrent les vacances prolongées

Les godillots et les autres quittent le Palais Bourbon ce mercredi pour plus d’un mois de vacances,

La "politique nouvelle" promise par Macron
à l'issue d'une session très active pour les oppositions
scandalisés par le régime de faveurs accordées par l'Elysée à Benalla, couronnant 
une session parlementaire menée à la hussarde, laissant certains députés éreintés par les sollicitations permanentes de l'exécutif à défendre l'indéfendable.

Ce mercredi marquait le dernier jour d'astreinte parlementaire. Marine Le Pen (RN) a ses habitudes dans le Sud. Olivier Faure (PS) préfère la douceur bretonne. Eric Coquerel (FI), lui, se sait pas encore où il passera ses vacances. 

"Les vacances vont faire du bien à tout le monde", assume Aurore Bergé (LREM), épuisée par ses grands écarts. "Il faut qu’on passe à autre chose. Peut-être que chacun va pouvoir retrouver ses esprits," espère-t-elle. Cette année, la porte-parole des marcheurs ne prendra pas ses vacances ni avec son ex-compagnon socialiste, ni avec son ex-camarade Républicain Claude Goasguen (LR), mais ils seront dans le Sud de l’Italie, loin de leurs circonscriptions  des Yvelines. A deux grosses heures de Paris.

«Apéritif», «bouteille de rosé» et «barbecue» au coucher du soleil : 

Dans la salle des Quatre Colonnes, Philippe Gosselin (LR) s’y voit déjà : il a beaucoup donné en effet, notamment comme membre de la commission des Lois de l’Assemblée nationale qui s'est dotée des prérogatives d’une commission d’enquête dans l'affaire Benalla-Macron. "Je vous le dis franchement, après une année intense et des dernières semaines un peu compliquées, il y un temps où on a besoin de se retrouver." Une bouffée d'air frais... Pendant ses vacances, le député compte bien dévorer "des livres policiers, des trucs qui vous nettoient un peu le cerveau". 

Ugo Bernalicis (FI) lui, mettra de la distance avec sa circonscription du Nord, s’offrant un "petit tour de France pour voir la famille". 

Sonia Krimi, la rebelle de LREM qui avait pris le parti des étrangers contre G. Collomb (concernant l'équilibre politique de son projet de loi sur le droit d'asile et l'immigration maîtrisée) et contre E. Macron (lui rappelant son discours d'Orléans demandant "plus d'humanité et de dignité" sur l'accueil des étrangers) - , ne rendra pas visite à sa famille tunisienne et évitera le contact avec ses électeurs de la Manche : la bi-nationale s’apprête à partir pour le village bobo de Saint-Paul-de-Vence et pour Nice. Quelques semaines d’accalmie, pour se "reposer, bronzer et écrire".

Ils ont voté jusqu'à trois lois par jour... 
Depuis la mi-avril, les parlementaires ont enchaîné les textes et les débats à un rythme effréné, imposé par l’exécutif. En juin, ils avaient dû demander de mettre les pouces, tirant la sonnette d’alarme pour obtenir une pause législative de deux jours. Pour les 351 députés stakhanovistes de LREM, cette année à l’Assemblée nationale a donc été éprouvante. Loi asile et immigration, logement, agriculture, réforme professionnelle : ont-il privilégié la qualité sur la quantité? Rien n'est moins sûr...

Ouverte le 2 juillet, pour 29 jours, la dernière session extraordinaire a fait plus de bruit que de besogne
 
Transformation express de la commission des lois en commission d’enquête du fait de l’affaire Benalla-Macron pour, au final, un dialogue de sourds. Double motion de censure des Républicains et des partis de gauche : les révélations du journal socialiste Le Monde sur l’ex-favori d’Emmanuel Macron ont bousculé le calendrier et provoqué une onde de choc dans les rangs de la majorité de ravis. Ils étaient "abasourdis, tétanisés, assommés". "On a vu des marcheurs qui étaient muets", se rappelle Valérie Boyer (LR). A la veille de son départ en vacances, "chez [elle], à Marseille", auprès de ses électeurs, la députée reste interloquée par ce scandale autour de Macron : "Pourquoi une crise de régime pour Alexandre Benalla ? Pourquoi ?"

Les ondes de choc se feront encore sentir à la rentrée.  
Richard Ferrand, le patron des députés LREM, a renvoyé l’examen du projet de réforme constitutionnelle de la rentrée à une date encore plus lointaine, "dans des conditions plus sereines", a-t-il raconté ce mercredi.

La majorité veut projeter une image de sérénité
L’alliance objective des oppositions, scellée par l’affaire Benalla, résistera-t-elle au creux de l’actualité estivale? La presse semble avoir appliqué la consigne élyséenne de dissiper l'affaire dans le n'importe quoi de l'info au quotidien. C'est ainsi actuellement la rixe entre bandes de rappeurs qui se sont tapé dessus dans le hall d'enregistrement de l'aéroport d'Orly, tout en occultant, en revanche, la découvertes de plusieurs armes au siège de LREM, le  parti du président...
  
"Il y a un avant et un après", assure pourtant Philippe Gosselin (LR). "A la rentrée, je ne suis pas sûr que l’engouement pour l’affaire Benalla soit à ce point sur toutes les tables et dans toutes les têtes", s'inquiète l’élu, qui sait que les oppositions vont devoir se rassembler à nouveau contre la réforme constitutionnelle. 

Le député de Seine-Maritime, Hubert Wulfranc (PCF),se refuse à voir dans la motion de censure commune "l’union des gauches". Cet été, il va retrouver son fief de Saint-Etienne-du-Rouvray, deux ans après l'assassinat islamiste du Père prêtre Jacques Hamel, et "reprendre, même s’[il ne l’a] jamais perdu, le pouls de la population stéphanaise". "Chez nous, ça [l’affaire Benalla] ne passe pas", affirme-t-il.

Face au scandale de la "police parallèle" de l'Elysée, la majorité présidentielle s'est épuisée à faire croire à sa sérénité dans l'adversité. 
Résultat de recherche d'images pour "houlié LREM"
Sacha, 30 ans, n'en peut plus !
Sacha Houlié (LREM) assure partir en vacances l’esprit tranquille : "L’opposition a essayé de nous fragiliser, de nous mettre en difficulté, mais on a tenu en bloc", prétend-il, typique de sa formation. "Vous avez face à vous dorénavant une majorité qui a vécu une épreuve," veut-il croire. 
Sur le réseau Telegram, la députée parisienne Laetitia Avia avait invité ses collègues marcheurs à "rester sobres" au moment du vote de la double motion de censure. Certains, qui ont fait claquer leurs pupitres pendant le discours de Christian Jacob, LR, ne l’ont manifestement pas entendue.
Les propos de la majorité tiendront-ils mieux la route après des vacances à 80 km/h.



Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):