POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

lundi 9 juillet 2018

L'Erythrée et l'Ethiopie annoncent ne plus être en guerre : des migrants privés de motivation ?

Les Ethiopiens et Erythréens de France vont pouvoir rentrer au pays

L’Erythrée et l’Ethiopie ont signé une déclaration conjointe formalisant leur rapprochement






Elle stipule que les deux pays ne sont plus en guerre, a annoncé le ministre érythréen de l'Information, Yemane Gebremeskel, lundi à Asmara, au lendemain d'une rencontre historique entre le président érythréen Issaias Afeworki et le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, un Chrétien protestant

Les deux dirigeants ont signé une "déclaration conjointe de paix et d'amitié", a indiqué M. Yemane sur son compte Twitter.
Ce texte déclare notamment que "l'état de guerre qui existait entre les deux pays est arrivé à sa fin. Une nouvelle ère de paix et d'amitié s'ouvre".
"Les deux pays oeuvreront à promouvoir une étroite coopération, dans les secteurs de la politique, de l'économie, du social, de la culture et de la sécurité", ajoute ce document.

Teneur de l'accord

Il confirme l'essentiel des annonces effectuées dimanche, à savoir la reprise du commerce, des transports et des télécommunications entre les deux pays, le rétablissement des liens diplomatiques et la mise en oeuvre de l'accord international sur le respect de la frontière.

La rencontre de dimanche - la première depuis 20 ans entre les deux plus hauts dirigeants érythréens et éthiopiens - faisait suite à l'annonce par l'Ethiopien en juin de la volonté de son pays d'appliquer l'accord de paix signé en 2000 avec l'Erythrée et les conclusions de la commission internationale indépendante sur la démarcation de la frontière.

Les populations concernées n'ont plus de raisons d'affluer en Europe.
Si leurs ressortissants pénétraient clandestinement en Union européenne et revendiquaient le statut de "réfugié", leurs demandes pouvaient être  soumises à étude. Mais, ouvert en 1998, le conflit entre l'Ethiopie et l'Erythrée est officiellement terminé depuis 2000. Les motifs d'émigrations ne se fondent plus  depuis 18 ans sur la guerre conventionnelle meurtrière, avec chars d'assaut et tranchées, qui a fait quelque 80.000 morts, notamment du fait d'un désaccord sur leur frontière commune.
Le refus éthiopien d'appliquer une décision en 2002 d'une commission soutenue par l'ONU sur le tracé de la frontière a ensuite, entre autres, entretenu l'animosité entre les deux pays.

Autrefois façade maritime de l'Ethiopie avec les ports de Massawa et d'Assab, l'Erythrée a déclaré son indépendance en 1993 après avoir chassé les troupes éthiopiennes de son territoire en 1991 au terme de trois décennies de guerre.

Les Erythréens constituent un des plus gros contingents de migrants présents en Union européenne.
En Italie, les expulsions menées par la police se répètent, comme celle d'août dernier, en plein centre de Rome. Depuis quatre ans, l'Italie doit en effet faire face à des arrivées massives de réfugiés fuyant
l'Erythrée. C'était un pays contrôlé d'une main de fer par un stalinien, le président Issaias Afeworki, ingénieur protestant, ancien chef rebelle passé par la Chine maoïste, leader d’un mouvement marxiste, au pouvoir depuis l'indépendance en 1993. Il semble que le dictateur ne constitue plus une menace pour sa population.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):