POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

samedi 7 avril 2018

SNCF : SUD-rail annonce un appel au durcissement du mouvement de grèves

Guerre psychologique : la macronie tend-elle les négociations pour se rallier les usagers ?

"La grève pourrait aller au-delà de juin," annonce la CGT-Cheminots



Une première session de discussions jeudi, qualifiée de "mascarade" par la CGT, s'était aussi soldée par un échec, selon les syndicats d'extrême gauche alliés dans la lutte contre la réforme de la SNCF et notamment moins hostiles à son ouverture à la concurrence qu'à la disparition du statut des cheminots, des droits acquis jugés archaïques et inégalitaires par une majorité de Français. 

Constat d'échec des nouvelles négociations de ce vendredi. Laurent Brun (CGT) et Erik Meyer (Sud-Rail) ont dénoncé la volonté, confirmée vendredi par le gouvernement, de mettre fin aux recrutements sous statut de cheminot, et l'annonce par la direction de la SNCF de son projet de modifier des règles s'appliquant à ceux qui sont déjà dans l'entreprise. "Aujourd'hui, l'élément central, c'est l'annonce par la direction de l'entreprise de la remise en cause du statut pour les cheminots qui resteraient dans l'entreprise", a dit Erik Meyer à la presse.

La CGT-Cheminots menace d'une grève qui pourrait aller "au-delà" de juin

"Il n'y a pas eu de négociation", a regretté le secrétaire général de la CGT Cheminots, Laurent Brun, à l'issue d'une réunion avec la ministre des Transports Elisabeth Borne. Il a assuré que la grève pourrait "aller au-delà du mois de juin".

Initialement, les syndicats de la SNCF avaient annoncé 36 jours de grève, du 3 avril à la fin du mois de juin, suivant ce  planning :
En avril les 3, 4, 8, 9, 13, 14, 18, 19, 23, 24, 28 et 29.En mai les 3, 4, 8, 9, 13, 14, 18, 19, 23, 24, 28 et 29.Et en juin les 2, 3, 7, 8, 12, 13, 17, 18, 22, 23, 27 et le 28.
"On nous enfume; l'objectif est bien de démanteler l'entreprise et les cheminots", a-t-il ajouté. Après des grèves très suivies mardi et mercredi, le mouvement reprendra dimanche et lundi, ce qui implique un ralentissement du trafic dès ce samedi à compter de 20h00. 

Sud-Rail appellera lundi à "durcir le mouvement," a confirmé Erik Meyer
"Nous allons tenir un marathon si le gouvernement nous l'impose", a mis en garde Laurent Brun. 

Le ministre d'Etat, ministre de la Transition écologique et solidaire, en charge des transports, Nicolas Hulot, ministre de tutelle d'Elisabeth Borne, va-t-il finir par manquer le train des négociations ?

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):