POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

samedi 24 mars 2018

Qui est le gendarme qui a donné sa vie pour sauver celles des otages du fou d'Allah ?

Le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame est mort des suites de ses blessures

Atteint par les balles de l'islamiste et frappé d'un coup de couteau à la gorge, l'officier supérieur avait pris la place d'une otage.

Résultat de recherche d'images pour "Arnaud Beltrame"Cet homme d'honneur est mort "mort pour la patrie" des suites de ses blessures.  
Arnaud Beltrame était dans le Super U de Trèbes, près de CarcassonneGérard Collomb a rendu hommage au lieutenant-colonel qui s'était livré au fanatique, la veille, en échange de la libération d'une otage dans un magasin Super U de Trèbes, près de Carcassonne. Cette dame pourra-t-elle être jamais féministe ?

Le gendarme avait intentionnellement "laissé son téléphone ouvert sur la table (...) et c'est lorsque nous avons entendu les coups de feu que le GIGN est intervenu" et a abattu le terroriste auteur de l'attentat, qui se réclamait du groupe djihadiste Etat islamique, selon Gérard Collomb. 

Agé de 45 ans, Arnaud Beltrame était sorti major de Saint-Cyr en 1999, où ses supérieurs avaient décelé un militaire "qui se bat jusqu'au bout et n'abandonne jamais", selon l'Elysée. 
Il était sorti également major de l'école des officiers de la gendarmerie en 2001 avant d'être retenu en 2003 avec six autres gendarmes sur 80 candidats pour intégrer l'actuel GIGN. 
Originaire du Morbihan, il est ensuite "passé par la gendarmerie mobile, à Satory (Yvelines), la Garde républicaine et la compagnie de gendarmerie du Sud-Manche, à Avranches", qu'il a dirigée jusqu'en 2014, écrit Libération. 

Pour ses bons et loyaux services, cet officier avait été décoré en 2012 de l'ordre national du Mérite. 

"Un très fort sens du devoir" face au fanatisme

Image associée
L'ancien maire d'Avranches, Guénhaël Huet, a été son voisin pendant de nombreuses années. Interrogé par Ouest-France, il décrit "un homme de terrain, d'action, très courageux. Qu'il ait fait cette proposition de se substituer à un otage ne me surprend absolument pas", témoigne-t-il. 
Arnaud Beltrame était un homme "qui n’a peur de rien, qui va à l’affrontement, qui est présent" et "qui avait un très fort sens du devoir". 

Quand il quitte Avranches, en 2014, Arnaud Beltrame devient conseiller auprès du secrétaire général du ministère de l'Ecologie, au temps de Ségolène Royal (2014-2017). Il y coordonne "l’action des pouvoirs publics dans la lutte contre les crimes environnementaux", selon le quotidien. 
C'est en 2016 qu'il est élevé au rang de lieutenant-colonel. Nommé officier adjoint au commandement du groupement de gendarmerie de l'Aude en 2017, il participe en décembre à un exercice simulant une tuerie de masse dans un supermarché de la région, selon La Dépêche du Midi. 

"Je savais que c'était forcément lui", a réagi la mère d'Arnaud Beltrame, interrogée par RTL. A la radio, elle assure que personne n'a été surpris d'apprendre qu'il s'était substitué à un otage : "C'est sa raison de vivre, défendre la patrie."

Arnaud Beltrame était également actif à l'aumônerie de la gendarmerie.
Catholique et croyant fervent, ce quadra, marié sans enfant, mort en héros, était un mécréant qui fait honneur à ses semblables.


Son sacrifice en rappelle un autre, tout aussi héroïque. Comment, en effet, ne pas tourner le regard vers saint Maximilien Kolbe (1894-1941) ? Pour sauver un père de famille, ce franciscain polonais a librement consenti à une fin tragique dans le bunker de la faim d’Auschwitz. La scène, vivante incarnation de l’Evangile de la Passion qui sera lu en ce dimanche des Rameaux, reste gravée dans les mémoires.
Nous pensons à Marielle, son épouse, et à toute sa famille.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):