POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

samedi 31 mars 2018

Macron ridiculisé pour avoir qualifié la démocratie de "système le plus 'bottom up' de la Terre"

Le président Macron s'amuse à provoquer le Collège de France

La démocratie est-elle dans de bonnes mains ?

Au cours de la présentation de son plan sur l'intelligence artificielle au Collège de France, Emmanuel Macron a qualifié la démocratie de "système le plus 'bottom up' de la Terre".  L'emploi de cet anglicisme,  jeudi 29 mars, interpelle les défenseurs de la langue française, mais interroge aussi les citoyens sur la mentalité du président.
Mépris de Macron pour la base
et le système démocratique


Cette expression qui désigne une 'approche ascendante'
du fonctionnement d'une démarche procédurale, à l'inverse de la descendante (dite top-down). L'approche ascendante peut aussi désigner le mode de pilotage d'une démarche, où le fil directeur de l'animation démarre des perceptions et initiatives de l'échelon le plus "bas" (au sens hiérarchique) ou le plus proche du "terrain" (au sens opérationnel) pour être répercutées, déclinées et prises en compte par les échelons supérieurs. On pense au fonctionnement supposé des syndicats ou des partis politiques dont les directives sont sensées venir de la "base". Elles peuvent certes l'être mais, dans la pratique de la démocratie, elles sont le plus souvent transformées (récupérées, mais aussi modifiées) au cours du processus de 'remontée.' C'est ainsi, dans l'esprit, le cas des "débats participatifs" de la candidate Royal de 2007 ou de la gestion de campagnes politiques basées sur la proactivité - fût-elle orchestrée, téléguidée et encadrée - d'une base militante.
Résultat de recherche d'images pour "bottom up"
On a compris qu'en évoquant ce mode de fonctionnement de la démocratie, Macron se gausse. Surtout, il ne nie pas la réalité de son exercice jupitérien du pouvoir personnel : Jupiter préfère une 'approche descendante' mettant en oeuvre des processus visant à forger la matière première brute, issue de rapports de la base et des sondages, pour la transformer par étapes et lui apporter une valeur ajoutée. L'approche descendante permet d'isoler certains éléments et de conceptualiser rapidement le projet, pour le diviser en sous-parties plus aisément accessibles à la manipulation. Chaque élément fragmenté atteint plus sûrement son objectif. C'est le principe de la bombe à fragmentation.
Les réseaux sociaux peu avertis et la presse peu perspicace réduisent cette expression à son usage dans le langage des starts-up, mais elle caractérise en fait l'approche politique macronienne, une marche vers l'autocratie.
Le plus grand nombre au service d'un seul
Les défenseurs de la langue française froncent le nez 

Bernard Pivot a par exemple dénoncé une "dévaluation de la démocratie d'expression française"A-t-il forwardé trop de briefs à des collaborateurs qui les lui demandaient ASAP ? 

Florian Philippot a, quant à lui, critiqué un président "techno-bancaire"

Résultat de recherche d'images pour "bottoms-up"Et la ministre de la Culture, dans tout ça ?
Elle garde le silence, préférant subir les derniers outrages plutôt que de se frotter au langage sexuel qui désigne du terme de 'bottom' le ou la partenaire passif ou passive. 

A l'Académie française, ils auraient ouvert une bouteille de champagne pour noyer leur chagrin et engloutit leur ciguë dans un dernier soupir : "cul sec !" (traduction de l'anglicisme 'bottoms up !').


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):