POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

dimanche 11 mars 2018

Lapsus révélateur de Philippe, premier ministre en manque

Philippe a la tête ailleurs...

Un lapsus embarrassant dans un contexte de harcèlement sexuel

Edouard Philippe n'a pas su lire ses notes, rapporte CNews.
Invité à prendre la parole devant les représentants du rugby français en vue de la Coupe du monde 2023 en France, la langue du premier ministre a fourché, provoquant les rires, polis mais gênés, de l'assemblée.

Le locataire de Matignon lançait-il un appel désespéré ?
Suite à la victoire du XV de France face aux Anglais, Edouard Philippe a montré la tête, ce samedi 10 mars, au Stade de France pour la création du comité d'organisation en charge de la Coupe du monde de rugby 2023. Mais sa tentative de récupération a viré au fiasco quand sa langue s'est emmêlée au cours de son allocution, offrant un raté mémorable qui en dit long sur la concentration du Philou.


#BalanceTonPorc ? Trop tard... L'appel - public - à un acte sexuel a priori non consenti était particulièrement fâcheux dans ce milieu chargé en testostérone.

Susciter n'est pas tromper...
"Et parce que la France est une nation qui continue à sucer...", a d'abord déclaré le numéro un du gouvernement, avant de bloquer son propos. Et de reprendre, un brin gêné : "La France est une nation qui veut continuer à susciter des grands champions."
Les féministes dénoncent cette impudeur
Une situation embarrassante qui a fait rire jaune, notamment le malheureux Edouard, qui a préféré se retirer et amorcer un rétro-pédalage, jouant la carte de l'humour. Or, dans ce registre, il n'excelle pas non plus.

Philou a tenté de détourner l'attention sur la lubricité, réelle ou supposée, des joueurs de rugby. "On me dit que les amateurs de rugby ont parfois l'esprit mal placé. Je ne peux pas le croire...", a raillé le boxeur du dimanche. 

Peinant à reprendre le contrôle de la situation, le collaborateur de Macron lâcha un piteux "voilà, voilà," soulignant sa gêne d'adolescent qui n'assure pas, avant d'appeler à ne pas ébruiter sa défaillance : "On ne traduira pas en anglais cette remarque, on la gardera en français !"

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):