POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

dimanche 18 mars 2018

Appel du pied du socialiste Hamon à l'extrême gauche

"J'appelle la France insoumise à mettre entre parenthèses sa stratégie solitaire" (Hamon)

Seul et isolé, l'ancien candidat du PS à la présidentielle ratisse large

Benoît Hamon, fondateur du mouvement Génération.s, cherche à s'allier, regrettant la "stratégie solitaire" des Insoumis et appelant à une "unité politique à gauche".
  
En opposition à la réforme de la SNCF, l’ancien candidat à l’élection présidentielle déclare dans un entretien sollicité auprès du JDD : "il y a unité syndicale; il doit y avoir unité politique à gauche. Ce qui est en jeu dépasse nos petites personnes. C'est le service public : son avenir ou sa fin"

Hamon sollicite notamment le mouvement de Jean-Luc Mélenchon.
Le fossoyeur du Parti socialiste appelle "les dirigeants de la France insoumise à mettre entre parenthèses leur stratégie solitaire pour ajouter leur force à la mobilisation unitaire"

Hamon manifestera le 22 mars
"Le gouvernement a menti. La SNCF vient de révéler qu'elle s'apprête à fermer des "petites lignes" et des gares là où elle ne gagne plus assez d'argent. Qui en fera les frais? Toujours les mêmes. 
J'ai discuté avec les ­écologistes, avec Noël Mamère, Pierre ­Laurent ou Olivier Besancenot.

Benoît Hamon réclame une "coalition progressiste" européenne
Monsieur 6% à la présidentielle vise les élections européennes. 
Résultat de recherche d'images pour "Yánis Varoufákis B Hamon"
Hamon, dépendant et quémandeur
Affirmant que ce sont ses 53.000 membres de Génération.s qui choisiront la tête de liste du mouvement, au niveau trans-national, Hamon envisage une "coalition progressiste" avec le "marxiste libertaire" Yánis Varoufákis, ancien ministre des Finances grec, démissionnaire de son poste au lendemain du référendum du 5 juillet, après six mois, ainsi que Luigi de Magistris, le maire de Naples, "et d'autres mouvements partout en Europe". 

Varoufákis et Hamon viennent de lancer l’ "appel de Naples" pour une liste transnationale aux Européennes de mai 2019
"Un appel qui commence par dire que nous croyons qu’il y a une alternative aux politiques d’austérité actuelles, face aux Emmanuel Macron, Angela Merkel, [au président de la Commission européenne] Jean-Claude Juncker, face à cette vraie droite et cette fausse gauche qui prétendent qu’il n’y a pas d’alternatives", a expliqué Benoît Hamon dans une vidéo postée sur ses réseaux sociaux, défendant "une alternative européenne sur la question écologique, sur la question sociale, sur la question des réfugiés".
"Avec Yánis Varoufákis, nous ferons en juin un tour des capitales européennes, que nous conclurons par un grand rassemblement à Paris, début juillet."

Une coalition radicale et populiste ouverte "à tous les citoyens, mais aussi aux Verts, aux formations de la gauche radicale, à celles de la social- démocratie". 
Avec Mélenchon, "nous sommes d'accord sur le constat. L'Union européenne est mal gouvernée. Mais nous avons un désaccord stratégique, car LFI envisage sérieusement une sortie de la France de l'euro et de l'Union européenne. C'est une erreur majeure."

L’ancien député en profite également pour souhaiter "bonne chance" à Olivier Faure, nouveau premier secrétaire du Parti socialiste, tout en affirmant que "le problème du PS restera entier tant qu’Emmanuel Macron continuera d’y faire son marché". 
"Ce gouvernement est marqué par une totale indifférence aux inégalités. Le Président dirige la France comme il dirigerait le destin d'une entreprise du CAC 40. Il n'est plus un secteur, de l'hôpital aux maisons de retraite, en passant par les aéroports ou la SNCF, qui échappe à la logique de la rentabilité et de la performance."
"J'espère qu'il [Faure] mettra tous les socialistes dans la rue le 22 mars pour la ­défense du service public."

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):