POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mardi 17 octobre 2017

Macron s'acharne sur les retraités


Les seniors  sont les grands perdants de la politique d'Emmanuel Macron


Les retraités vont une hausse de la CSG en 2018


60% des 14 millions de retraités sont visés par cette augmentation.
 
Le trentenaire et ses vieux
Ils étaient donc encore plus justifiés qu'ils ne pensaient à manifester leur colère contre la hausse de la CSG, le 28 septembreCe sont les moins de 65 ans qui touchent plus de 1.200 euros par mois et les plus de 65 ans qui ont plus de 1.400 euros. 

Car, sur RMC et BFMTV, le jeudi 24 août 2017, il y a seulement deux mois, le premier ministre, Édouard Philippe, avait annoncé que les pensions de retraite seraient revalorisées de +0,8% au 1er octobre 2017.
Cette bonne nouvelle n'était possible que grâce à la remontée de l’inflation, expliquait-il. Au début du mois de juillet 2017, la Commission des comptes de la Sécurité sociale avait en effet assuré que l’inflation allait se stabiliser à +0,9 %. Partant de ce postulat, le gouvernement d'Edouard Philippe avait décidé d'augmenter les pensions retraite de +0,8% (et non 9%...) au 1er octobre 2017.
La petite bouffée d'oxygène que les retraités croyaient acquise leur est coupée.
Gérald Darmanin, ministre de l’action et des comptes publics, à l’Elysée, le 28 juin.
Le gel de leurs retraite est prolongé jusqu'en 2018..., après un précédent gel l’an dernier. 
La première hausse significative remonte à 2013, puisque les pensions n’avaient pas bougé en 2014 et avaient été augmentées de 0,1% seulement en 2015.
Quant aux fonctionnaires, le ministre des Comptes public, Gérald Darmanin, a officialisé fin juin le gel, dès 2018, de la valeur du point d'indice qui sert à calculer leur rémunération. Les salariés de l'Etat sont plus que jamais sa variable d'ajustement facile et récurrente. 
"Nous n’avions aucune illusion sur le programme libéral d’Emmanuel Macron", cingle Christian Grolier (FO). "M. Darmanin, peu après sa prise de fonctions, avait assez clairement laissé entendre qu’il n’y aurait "pas de nouvelle augmentation de la valeur du point, en 2017, après celle de 0,6 % entrée en vigueur en février", poursuit-il.

Le ministre va même plus loin, indiquant qu’il n’y aura aucun coup de pouce au moins jusqu’en 2018. Les retraités doivent faire face à des "pertes de pouvoir d’achat" pour les fonctionnaires, souligne Grolier. C’est la preuve que "le prisme comptable va peser sur ce ministère", s’indigne Bernadette Groison (FSU), en fustigeant une décision "aussi injuste qu’inefficace" qui va "bloquer la rémunération de 20 % de la population".
Résultat de recherche d'images pour "respectons nos seniors"
Laissez-les vivre, bordel !
Et cette revalorisation des retraites passera sous le nez de certains.
En effet, au prétexte d'uniformisation des 35 régimes de base et des 29 régimes complémentaires, elle ne s’appliquera sans doute pas aux pensions complémentaires servies par l’Agirc (régime de cadres) et l’Arrco (salariés du privé) au 1er novembre (date à laquelle elles doivent être revalorisées chaque année). En effet, la revalorisation des pensions complémentaires est égale à la valeur d’inflation, diminuée d’un point. Les pensions complémentaires du privé pourraient encore être gelées en 2018, comme en 2017. Votée par les partenaires sociaux en octobre 2015, leur fusion est programmée pour le 1er janvier 2019.

Lors de son intervention télévisée dimanche 15 octobre, le président Macron a prétendu rassurer...

Résultat de recherche d'images pour "macron et ses parents"
Les parents Macron
Les retraités perdent d'un côté, mais certains d'entre eux gagneront de l'autre avec l'exonération de la taxe d'habitation.

2,5 millions d'entre eux seront taxés de toutes parts
Selon Bercy, les gagnants sont les célibataires aux revenus inférieurs à 2.500 euros par mois et les couples à moins de 3.981 euros.  En tout, 4,5 millions de retraités seront exonérés de la CSG. 
Mais près de 2 retraités sur 5 sont perdants. 

Ils paieront la CSG majorée et encore et toujours la taxe d'habitation.
La baisse de la taxe d'habitation, en contrepartie, ne s'appliquera pas aux retraités les plus aisés.


Macron a tenté une intox des retraités sur TF1 dimanche
Résultat de recherche d'images pour "macron et sa vieille"
Avec la hausse de la CSG, près de 60% des retraités, soit 8 millions de personnes âgées, vont voir leur pouvoir d'achat se réduire. Emmanuel Macron a pourtant assuré que cette hausse de la CSG sera intégralement compensée par la taxe d'habitation, "qui va progressivement baisser. Dans une grande partie des cas, la taxe d'habitation diminuera d'un tiers et compensera la hausse de 1,7 point de CSG", a-t-il précisé, estimant, non sans démagogie, que les retraités ont "dûment gagné leur retraite. Ils ont travaillé et ont des droits".


Mais dimanche 15 octobre, Macron a encore remonté les retraités contre lui.
Résultat de recherche d'images pour "colere retraites septembre 2017"
Pierre Erbs, le président de la Confédération des retraités, ne cache pas sa  colère relancée par les annonces du chef de l'État. "Je suis en colère de voir que monsieur Macron reste enfermé dans sa position qui consiste à opposer actifs et retraités", regrette Pierre Erbs. "Pour toutes les catégories d'actifs, il y aura compensation de la hausse de la CSG; il n'y a que pour les retraités qu'il n'y aura pas de mesure spécifique".
En même temps, il est vrai que les Français sont inaptes à comprendre la "pensée complexe" du petit vulgaire prétentieux de l'Elysée. En attendant, il a montré qu'il est lui-même inapte à la pédagogie : 61% de sondés ne lui ont pas fait confiance dimanche.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):