POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

lundi 13 avril 2015

Capitales des régions : ce que le gouvernement prévoit

La liste des 13 chefs-lieux provisoires des nouvelles régions bientôt présentée en Conseil des ministres.

La réforme territoriale va revenir d'actualité.

La liste des 13 chefs-lieux provisoires des nouvelles régions sera présentée en conseil des ministres dans les quinze prochains jours. Un enjeu de prestige mais aussi un enjeu économique. 

Les plus grandes rivalité

Entre Rouen et Caen, une réponse de Normand
En Normandie, où la concurrence entre Caen et Rouen (110.000 habitants chacune) est nettement plus forte, la situation ne semble pas encore arbitrée. Le ministre des Affaires étrangères? Laurent Fabius, longtemps député de la Seine-Maritime, serait personnellement pesé pour trouver un compromis. Au final, les deux villes rivales pourraient se partager le pôle administratif et le pôle politique.
Si la capitale historique Caen serait officiellement le chef-lieu politique de région en conservant sa préfecture, c'est Rouen qui accueillerait le conseil régional et aurait donc les avantages concrets d'une capitale de région en Seine-Maritime... Un jugement de Salomon "qui pourrait être utilisé dans d’autres régions pour calmer les frustrations les plus fortes".  

Toulouse préférée à Montpellier
Le cas le plus épineux se trouve en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. Car entre Toulouse et Montpellier, on est plus dans une rivalité digne des derbys sportifs les plus violents que dans une saine concurrence. Et à ce petit jeu, c'est la Ville Rose qui devrait sortir gagnante. La défaite devrait être difficile à digérer pour Montpellier, car devenir préfecture de région, ce n'est pas seulement prestigieux, c'est aussi de l'activité, avec des fonctionnaires qui s'installent, vivent et donc consomment dans votre ville au quotidien.

Dans la liste des déçus
 
On devrait y trouver Amiens  qui devrait se faire voler la vedette par Lille en Nord-Pas-de-Calais-Picardie - ; 
Clermont Ferrand qui ne devrait pas pouvoir lutter contre Lyon en Auvergne-Rhône-Alpes .

Besançon
ne devrait pas faire le poids contre la ville de Dijon détenue par le Frère Rebsamen en Bourgogne-Franche-Comté, 
tout comme Poitiers n'avait pas beaucoup de chances face à Bordeaux pour devenir la préfecture de la grande région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes.

Le sort de Strasbourg est scellé à Paris. Pas de suspense dans la région Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes. Pour ne pas fragiliser le statut européen de Strasbourg, il était prévu dans la loi que la ville alsacienne serait choisie comme chef-lieu.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):