POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 4 mars 2015

Le poste de garde des Sceaux méritait mieux que Christiane Taubira

La ministre de la Justice est-elle digne de la fonction ?

La ministre de la Justice Ch. Taubira qualifie de "déchets de la pensée humaine" les propos de Gérald Darmanin.

A-t-elle un p'tit vélo?
Extrême violence à la personne, cette agression verbale de Taubira est indigne d'un parti extrémiste et a fortiori d'une ministre de la République, fût-elle "radicale". 

Faut-il craindre une montée du socialisme radical, à l'heure où le premier ministre dénonce l'islamo-fascisme? Le terme "islamo-fascisme" (ou le fascisme islamique) jusqu'ici employé par l'extrême droite et les milieux conservateurs est un fait controversé depuis les années 1990 quand il est apparu que l'utilisation de la foi en l'Islam sert de couverture à la promotion d'une idéologie totalitaire. Il a resurgi après les attentats du 11 septembre 2001. Quiconque veut nuire à une personne ou un groupe fait désormais référence à des liens ou à une influence mutuelle supposés entre le nazisme et l'islamisme. Si ces nuisibles n'étaient pas de gauche, avec une culture aussi anti-chrétienne qu'antisémite, un penchant pour la théorie du complot et le goût de l'esthétisation de la violence, ils amalgameraient leurs têtes de turcs au totalitarisme marxiste. Mais, si vaste soit l'éventail des choix passés et actuels, entre stalinien ou maoïste, cubain ou vénézuélien, birman ou nord-coréen, zimbabwéen ou soudanais, etc., c'est le nazisme qui les fascine. Clairement, cette gauche marxisante trouve un intérêt malsain à faire constamment référence au fascisme et au nazisme. Que cherchent-ils à effacer de la photo, tandis que Marine Le Pen, quant à elle, qualifie Europe Ecologie-les Verts, de "fascisme vert" ? Centré sur son nombril, l'Occident se refuse en effet à penser le totalitarisme autrement que par référence à son fascisme européen et à refuser l'exploitation politicienne de la profonde émotion liée à la Shoah. A l'inverse, notre gauche internationaliste, partisane et universitaire, occulte le goulag, les Khmers rouges, Srebrenica, le génocide arménien ou le Rwanda.
Après la controverse sur son emploi aussi malvenu qu'inapproprié, le  20 janvier 2015, de l'expression "apartheid territorial, social, ethnique" à propos des quartiers, histoire d'égratigner le Front national, un mois plus tard,  le 16 février 2015Manuel Valls a relancé le débat en exhumant cette expression d' "islamo-fascisme" pour lui conférer une validité illégitime, celle de Matignon, avant de se rendre, le 3 mars, à la... mosquée de Strasbourg pour présenter sa vision de l’islam de France, affranchi des financements étrangers avec des imams "français", des mosquées financées par les contribuables et d’une laïcité d’..."apaisement".

On avait la "tête de gondole" Royal, mais le "tract ambulant" est interdit
Est-ce qu'elle fume ?
Le 4 décembre 2007, avec la clairvoyance des décrypteurs auto-proclamés, le nullissime site LePost (absorbé par le HuffPost) écrivait ces lignes sur Ségolène Royal: "Largué le balourd de Hollande, néantisé le troupeau des pachydermes, Madame j'ai-fait-47 % [autrement dit laminée] renaît de ses cendres. Pour avoir surmonté les critiques, les non dits, les tartuferies, pour n'avoir jamais douté de sa capacité à remonter la pente, à rebâtir ce que ses « amis » s'acharnait à détruire et revenir plus "elle" que jamais, Rudyard Kipling peut être modernisé [!]: "tu seras une femme, ma fille !"
Au nom du troupeau de la rédaction de LePost du groupe Le Monde, Candide (sic) ajoutait: "A quoi sert-il d'être le mieux formé, le plus compétent, le plus entreprenant, si par conviction on fonce dans un mur qu'on s'interdit de voir, parce que la raison veut qu'il n'existe pas ? A quoi sert-il d'avoir raison contre tous, avec l'avantage de se retrouver seul ? A quoi sert-il d'être un mutant si le troupeau est bêlant ?" Que dire alors de cette pauvre Taubira aujourd'hui ? 

Etrangère à l' "apaisement", Taubira déverse sa haine de l'opposition
Le pouvoir est-il à ce point désorienté qu'il sort des clous. Incapable de tenir ses engagements, le gouvernement Valls est-il à ce point aux abois qu'il louvoie et crée des diversions aussi artificielles qu'inutiles ? Manuel Valls cherche-t-il à dresser les Français les uns contre les autres? Le 4 mars 2015Taubira s'en prend maintenant à l'ancien porte-parole de Nicolas Sarkozy, Gérald Darmanin, qui soutient Xavier Bertrand (UMP) dans sa course à l'Elysée.

La ministre de la Justice n'accepte pas l'image de "tract ambulant pour le FN" 

La comparaison du député UMP Darmanin a fait mouche
Les documents du ministère de la Justice
sont-ils en sûreté
dans les bonnes mains ?
Invité sur LCI et Radio-Classique, le député-maire de Tourcoing a été interrogé sur la formule "FNPS" employée lundi par Nicolas Sarkozy dans un entretien au Figaro. Gérald Darmanin a répondu : "Si vous voulez me faire dire, surtout moi qui suis dans une région où le PS par ses magouilles ou par son système clientéliste, n'a laissé la place qu'au FN dans le bassin minier, que le PS est l'allié objectif du FN, je ne peux être que d'accord." " Quand le PS démontre son inaction et qu'il préfère les dîners en ville aux dîners avec les ouvriers, ça donne Hénin-Beaumont, une victoire du FN sur les ruines du PS et de la désespérance ouvrière", a expliqué ce soutien à Xavier Bertrand pour la primaire de l’UMP.  "Je ne suis pas loin de penser que c'est Dupont avec un T, Dupond avec un D", a-t-il ajouté. 
"Qu'est-ce qui fait monter le FN ?", a-t-il demandé ensuite. "Si vous pensez que Taubira n'est pas un tract ambulant pour le FN mis en avant par François Hollande, c'est que vous n'avez pas compris le cynisme des socialistes. La politique pénale menée par Mme Taubira, c'est tout ce qui fait monter le FN", a-t-il estimé, citant plusieurs exemples pour étayer son approbation du terme "FNPS". "Quand, dans le Vaucluse, on laisse élire Marion Maréchal-Le Pen parce qu'il y a des accords locaux du PS avec le FN" ou "lorsqu'on parle droit de vote des étrangers, alors qu'au PS on sait bien qu'il n'y a pas de majorité pour changer la constitution, c'est pour faire monter le FN".

On peut comprendre l'ex-indépendantiste guyanaise de la Place Vendôme, tant elle est bouffie d'orgueil, mais c'est la loi de la politique de ne pas se ménager. Rien de vulgaire dans les propos de l'ump, pourtant, ni situé sous la ceinture. 
Taubira, ministre à la renverse
On a néanmoins gardé à la mémoire cette plaisanterie de corps de garde qui n'a déjà pas grandi la ministrele février 2013. L'honorable garde des Sceaux, Christiane Taubira, ne peut alors réprimer son fou rire grivois en répliquant au député UMP, Philippe Gosselin: "Je vais essayer de vous répondre par... petits bouts", tandis que le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, pouffe.

Une atteinte 
  intentionnelle à la personne par une ministre de Valls 

Christiane Taubira a en effet qualifié le député-maire de Tourcoing de "déchets de la pensée humaine", et de "personne indigente moralement". Excusez l'hystérique du peu ! Les insultes - renouvelées- à la personne de Christiane Taubira ont laissé sans voix le PS qu'on ne peut pourtant soupçonner de sidération soudaine, tant il est coutumier de l'offense. L'opposition a rapidement réagi, à commencer par Gérald Darmanin lui-même. "Le terme indigent est fait exprès pour blesser. Mon histoire personnelle fait que les indigents de la République, cela me parle", s’indigne le maire du Nord, dont la mère n'est ni lectrice de Libération, ni bobo du Marais, mais femme de ménage. "Madame la garde des Sceaux n'est plus digne de rester à sa place", a-t-il ajouté.

Emmanuel Macron est un précédent du mépris socialiste des humbles
En septembre 2014, le ministre de l'Economie de Valls et ancien conseiller de Hollande avait traité d'"illettrés" les employés de l'abattoir Gad, dans la tourmente depuis 2013, "Il y a dans cet abattoir une majorité de femmes; il y en a qui sont pour beaucoup illettrées !"


Le cabinet d’Emmanuel Macron n’avait pas tardé à concéder que le ministre avait utilisé un terme "extrêmement blessant". Cette insulte d'un technocrate et ex-banquier aussi brillant qu'aisé confirmait le profond mépris dans lequel l'exécutif tient les Français lambda, puisqu'elle est proférée seulement quelques jours après la révélation par Valérie Trierweiler, ex-première concubine, selon laquelle Hollande qualifie les "gens de peu" de la formule irrespectueuse de "sans dents". Depuis, le cynique président socialiste nie se moquer de la douleur sociale.

Si ce que pensent certains de ce duel Taubira-Darmanin vous importe...

Les petits soldats de la majorité à l'Assemblée se lèvent pour Taubira.
VOIR et ENTENDRE Valls qui ne sait plus réagir autrement que par la colère: 
Chacun pense ce qu'il veut mais la presse nous fournit les éléments de pensée de faiseurs d'opinion. Christine Ockrent trouve cette escalade verbale navrante. Elle estime que la garde des Sceaux a surréagi et que dans le cadre d'un débat démocratique, elle aurait dû répliquer d'une manière plus politique. Et respectueuse ? Le silence s'impose aux pratiquants du mépris. 
"Christiane Taubira nous a habitué à manier la langue française avec une élégance peu commune. Cette débauche de mots est inutile."
Christine Ockrent, journaliste sur France Culture et i-Télé
Ivan Rioufol estime, quant à lui, que les propos du député-maire de Tourcoing sont justifiés, même s'il s'est exprimé d'une manière désagréable. La réponse de la ministre de la Justice est, selon lui, révélateur de ce qu'elle est.
"Elle instrumentalise avec une sorte de racisme à l'envers
la couleur de sa peau
."
Ivan Rioufol, éditorialiste au Figaro

Cette hargne de l'exemplaire Christiane Taubira font regretter ses silences sur les errements et les mensonges politiques de Hollande et Valls, ses camarades d'insulte.

Faut-il qu'elle prenne la même charrette que Geneviève Fioraso ?


 

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):