POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

jeudi 26 mars 2015

Déficit public de 4% en 2014 contre 4,1% en 2013: le pouvoir pavoise !

Mais la dépense publique totale a augmenté de 1,6% en 2014

Le déficit public français en 2014 est "moins élevé" que prévu, s'extasie l'AFP 
Le petit bout de Sapin
qui fait ricaner Taubira
"Enfin une bonne nouvelle sur le front de l'économie", commente Orange

"La France a enregistré en 2014 un déficit public 'un peu moins' élevé que prévu" et a revu en baisse son objectif pour 2015, ce qui devrait lui permettre de contenter la Commission européenne. Le gouvernement se réjouit aujourd'hui de son erreur initiale d'estimation à 4,4%.  La conjoncture lui permet un Produit intérieur brut (PIB) plus favorable et donc un déficit public moindre de 1% sur les 4,1% de 2013, selon les comptes nationaux dévoilés jeudi par l'INSEE.
Un recul marqué des investissements des collectivités locales explique "essentiellement" cette "légère réduction du besoin de financement des administrations publiques" en 2014 par rapport à 2013, précise l'INSEE. Ce dernier a également souligné un déficit public en valeur absolue de 84,8 milliards d'euros contre 86,4 milliards en 2013 et une diminution de 4,8 milliards d'euros des investissements des collectivités locales, à l'approche des départementales, avec la baisse d'activité économique correspondante.

Bercy se projette-t-il en 2015 avec plus de fiabilité qu'en 2014 ?

Les services de l'enchanteur Sapin estiment que ce frémissement budgétaire imprévu "a ouvert la perspective d'une révision à la baisse du déficit public en 2015, aux alentours de 3,8% du PIB", au lieu de 4,1% comme prévu jusqu'ici, a indiqué le ministre des Finances, Michel Sapin, qui n'a décidément pas peur de rêver, par communiqué, à 0,3% de mieux d'un coup.

Michou Sapin s'est relancé dans un poker de la communication 
Si les spéculations de Bercy sur un déficit de 4,0% du PIB se vérifient cette année, la France devrait donc remplir "avec un peu de marge" la condition fixée par la Commission européenne, estime Sapin.
"Le gouvernement est pleinement confiant dans sa capacité à ramener le déficit public sous 3% d'ici 2017, tout en confortant la reprise de l'activité et en finançant ses priorités", a déclaré le ministre des Finances et des Comptes Publics. Paris a promis à Bruxelles de passer dans deux ans sous ce seuil fixé par les traités.

Si le déficit a baissé, ce n'est pas le cas de la dette publique brute mesurée en pourcentage du PIB

Sapin promet que la dette française "n'atteindra pas" 100% du PIB...
"Nous n'atteindrons pas ce chiffre-là, parce que nous maîtrisons nos dépenses et nous maîtrisons notre dette", a assuré le ministre, interrogé sur i-télé. En fin d'année dernière, la dette publique française avait atteint 2.037 milliards d'euros.

Or, la dette publique brute 
 a atteint 95% du PIB fin 2014, contre 92,3% en 2013, selon le communiqué de l'Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE). 

Pour ce qui concerne le détail du déficit public, l'Institut de la Statistique a indiqué que la dépense publique totale a en outre augmenté de 1,6% en 2014. C'est son rythme "le plus bas depuis 1998", a indiqué le ministère des Finances. 
Vérification:

La dépense publique a atteint 57,2% du PIB l'an dernier contre 57% en 2013.
Les prélèvements obligatoires, en pourcentage du PIB, sont eux restés stables à 44,7%: ce sont les seuls intérêts de la dette à payer par les générations montantes, cette jeunesse que Hollande prétend privilégier.

Prévisions de l'évolution des dépenses publiques selon le projet de loi de programmation des finances publiques du Sénat pour les années 2014 à 2019:


 

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):