POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

vendredi 10 octobre 2014

Hollande: Batho remonte au créneau contre la politique du gouvernement Valls

L'ex-ministre de l'Ecologie s'apprête à étriller le président de la République

Delphine Batho va publier "Insoumise", un pamphlet politique duquel François Hollande ne devrait pas sortir indemne

L'ancienne ministre de l'Ecologie ne passe pas la brosse à reluire. 
Dans son bilan de l'action présidentielle, Delphine Batho (PS) condamne l'"abandon de l'idéal" socialiste par Hollande et sa perméabilité au lobbying des grandes entreprises.
Un tutoiement qui tue
"Cher François (...) Tu as organisé une sorte d'abandon de l'idéal (...) Ton échec le plus grave est d'avoir tourné le dos à tes idées (...) Au fond, tu le sais bien, il n'y aura pas de deuxième mandat pour toi (...) Tu n'as plus rien à perdre, alors pourquoi ne pas essayer de mettre le temps qui reste à profit ? (...) Essaie d'accomplir des réformes dont on puisse être fiers", lance-t-elle à la fin de son livre au chef de l'Etat.
VOIR et ENTENDRE D. Batho dénoncer les choix du budget 2014 qu'elle jugeait "mauvais":


Dans son bouquin, 
Delphine Batho raconte les conditions de son éviction du gouvernement de Jean-Marc Ayrault le 2 juillet 2013

Pour s'être publiquement plainte de la réduction des crédits de son ministère, Batho s'était faite limoger du gouvernement. Elle juge aujourd'hui que c'est la décision d'un "chef de gouvernement en mal d'ascendant".
Elle dédie d'ailleurs son livre "à toutes celles et ceux qui, comme moi, ont un jour été écartés, limogés, licenciés, virés". 
Elle avait pourtant commencé par pointer des collègues en juillet 2013: "Je pense que d'autres ministres que moi sont allés beaucoup plus loin!". "Pas plus tard qu'hier, Cécile Duflot est allée beaucoup plus loin", avait précisé Delphine Batho, avant d'insister: "je n'aurais pas dû être virée !" Dans un entretien du Monde, Cécile Duflot avait en effet réclamé à François Hollande "un véritable second souffle" en matière d'écologie. Avec son éviction du gouvernement, "je crois que le Premier ministre a voulu faire un exemple. Comme si j'avais été le bouc émissaire, peut-être, du flottement qu'il y a depuis un certain nombre de mois"...

Duflot-Filippetti-Batho
L'ex-ministre fait le récit de son année passée au gouvernement, à lutter contre les lobbies du secteur énergétique - Henri Proglio, PDG d'EDF, était le "ministre fantôme" de l'énergie, et Christophe de Margerie, patron de Total, montre que "le patron, c'est lui" -, deux grands patrons pourtant violemment agressés par la gauche at temps des années d'opposition.

Hollande aurait en outre sacrifié temps et énergie à une relation conflictuelle avec Arnaud Montebourg, alors ministre du Redressement productif.
En désaccord total avec le président sur le gaz de schiste, l'erreur de casting affirme avoir été prête, ainsi que sa collègue Aurélie Filippetti, à quitter le gouvernement si leur meneur, Arnaud Montebourg avait démissionné après avoir été désavoué sur l'aciérie de Florange en décembre 2012. Elle regrette qu'il ne l'ait pas fait, car il a été contraint de partir l'été dernier "dans de plus mauvaises conditions", suivi d'Aurélie Filippetti, la ministre de la Culture.

Le nouveau ministre de l'Economie n'échappe pas au carnage

A propos d'Emmanuel Macron, la ministre en disgrâce révèle que  "le tout-Paris des affaires chuchotait depuis longtemps qu'il se voit un jour président de la République".
L'amère Batho est moins virulente envers le premier ministre qui serait "le meilleur de sa génération" à ses yeux. Elle avoue toutefois que Manuel Valls l'a souvent "exaspérée par ses prises de position libérales".

L'aigrie est étrangement silencieuse sur l'actuelle ministre de l'Ecologie Ségolène Royal, dont elle fut très proche et avec qui elle est brouillée comme tant d'autres, mais qu'elle ménage, voyant actuellement en elle une candidate crédible pour 2017, bien que déjà vue. 

Batho se prépare-t-elle à soutenir une nouvelle candidature de S. Royal ?

Celle qui fut l'une des porte-parole de Hollande pendant la campagne présidentielle de 2012 est députée des Deux Sèvres, à la suite de Ségolène Royal, et devait garder le siège de son aînée au chaud, en cas de repli de l'ex-concubine de Hollande. Passée de la FIDL (au lycée ...Henri IV avec Mazarine Pingeot, la fille adultérine de François Mitterrand) à SOS Racisme, comme vice-présidente au côté du nouveau président Fodé Sylla, mouillé dans l'affaire de la MNEF et dans une sombre affaire de stupéfiants suite à des dépêches mensongères de l'AFP en 2007, cette originaire des Deux-Sèvres donc devint conseillère de Ségolène Royal, candidate à l'élection présidentielle de 2007, pour les affaires de sécurité.

Batho miserait  sur ce cheval  de retour
Ministre le temps d'un seul printemps,  mais quadra en 2017, Batho se verrait bien à nouveau responsable du projet de Ségolène Royal, comme lors des primaires "citoyennes" de 2011.
Ségolène Royal aura-t-elle un tel besoin de Batho qu'elle puisse passer sur leur brouille? Son ex-mentor, Ségolène Royal, a eu la dent dure contre elle après son éviction, rappelant qu'il faut "jouer collectif" quand on est membre du gouvernement et assurant que "l'écologie ne se résume pas à un budget".
"Je ne veux pas commenter... Je crois que Ségolène Royal s'enferme dans une forme de rancoeur", avait laconiquement tancé Delphine Batho.

Delphine Batho traîne une casserole
Jeudi 19 avril 2012, le Collectif Jeudi Noir dénonçait l'occupation d'un logement social de la Ville de Paris, par Delphine Batho, porte-parole de François Hollande.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):