POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 17 septembre 2014

Vote de confiance : Valls sort affaibli d'une majorité toute relative

Dans la majorité présidentielle, tout fout le camp !

Les prévisionnistes de Matignon avaient sous-estimé le nouveau rapport de force à l'Assemblée nationale.
 

Vote de confiance : la répartition des voix

Votes pourVotes contreAbstentions26924453
Infographie : RTL.fr

Adieu les 270 voix sur lesquelles Manuel Valls tablait: il était convaincu de voir les frondeurs passer sous les 30, lors du vote de confiance. C'est raté!  

Les parlementaires ont accordé leur confiance au Premier ministre par 269 voix contre 244, loin du seuil symbolique de la majorité absolue (289 voix). Et les députés socialistes étaient même trois fois plus nombreux à s'abstenir que le 8 avril dernier. Le vote de la majorité marque un virage avec le triplement des abstentions au sein du groupe socialiste, 32 députés PS n'ont pas voté la confiance ce jeudi, contre 11 en avril, et l'abstention massive  des écologistes  - 17 en septembre (sur 18) contre 10 en avril.
Jean-Marc Germain (époux Hidalgo) et Christian Paul, parmi les leaders du mouvement de fronde, sont passés d'un vote favorable à Manuel Valls le 8 avril à l'abstention cinq mois plus tard. Leur opposition s'est radicalisée et formalisée depuis. Parmi les abstentionnistes, outre Laurent Baumel, Hervé Féron, Serge Bardy, Jean-Pierre Blazy, Kheira Bouziane-Laroussi, Dominique Chauvel, Daniel Goldberg, Edith Gueugneau, Mathieu Hanotin, Christophe Léonard, Michel Pouzol, Denys Robiliard et Michel Vergnier n'ont pas fait non plus confiance au premier ministre mardi.

Le chef du gouvernement doit donc composer avec le vote de confiance le plus faible depuis 1986. À partir d'aujourd'hui, la majorité absolue ne sera plus automatique à l'Assemblée nationale. 

Valls va devoir batailler pour tenir

Les enfumeurs du Premier ministre assurent le service après-vente. 
"Cette majorité est celle qui est nécessaire pour tous les textes importants qui sont devant nous. Le budget de la Sécurité sociale, la loi sur le vieillissement, la loi sur la transition énergétique", veut croire le secrétaire d'État aux Relations avec le Parlement Jean-Marie Le Guen
"Je ne pense pas que le feuilleton de l'incertitude du gouvernement soit très crédible. Les choses sont positives", assure le député Christophe Borgel.

L'heure des doutes a sonné. 
Matignon s'attend à devoir batailler sur chaque texte. La majorité au Sénat risque fort de basculer à droite. 

Le recours à l'arme de l'article 49.3 n'est plus tabou. Cela permettrait au gouvernement de faire adopter un texte sans passer par l'Assemblée nationale. Un passage en force dont a beaucoup usé Michel Rocard. Le mentor de Manuel Valls y a eu recours 28 fois lors de son passage à Matignon.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):