POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mardi 16 septembre 2014

Prix du gazole: les salariés vont payer l'écotaxe

Les plus modestes incités à préférer le diesel plus propre et moins cher paieront plus

L'écotaxe passe à la charge de tous les Français
Royal S tente de faire supporter l'écotaxe
par 60% des Français sans distinction
Le gazole devrait coûter 4 centimes de plus à la pompe l'année prochaine. Cette piste pour compenser l'écotaxe est inéquitable.

L'écotaxe (poids lourds) pour tous ! Les Français dénoncent la hausse "sérieusement envisagée" du prix du gazole, de 2 centimes par litre, auxquels s'ajoutent 2 autres centimes imputables à la taxe carbone. 4 centimes sur un litre qui oscille entre 1,25 et 1,60 euros en France, pour un carburant toujours aussi exagérément critiqué pour sa pollution aux particules fines et à l'oxyde d'azote, en dépit de l'immense chemin parcouru pour l'amener à presque rien sur les véhicules récents.

"Après les actions des 'bonnets rouges', il fallait s'y attendre, soupire un internaute. Au lieu de faire payer les transporteurs, et surtout les étrangerspiste évoquée par Ségolène Royal, mais rejetée, ce sont les salariés français qui vont payer
Sur la même longueur d'ondes, un autre renchérit: "Les socialistes parlent souvent de justice sociale, c'est un fait. Phase n°1: "écotaxe" pour les poids lourds. Taxe annulée ou reportée pour le moment donc. Phase 2: on reporte le montant de cette taxe sur le prix du gazole pour tout le monde, soit les ménages. Logique socialiste. Et ils s'imaginent que nous sommes dupes?"

Le dialogue n'a lieu que sur la toile

Sur les réseaux sociaux, la France profonde lâche des commentaires virulents, mettant en cause la validité même de la sanction du diesel par la taxe. Ainsi, lit-on: "On oublie d'évoquer la nouvelle norme Euro 6 qui rend le gazole plus propre." 
 
Certains internautes ironisent sur le coût effectif pour le consommateur d'une hausse de 4 centimes par litre. Ainsi, un lecteur du Figaro qui ne connaît visiblement pas les fins de mois difficile, raille : 
Distance moyenne parcourue: 15000 km par an et par petit Français, soit 900 litres de gazole.
Augmenter de 4 centimes, ça nous emmènerait à un prélèvement de...36 euros par an.
C'est vraiment du lourd.
Mais bien entendu ça va faire une révolution.
A côté de ça les Français se font pomper des milliers d'euros sur des impôts délirants qui augment infiniment plus en dérivée naturelle, mais là surtout ils ne disent rien.
Pathétique.
A la différence de Bercy, ce comptable finaud n'a ni addition, ni multiplication sur sa calculette.

Enfin, certains Français qui sont passés au travers de la sur-fiscalisation sont pour une plus forte taxation. Un socialo-godillot (non frondeur ou écolo) rappelle qu'en 2012 l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a officiellement reconnu les moteurs diesel comme étant "cancérogènes certains".Tel anonyme pointe en revanche "les dangers» du méthyle tertiobutyl éther (MTBE, un additif présent dans l'essence) et appelle à "en prendre conscience". Et un autre d'opposer qu'il "n'est pas une cause de pollution de l'air". Des organisations de santé américaines pointent en effet davantage les problèmes de pollution de l'eau liés à cet additif.
Bénéfice escompté sur les futurs véhicules équipés: une division par deux des émissions d'oxydes d'azote.

Les incohérences qui tuent

Favorisé par une politique fiscale avantageuse et des avancées technologique en matière environnementale,
le diesel s'est fortement développé en France : il équipe moins de 60 % de notre parc automobile aujourd'hui, contre à peine plus du quart en 1995. Réputé meilleur pour l'air que le moteur à essence en générant moins de CO2 au kilomètre, le diesel émet en revanche des particules fines.
Ces particules, émises aussi par le chauffage au bois et par l'industrie, seraient en France à l'origine de quelque quarante-deux mille morts prématurées chaque année, selon le ministère de l'écologie. Mais déboisant d'immenses espaces de forêts au nom des bio-énergies, des municipalités vertueuses s'équipent en chaudières à granulés de bois et mixtes (bûches/granulés). Ainsi, à Chartres, la piscine de La Conterie et les serres municipales sont équipées de chaudières à bois. A Milly-la-Forêt, la société coopérative "d'intérêt collectif" (sic? Non, SCIC) lancée par le parc naturel régional (PNR) du Gâtinais, s'inscrit dans une "démarche pionnière" en Ile-de-France, nous dit-on. Dans le Gâtinais (36 villes de l'Essonne, 33 en Seine-et-Marne), c'est le parc naturel régional (PNR, avec 69 communes adhérentes et 82000 habitants) qui fournit le bois qui pollue

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):