POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

lundi 15 septembre 2014

Gestion catastrophique des cantines scolaires du 12e par la mairie PS

La maire PS vire le patron de la caisse des écoles du 12e au bord de la cessation de paiement
La nouvelle maire du 12e arrondissement de Paris a été obligée de se débarrasser du patron de la caisse des écoles du 12e arrondissement de Paris, 
Jean-Jacques Hazan, que Bertrand Delanoë lui avait laissé sur les bras.

Ce proche du PS avait déjà dû quitter  ses fonctions de président de la Fédération des conseils de parents d'élèves (FCPE) après cinq ans, il y a quelques mois, à la suite de dissensions internes. Le collectif "Ambitions FCPE", né il y a deux ans, dénonçait en effet sa gestion calamiteuse de rapport en rapport et l'accusait par d'autocratie et de soutien aveugle au ministre Peillon.


Jean-Jacques Hazan avait pourtant été fait chevalier de la Légion d'honneur ! 

C'est ainsi que, par décret du 18 avril 2014, juste avant son départ précipité, Vincent Peillon lui avait remis les insignes de chevalier. "Ce sont deux choses distinctes. Ce n'est pas nous qui attribuons les médailles, se défend-on au cabinet de la maire de Paris. C'est un organisme indépendant de la Ville de Paris qui possède la personnalité morale. La mairie n'avait pas à connaître particulièrement sa gestion. C'est à l'occasion d'un dialogue de gestion entre 2012 et 2013 que nous nous sommes rendu compte d'un certain nombre d'irrégularités."

Risque de cessation de paiement

JJ. Hazan et H. Désir
La mauvaise gestion dure pourtant depuis 2006, selon un rapport de l'Inspection générale (IG). Preuve s'il en est que la mairie était déjà au courant de la situation financière désastreuse de la caisse : elle lui a attribué à plusieurs reprises des "aides exceptionnelles" d'un total de plusieurs centaines de milliers d'euros, entraînant des débats houleux avec l'opposition. Pendant toutes ces années, Jean-Jacques Hazan n'est pas un inconnu. 

L'ex-président de la FCPE gravite dans la sphère socialiste depuis longtemps. 
Ancien camarade de route du trotskiste Jean-Christophe Cambadélis à l'UNEF dans les années 80, il s'intéresse rapidement aux affaires éducatives. Jusqu'à devenir, en 2001, conseiller auprès d'Éric Ferrand, adjoint de Delanoë à la vie scolaire. Lien Le Parisien : c'est "l'homme qui connaît certainement le mieux l'école à Paris et ses petits tracas".
 ©  DR

La caisse des écoles du 12e arrondissement gère 12 centres de production de repas, 51 salles de restauration à destination des élèves du premier degré, des collégiens et des lycéens. Au total, elle représente 1,5 million de repas servis en 2012. Et assure ainsi la restauration scolaire de 9.600 élèves avec un budget de l'ordre de 10 millions d'euros
Or, la caisse d'endette  depuis de nombreuses années, et ce, avant l'arrivée de Jean-Jacques Hazan à sa tête en 2002. La peur de voir la caisse entrer en cessation de paiement à la fin de l'année 2014 a poussé la mairie à prendre des mesures radicales pour évincer son patron. Jean-Jacques Hazan avait pourtant été nommé en 2008 pour redresser une situation financière devenue incontrôlable sous la présidence de Faride Hamana.

"Chef d'orchestre d'une organisation gérée au jour le jour"

En août 2013, un audit interne est enfin lancé par la mairie. Le résultat est sans appel : "Le directeur de la caisse est le chef d'orchestre d'une organisation gérée au jour le jour en fonction des besoins immédiats.Le rapport révèle qu'entre entre 2008 et 2012 les dépenses globales ont progressé de près de 30 %, quand les seules dépenses d'alimentation ont augmenté de moitié. Il n'y a plus de  depuis 2006. "La part des achats hors marché est de 100 %", soutiennent les services de la mairie. 

Mieux. "La diététicienne a été chargée de rédiger les pièces de marché, mais elle a indiqué ne pas connaître la réglementation", souligne le rapport. Dépenses "systématiquement sous-évaluées", "recettes surévaluées", sur-effectif de l'ordre de vingt agents... Les dérives sont impressionnantes. 
Notant des "problèmes récurrents dans la gestion de cet établissement", après six années, Bertrand Delanoë demande en janvier 2014 un audit de l'Inspection générale pour approfondir l'analyse de ces services, avant son départ de la mairie. Là encore, le rapport est troublant. La mission conclut à "un risque de cessation de paiement à court ou moyen terme, peut-être même dès la fin de 2014".

Un "phobique administratif  comptable"

Le directeur de la caisse "n'a jamais cherché à redresser la situation financière par des mesures d'économies appropriées", assure l'IG, qui relève également un risque d'une "exploitation médiatique importante". Il faut "éviter toute cessation de paiement de la caisse qui mettrait à mal la continuité du service public de la restauration scolaire", précise-t-elle. La responsable comptable, qui aurait pu donner l'alerte depuis bien longtemps, reconnaît elle aussi qu'elle a été formée "sur le tas". 
Dès les premiers résultats de la mission, le 21 mai 2014, la mairie suspend de ses fonctions Jean-Jacques Hazan. "Il a aujourd'hui été licencié", ajoute un proche d'Anne Hidalgo. Selon l'entourage de la maire, un signalement a même été fait "avant l'été" auprès du procureur de la République. Une direction intérimaire a pris la tête de la caisse des écoles et tente d'assainir ses finances. 

Pour toutes ces lacunes, en matière de gestion budgétaire et d'absence de marchés publics, "la responsabilité du directeur paraît donc, sur ce point, pleine et entière", insiste encore l'IG. Si aucun enrichissement personnel n'est relevé par la mission d'audit, les services de l'Inspection concluent leur rapport par une dernière bombe : "Le risque d'image, lié à une éventuelle procédure pénale, ne doit pas être sous-estimé. 

En pratiquant hors le cadre légal, le directeur de la caisse a aussi fait courir un risque de mise en cause de l'ex-présidente de la caisse des écoles et ex-maire du 12e arrondissement." Il s'agit de Michèle Blumenthal, née en 1943, qui avait ravi la mairie à la droite en 2001, permettant ainsi à Delanoë de prendre les clés de Paris et réélue dans le 12e arrondissement en 2008 jusqu'en avril dernier.

Reste à recaser Jean-Jacques Hazan à l'Inspection générale...

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):