POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

jeudi 7 août 2014

Les radicaux menacent de claquer la porte du gouvernement Valls

Le MRG dénonce une absence de concertation

Les trois représentants du Parti radical au gouvernement claqueront la porte si la réforme territoriale n'est pas amendée
 
affirme Jean-Michel Baylet, président du parti radical de gauche, dans un entretien au Nouvel observateur.

La gauche plurielle est fort singulière: le président Hollande serait-il un diviseur? Les communistes ne sont jamais entrés au gouvernement, les écologistes l'ont quitté en avril dernier et les radicaux de gauche menacent désormais de le quitter aussi. 

Les trois ministres et secrétaires d'Etat radicaux sur le départ 

Les départs de Sylvia Pinel (ministre du Logement, ci-contre à droite), 


Annick Girardin (secrétaire d'Etat en charge du Développement et de la francophonie

et Thierry Braillard (secrétaire d'Etat aux sports, ci-contre à gauche) ne semblent pas devoir provoquer un séisme politique.

 
Ils porteraient néanmoins un coup à l'image de François Hollande qui se retrouverait alors à la tête d'un exécutif 100% socialiste. Jean-Michel Baylet en joue d'ailleurs. Pendant les discussions menant à la formation du gouvernement Valls en avril dernier, le sénateur du Tarn-et-Garonne avait déjà fait ce chantage pour peser dans les négociations, avant de rentrer dans le rang.

Le PRG cherche à peser sur la réforme territoriale

Elle inquiète fortement ce parti comme les autres, très attachés à leurs mandats territoriaux qui assurent le maillage du pays. 

Jean-Michel Baylet pose d'ailleurs deux exigences.
L'une est déjà en discussion: le maintien des départements dans les zones rurales. 
La seconde porte sur la représentativité des campagnes françaises: le président du PRG souhaite qu'à l'avenir plus de conseillers régionaux les représentent.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):