POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

vendredi 15 août 2014

Isabelle Mergault dénonce les imposteurs Nicolas Bedos et Stéphane Guillon

Rififi chez les artistes

"Ces chroniqueurs critiquent un système dont ils font partie",
 
souligne l'actrice et auteur Isabelle Mergault, citant Nicolas Bedos et Stéphane Guillon au détour d'un entretien.

Nicolas Bedos et Stéphane Guillon sont-ils de faux rebelles ? C'est en tout cas ce que pointe Isabelle Mergault. L'auteure de trois pièces et chroniqueuse chez Laurent Ruquier et réalisatrice de films comme "Je vous trouve très beau" (2005) avec Michel Blanc ou "Donnant Donnant" (2010) porté par Daniel Auteuil, était interrogée par  TV Mag à l'occasion de sa participation à "La boîte à musique" de Jean-François Zygel sur France 2.

Interrogée sur les différents animateurs de radio et de télévision avec lesquels elle a travaillé, Isabelle Mergault a successivement évoqué Philippe Bouvard avec qui elle a travaillé dans "Les Grosses Têtes" mais aussi Laurent Ruquier. "Philippe Bouvard m'appelait sa 'petite Mergaulliette'; c'était un solitaire, aux amitiés masculines", a-t-elle confié à propos de l'animateur de RTL. "Laurent Ruquier vit avec sa bande; elle est vraie et cela se sent", a-t-elle ensuite commenté concernant son successeur aux commandes des "Grosses Têtes". Mais l'actrice connue pour son chuintement et ses tweets fantasques a aussi glissé un petit mot gentil à destination de l'animateur de D8 et Europe 1, Cyril Hanouna : "Cyril Hanouna aussi me fait rire, il n'y a pas d'imposture, il est rapide", a-t-elle expliqué.

"Qu'ils aillent voir les prisons chinoises"

Isabelle Mergault, connue pour son franc-parler, a ainsi pointé "ces chroniqueurs qui critiquent un système dont ils font partie". Et de citer Nicolas Bedos et Stéphane Guillon qu'elle dit pourtant apprécier. Isabelle Mergault a ainsi dénoncé l'esprit rebelle affiché par les deux hommes, tous deux connus pour leurs prises de positions souvent provocantes. Rappelons ainsi que Nicolas Bedos a multiplié cette année les prises de position lors de ses chroniques dans "On n'est pas couché" notamment. Quant à Stéphane Guillon, il a à de multiples reprises dénoncé la censure qui avait provoqué son renvoi du poste de chroniqueur à France Inter en 2010.
Loin de louer leur audace, Isabelle Mergault a ainsi critiqué ce qui semble pour elle relever de la posture. "Ils sont payés, maquillés et préparés pour la télé ou la radio. Où est la provocation?" a-t-elle interrogé à propos de Nicolas Bedos et Stéphane Guillon. Et de tacler : "Ils doivent juste ne pas aller trop loin. Ils crient à la censure, mais qu'ils aillent voir les prisons chinoises".

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):