POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mardi 22 juillet 2014

Violences pro-palestiniennes: Cazeneuve regrette mardi les interdictions qu'il assumait lundi

Reculade du gouvernement Valls devant les pro-Hamas

Paris, Sarcelles: Cazeneuve "assume totalement" l'interdiction des manifestations pro-palestiniennes


 Hollande prend le risque d'une importation du conflit israëlo-palestinien 
en France

Dimanche, de violents heurts se sont déroulés en marge d'une manifestation de soutien à la Palestine, organisée à Sarcelles, dans le Val-d'Oise, par l'extrême gauche ( Front de gauche, la CGT, le NPA et France-Palestine-Solidarité, sans compter des éléments d'EELV). La veille, une autre manifestation avait été l'occasion de débordements violents au coeur de Paris, dans le quartier de Barbès (XVIIIe arrondissement). 
Barbès, dans 2e arrondissement
socialiste de Paris
Au lendemain de ce week-end mouvementé, le 21 juillet 2014, Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, était l'invité d'Apolline de Malherbe sur RMC et BFMTV. Il était venu afficher sa détermination à empêcher les actions terroristes sur le territoire français, justifiant la décision controversée du gouvernement d'interdire ces manifestations pro-palestiniennes.

VOIR et ENTENDRE le ministre de l'Intérieur de Hollande assumer l'interdiction de manifester en république socialiste:


Les violences 
des manifestants auraient été "pires" sans interdiction
Des antifa se joignent aux pro-Hamas à Barbès

VOIR et ENTENDRE le ministre de l'Intérieur considérer que le pire a été évité:


 
Bernard Cazeneuve regrettait-il sa décision d'interdire les manifestations de ce week-end? 
Emeutes pro-Hamas, à Sarcelles
"Non , j'assume totalement la décision qui a été prise", avait-il affirmé. Selon lui, ce n'est pas l'interdiction qui a entraîné les heurts. Le ministre de l'Intérieur mettait en effet en avant des violences "préalables" qui ont eu lieu lors de manifestations qui avaient été autorisées. Il a aussi assuré avoir eu des "éléments d'informations concernant des risques d'affrontements". Bernard Cazeneuve, pour illustrer son propos, a parlé des violences qui ont eu lieu le 13 juillet dernier, avec des "propos (...) tenus qui sont des incitations à la haine". Il a produit un tract antisémite récupéré sur du mobilier urbain de Sarcelles, invitant à une descente punitive armée sur le quartier juif de la ville.

Sur Europe 1,
la veille du rassemblement parisien de l'extrême gauche pro-palestinienne à Barbès, le 19 juillet, Cazeneuve avait justifié son interdiction de l'exercice du droit de manifester:


Bernard Cazeneuve : "Je suis aussi le ministre... par Europe1fr


Pro-palestinien assumé au cours du même entretien, le ministre s'était réservé le droit à la volte-face.
Il y a, selon Bernard Cazeneuve, "une infime minorité" des Musulmans de France qui sont "radicalisés"
Manifestation pro-Morsi à Paris, le 17 août 2013
"Cela d'ailleurs choque les représentants de l'Islam de France", a assuré le ministre. "Il y a une immense majorité des Musulmans de France qui condamnent", a-t-il continué. "En France, les Musulmans sont attachés à la République." "Ils se sentent eux-mêmes exposés" par les heurts de ces derniers jours, assure Bernard Cazeneuve: "Ils voient bien les conséquences que cela peut avoir pour eux-mêmes." "Ces petits voyous qui cassent à Sarcelles ou ailleurs ne sont pas représentatifs de ce qu'est l'Islam de France."
Si les manifestations "peuvent se tenir" sans risque de trouble à l'ordre public, "elles se tiendront", avait-il annoncé. "Si ce n'est pas possible, je prendrai à nouveau mes responsabilités", a continué Bernard Cazeneuve. En dépit des dégâts constatés dans Sarcelles et notamment sur les commerces juifs, le ministre assurait que la situation était "sous contrôle". "Les forces de l'ordre étaient présentes et elles ont maîtrisé la situation.""Les synagogues ont été protégées ce week-end", a affirmé le ministre, ignorant la participation de la LDJ (Ligue de Défense Juive) mobilisée pour la protection du centre cultuel.

Le changement, c'est aussitôt

Dès le lendemain, le même ministre du même gouvernement socialiste annonce que
la prochaine manifestation pro-palestinienne, demain mercredi sera autorisée... Malgré l'interdiction de deux manifestations pro-palestiniennes ce week-end, et 11 terroristes toujours en garde à vue après les incidents de Sarcelles, de nouveaux rassemblements sont prévus cette semaine.  
VOIR et ENTENDRE le ministre de l'Intérieur de Hollande expliquer son revirement et s'engager à ce que l'encadrement de la manifestation pro-Gaza de ce mercredi soit fiable...

A Paris, les organisateurs seront portant les mêmes: le cortège se réunira à l'appel du Collectif national pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens , qui regroupe un large réseau d'associations, de syndicats et de partis d'extrême gauche, républicaine ou non, parmi lesquels le Parti communiste (PCF), le Nouveau parti anticapitaliste (NPA), Europe Ecologie-Les Verts (EELV), la Ligue des droits de l'homme (LDH) ou le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap). 
La CGT n'est pas citée, mais ses nervis sont mobilisés depuis le début et son rôle n'est pas très clair.


Edito de Christophe Barbier - M
anifestation pro-palestinienne à Paris: interdire, et après?

Les manifestations annoncées en région
 


A Lyon
 - Une manifestation devrait se tenir mercredi à 18h00 sur la place des Terreaux. Elle est initiée par le Collectif 69 de soutien au peuple palestinien, qui regroupe une trentaine d'associations, de partis et de syndicats. Il était déjà à l'origine de deux précédents rassemblements, qui ont réuni pacifiquement plus de 5.000 personnes le 12 juillet et 4.000 samedi.

A Toulouse - Une manifestation pourrait avoir lieu ce mercredi à 18h30 dans le centre-ville, à l'appel du collectif Solidarité Palestine

A Lille - Ce mercredi, à 18 heures, une manifestation pourrait se dérouler sur la Grand'Place, à l'appel de l'Association France Palestine solidarité 59/62 (AFPS).

A Reims - Un mouvement pourrait se tenir ce mercredi à partir de 19 heures à l'appel de l'antenne locale de l'Association France Palestine solidarité.

A Dijon - Une manifestation pourrait également se dérouler ce mardi à 18h30, sur la place de la République, à l'appel du Collectif 21, déclinaison locale du Collectif national pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):