POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

samedi 26 juillet 2014

Parade aux risques de conflits d'intérêts: révélation des déclarations des parlementaires

Après les ministres, les parlementaires 

10% des sénateurs et des députés exercent une activité dans le privé
Comme à la fin juin pour les membres du gouvernement, les déclarations d'intérêt des députés et sénateurs viennent d'être mises en ligne jeudi par la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (Hatvp: lien de recherches). Désormais chaque citoyen peut donc se rendre sur le site de l'autorité pour scruter les activités exercées par les élus et se faire une idée de leurs revenus. Pour la première fois, 577 députés et 348 sénateurs ont dû cette année faire l'étalage de leurs intérêts.
Décriée par un grand nombre, certains parlementaires ont même parlé d'inquisition, l'opération permet en tout cas de tirer d'ores et déjà plusieurs conclusions. Tout d'abord, dans leur grande majorité, les élus se contentent de leurs mandats. Dans un entretien, le président de la Hatvp, Jean-Louis Nadal, explique que les élus ne sont qu'un peu plus de 10% à exercer une activité dans le privé en marge de leurs fonctions électives.

Les patrons dans le collimateur

Certains élus présentent des situations spectaculaires et si minoritaires qu'ils soient, ils retiennent l'attention d'une certaine presse, bien que leur mandat ne soit pas -et de loin- motivé par le lucre !

Ainsi
les 56.389 euros perçus au Sénat par Serge Dassault pèsent-ils peu dans la balance.
Le président du groupe Marcel Dassault a en effet touché 628.820 euros de salaire en 2013 et 6,4 millions d'euros de dividendes. Il faut dire qu'il évalue ses parts dans le groupe à 352 millions d'euros (valeur fiscale de l'usufruit).
Un peu moins connu du grand public,
Jean-Michel Baylet est aussi dans une situation confortable. Outre son mandat de sénateur radical de gauche, il est en effet l'héritier d'une entreprise de presse (groupe la Dépêche du Midi). Jean-Michel Baylet a ainsi déclaré plus de 700.000 euros de revenus pour 2013.

De nombreux avocats

Les avocats sont plus nombreux que les grands patrons sur les bancs de l'Assemblée et du Sénat. Jean-Louis Nadal en recense une quarantaine, dont certains très en vue dans les media. 
Ses fonctions d'avocat ont rapporté 184.734 euros à Jean-François Copé en 2013 (jusqu'au 30 juin) et 313.703 euros en 2012. En 2013, Jean-François Copé a aussi perçu des droits d'auteur (11.939 euros) et a gagné 35.135 euros dans des conférences.
Enfin, autre avocat célèbre, Gilbert Collard, a déclaré plus de 390.000 euros de revenus en 2012 (date de son élection). En marge de ses activités juridiques, il a aussi bénéficié de plus de 100.000 euros de droits d'auteur de 2008 à 2012.

François Fillon a touché via sa société 2F Conseil 142.500 euros en 2013, 70.000 euros en 2012.

Pour ses activités de conseil et accompagnement en stratégie, Luc Chatel a touché 183.135 euros en 2013, 51.000 euros en 2012.

Les électeurs verront la gauche sous un nouveau jour...

Au Parti socialiste

Le député PS et président de l’Assemblée nationale
Claude Bartolone a indiqué sur sa déclaration que son épouse travaille à son cabinet comme chargée de mission. Adepte du faux-semblant, il a indiqué avoir "épousé (sa) collaboratrice et non embauché (sa) femme".

Le député PS des Bouches-du-Rhône
Patrick Mennucci a aussi l'esprit de famille et emploie lui aussi sa compagne comme collaboratrice parlementaire. Mais Maud de Bouteiller a aussi été directrice de cabinet de la mairie du 1er secteur de Marseille, qui n’était autre que Patrick Mennucci jusqu’en mars 2014. Au chômage ?

Quant à la sénatrice de Marseille
Samia Ghali, elle est l'épouse de Franck Dumontel, qui fut directeur de cabinet de Michel Vauzelle à la région, puis d'Eugène Caselli à la communauté urbaine...
La députée PS -et illettrée- Sylvie Andrieux, qui a maille à partir avec la justice, se déclare "Conseillère communautère".

Le député PS de Haute-Garonne
Christophe Borgel, indique que sa compagne est assistante parlementaire "à mi-temps." 

Le sénateur PS de l’Hérault Robert Navarro emploie son épouse Dominique comme attaché parlementaire.  Le Sénat a par ailleurs décidé de lever l'immunité parlementaire de Robert Navarro, impliqué dans un dossier d'abus de confiance touchant aux frais de fonctionnement de la fédération PS de l'Hérault.

Le sénateur PS du Tarn
Jean-Marc Pastor indique que son épouse, qui a été infirmière, est "assistante parlementaire à temps partiel".

La "souillon" du PS est le député député PS Eric Jalton, mais ...respectueux:

Chez les écologistes radicaux
La préférence familiale en matière d'emplois publics n'est pas moins impérieuse à EELV.
Le député EELV des Français hors de France, le porte-parole et directeur de la communication (sept mois: 24.000 euros) d'Eva Joly, candidate EELV à l'élection présidentielle de 2012, Sergio Coronado, chilien d'origine, emploie comme attaché parlementaire Ricardo Coronado, son frère.

Chez les non-inscrits 
br>Le député d’extrême droite du Vaucluse et maire d’Orange Jacques Bompard emploie deux fils, Yann et Guillaume, comme collaborateurs parlementaires.

Le député non inscrit de l’Essonne et maire d’Yerres
Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la République, emploie lui aussi son épouse Valérie comme assistante parlementaire "100% à l’Assemblée nationale."

Le député apparenté FN du Gard Gilbert Collard emploie son épouse Anne-Marie Autard-Collard comme assistante parlementaire. 

D’autres ont le même nom de famille
Enfant ou membre de la famille élargie? Monique Iborra, la députée PS de Haute-Garonne et conseillère régionale de Midi-Pyrénées, indique employer Sophie Iborra comme attachée parlementaire à mi-temps.


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):