POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 11 juin 2014

Racisme supposé : le CRAN choisit ses cibles dans la police en ignorant D 8

Enquête ouverte sur des policiers se moquant en privé des Noirs

Le CRAN existe et le fait savoir
On notera les poings levés...
Le Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN) dénonce des policiers dont   le comportement est jugé moqueur des noirs en privé. Une enquête administrative de la "police des polices" a donc été ouverte en fin de semaine dernière et la presse s'empare de ces accusations.
Le CRAN a fait savoir par communiqué qu'il a demandé la semaine dernière à être reçu par le ministre de l'Intérieur. Il attend de Bernard Cazeneuve des explications sur une soirée privée réunissant des policiers "où l'on s'amuse à mimer des Noirs dans la vieille tradition raciste des spectacles 'blackface'", ces spectacles du XIXe siècle aux Etats-Unis mettant en scène des caricatures théâtrales de Noirs.

Le CRAN indique avoir été alerté de ces faits par l'ancien délégué interministériel pour l'égalité des chances des Français d'outre-mer. Claudy Siar affirme qu'une militante policière anonyme s'apprête à porter plainte.

L'association partisane livre d'ores et déjà ses commentaires dans son communiqué, avant même que l'Inspection générale de la police nationale (IGPN, "polices des polices") saisie mardi d'une enquête administrative par la Direction générale de la police nationale (DGPN) ait conclu sur le bien-fondé de ces accusations. Si les soupçons étaient avérées, "ce serait une honte terrible pour la police nationale", ajoute-t-elle prématurément
La crédibilité du CRAN est toutefois contestée par ses prises de positions. Il est en effet accusé d'entrisme communautariste en politique. En mai 2011, Patrick Lozès, après avoir quitté la présidence du CRAN, annonça son intention de se présenter comme candidat à l'élection présidentielle 2012. En 2014, année des municipales et des européennes, le CRAN accusa les Pieds noirs d'être à l'origine du racisme dans le sud-est de la France. L'actuel président du CRAN, Louis-Georges Tin, un militant français impliqué dans la lutte contre l'homophobie et le racisme, est le fondateur du cercle de réflexion République et Diversité et de la Journée Mondiale contre l’Homophobie et la Transphobie. Il enseigne à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) à Paris.

De source proche de cette enquête, on a précisé mardi qu'une femme - qui n'est pas policière - a effectivement signalé
ces agissements, dont elle reconnaît qu'ils se sont déroulés, lors d'une soirée privée réunissant des policiers en civil et hors service, ce qui l'a "choquée". Il reste "à vérifier qu'il s'agit bien de policiers" et "si c'est avéré, ces faits sont graves", a dit la même source.

Le CRAN était en revanche absent en mars dernier

Cette association a ses têtes de turcs.
Dans sa chasse aux sorcières ciblée, le Cran a saisi le CSA en mai dernier, après une chronique présumée "xénophobe" d’Eric Zemmour. Patrick Lozès a été débouté. L'intellectuel est soupçonné de tous les maux et reste classé quatre étoiles à l'index de la "pensée unique", tandis que d'autres, étiquetés à gauche, ne sont jamais inquiétés.

Liste noire vs liste rose

Le CRAN n'a toujours pas sourcillé, en revanche, sur une chaîne nationale, trois mois plus tard. 
En condamnant vocabulaire et comportements selon les critères du  "politiquement correct", selon l'idéologie dominante et totalitaire, le CRAN sait mieux que le Sénégalais L.S. Senghor et l'Antillais Aimé Césaire. Ces poètes noirs ont tenté de réhabiliter le terme "nègre" aujourd'hui jugé infamant et la "négritude" qui reste taboue malgré leur volonté de promotion de cette identité et de cette culture.

Deux poids, deux mesures sectaire du CRAN
Le vendredi 21 mars 2014, Valérie Benaïm et Jean-Michel Maire se sont moqués des Noirs sur le plateau de "Touche pas à mon poste" (TPMP) en caricaturant les membres de la Compagnie Créole. Si la blague a fait rire leurs petits camarades parisiens de D8 ("magnifiques", s'extasiait Cyril Hanouna), sur les réseaux sociaux, elle a indigné les militants marxisants et altermondialistes qui ont poussé leurs cris d'orfraie coutumiers. 

Après coup, Benaïm, connue pour des participations à plusieurs émissions aux côtés d'Arthur et de Christophe Dechavanne, s'est excusée auprès des twittos (à défaut de leur demander de "bien vouloir l'excuser"...) et le très subtile Hanouna, producteur de l'émission, a affirmé que, pour danser sur le titre 'Au bal masqué', son chroniqueur "sosie" du chanteur de la Compagnie Créole, portait une "chemise de bûcheron" comme l'atteste la photo ci-dessus... Pour mémoire, en mars 2008, Valérie Bénaïm arriva sur Direct 8 pour une nouvelle émission-jeu intitulée Culture VIP, mais le jeu fut supprimé de l'antenne quelques semaines plus tard... Trop de qualité nuit (sans doute)...
Elle a pourtant mis tous les atouts dans son sac: elle a en effet été mariée à Olivier Hallé, producteur des premiers programmes de télé-réalité, de l'émission le Bachelor à La grande traversée, justement sur TF6...

Ainsi donc, les comiques troupiers de D8, chaîne populiste de la TNT, remettait au (mauvais) goût du jour les très controversés "minstrel shows" de la sombre époque de la ségrégation raciale aux USA. Des comédiens blancs se déguisaient alors en "nègres", comme on disait à l'époque, pour se moquer des esclaves dans des spectacles racistes de théâtre. Cette pratique théâtrale connaît un regain d'actualité dans les "soirées" arrosées: la transgression étant probablement une réaction au totalitarisme des milieux parisiens bien-pensants et vertueux, mais est estampillée raciste et de nombreux tweetos ont réagi avec force. On peut notamment lire : "être noir n'est pas un déguisement", " cessez de vous grimer en noir, c'est archi pas drôle. C'est du racisme ordinaire", "si vous pouviez ne pas vous déguiser en nègre, ma race n'est pas un masque", " il est temps de présenter vos excuses"...

" Y'a des professionnels de seconde zone qui viennent cachetonner "
avait lancé Gilles Verdez, l'un des chroniqueurs d'Hanouna, à l'adresse de son camarade Matthieu Delormeau, le 11 mars dernier, au cours d'un autre "Touche pas à mon poste" convivial. Gilles Verdez, ex-rédacteur en chef du Parisien et footeux (!), cachetonne à D8, comme Pulvar ou Bachelot. Mais il avait sabré Matthieu Delormeau en direct sur le plateau de TPMP, affirmant: "Votre job est dangereux pour nos ados et là vous me préoccupez parce que quand vous en parlez avec une certaine passion, vous n'avez pas l'air de prendre de recul. C'est dangereux pour la jeunesse, vous avez une responsabilité, c'est de rendre inculte des ados qui vont préférer vos daubes à la lecture et des choses plus intelligentes. Je vous trouve néfaste."
Quant au CRAN, vient-il "justifier" ses subventions ?
Reste que la daube de Hanouna, Verdez, Maire et Benaïm est à son goût.
Il suffit que le service soit assuré par le groupe Canal+ pour que le CRAN avale et digère tout...


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):