POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

lundi 16 juin 2014

Intermittents: l'aile gauche du PS manifeste contre le pouvoir socialiste


Des députés socialistes se désolidarisent de l'exécutif pour soutenir les grévistes 

Ils sont allés avec des intermittents défier la ministre devant  le ministère de la Culture 

Trois députés socialistes rebelles participeront à la manifestation des intermittents du spectacle organisée ce lundi 16 juin devant le ministère de la Culture. La manifestation organisée par désespoir à la tournure  des discussions rassemblaient plusieurs syndicats non-signataires (CGT et CFE-CGC) et avait pour but de fédérer l'opposition avant la réunion du Conseil national de l'emploi qui doit examiner une dernière fois la convention mercredi.

Pascal Cherki, proche de l'extrême gauche depuis l'Unef-ID, Fanélie Carrey-Conte, suppléante de la ministre millionnaire George Pau Langevin au poste de ministre de la Réussite éducative, et Pouria Amirshahi, d'origine iranienne, ont défilé sous les fenêtres d'Aurélie Filippetti  aux côtés des intermittents qui réclament la non-validation de la convention chômage négociée par les partenaires sociaux. Tous font partie du groupe de onze députés (Jérôme Guedj, Henri Emmanuelli, mentor de Benoît Hamon, Nathalie Chabanne, Jean-Pierre Dufau, Philippe Noguès, Barbara Romagnan, Gérard Sebaoun, Suzanne Tallard) qui a refusé de voter la confiance à Manuel Valls, le 8 avril. Le député PS Razzye Hammadi, battu aux municipales pour la mairie de Montreuil, fait également figurer la participation à la manifestation dans son agenda de la semaine.
Ces trois parlementaires frondeurs répondent à une invitation de la CGT spectacle, fer de lance du combat des intermittents côté syndical. Les trois députés socialistes souscrivent aux violents slogans du jour:  "Trahis", "dupés par la gauche"... Les intermittents du spectacle n'avaient pas de mots assez durs pour qualifier leur déception face à la politique culturelle du gouvernement.

Le gouvernement s'est de nouveau engagé à valider la convention ce lundi. 
Le ministre de l'Emploi "envisage d'agréer la convention du 14 mai et les textes qui lui sont associés", écrit le gouvernement dans un rapport remis au conseil national de l'emploi. La convention "entrera en vigueur le 1er juillet pour une période de deux ans" et "préserve le caractère spécifique du régime des intermittents du spectacle".

Dans la matinée, tandis que la maire socialiste de Lille Martine Aubry a pris fait et cause pour les intermittents, plusieurs dizaines de personnes, dont l'ancien ministre de la Culture Jack Lang, le romancier Daniel Pennac et le metteur en scène Stanislas Nordey ont manifesté place de la Concorde, à l'appel du directeur du théâtre du Rond-Point, Jean-Michel Ribes, ici au côté de l'ex-deuxième concubine répudiée du président.
Le directeur du théâtre subventionné a estimé que l'on ne peut pas penser uniquement en termes comptables... "La Culture rapporte beaucoup d'argent en France, il y a plus de gens qui travaillent dans la Culture que dans le secteur automobile. Ce n'est pas quelque chose qui ne concerne que les intermittents mais tous les citoyens", a-t-il estimé sur i>Télé.

La CGT a appelé également à amplifier les arrêts de travail pour cette journée.
Pour appuyer cette journée d'action, la grève a été reconduite lundi au Printemps des Comédiens de Montpellier (photo ci-contre) et à Lyon, les Nuits de Fourvière, jusque-là épargnées, étaient en grève lundi.
A la Comédie-Française, la représentation de "Phèdre" a été annulée tandis qu'à Toulouse, où le festival Rio Loco a été fortement affecté, onze lieux de culture - théâtres, cinémas et salles de musique - étaient en grève. Une vingtaine d'autres lieux de spectacle ou de tournage participaient au mouvement, selon la CGT-Spectacles.
Les marionnettistes des Guignols de l'Info ne participeront pas à l'émission du soir sur Canal Plus. Dans le secteur de l'audiovisuel, une trentaine de studios d'animation et de post-production sont en grève.


Après les enseignants sur le sujet des rythmes scolaires, Hollande réussit à s'aliéner ses plus fidèles supporters.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):