POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 18 juin 2014

Hollande devra réduire de moitié ses créations de 60.000 postes dans l'Education nationale

Supprimer 30.000 fonctionnaires par an, un sur deux, c’est le voeu de la Cour des comptes

Après le remplacement d'un sur deuxla non-création d'un sur deux  
Hollande contraint de faire du Sarkozy
Les Sages de la rue de Cambon alertent sur les risques de dérives du déficit public, qui pourrait atteindre 4% en 2014
La Cour des comptes a rendu mardi son rapport annuel sur la situation et les perspectives des finances publiquesSi elle veut réduire son déficit, la France va devoir réduire le salaire et le nombre de fonctionnaires, assurent les Sages de la rue Cambon. Ces experts recommandent donc de prendre le taureau par les cornes et de tailler dans le gras en supprimant 30.000 postes de fonctionnaires par an et de maintenir le gel du point d’indice. Objectif : réduire le poids d’un poste qui représente 23,2 % de la dépense publique et 13,3 % du PIB.

Les fonctionnaires à la diète ? 
Le socialiste Didier Migaud et ses collègues proposent de ne pas renouveler 30.000 postes de fonctionnaires partant à la retraite par an. Une diminution de 0,5% par an des 5,5 millions de fonctionnaires qui permettrait de dégager 850 millions d’économies supplémentaire par an. La Cour des comptes vise principalement les hôpitaux et les collectivités locales : 20.000 postes doivent disparaître, insiste l’institution. 
Les Sages préconisent aussi le non renouvellement d’un fonctionnaire sur trois partants à la retraite.

La cure d’amaigrissement concerne également l’Etat 

La Cour des comptes estime qu’il est possible de supprimer 10.000 postes dans les ministères en réduisant les effectifs  "non prioritaires", comme la Défense ou l’Economie, et en maintenant stable ceux des "prioritaires", comme l’Education, la Justice ou l’Intérieur. 

Travailler plus, gagner autant 
La Cour des comptes insiste par ailleurs sur la nécessité de continuer à geler le point d’indice considérant ce dernier comme "le levier budgétairement le plus efficace pour agir sur les dépenses de personnel". Toutefois, avec une inflation à seulement 0,5%, son efficacité tend à diminuer, précisent les Sages. Le gouvernement ayant besoin d’effets rapides sur les budgets, la Cour des comptes recommande "le gel temporaire des avancements" des agents publics, la suppression de certaines primes ou la diminution des heures supplémentaires.

La Cour des Comptes suggère également d’augmenter "la durée effective du travail dans les administrations". En effet, selon des études de l'institution, la durée effective du travail des fonctionnaires est inférieure à la durée légale. Elle propose donc "une augmentation du temps de travail effectif de 1 %, soit l'équivalent de la suppression de deux jours de congés, permettrait une économie pour l'ensemble de la fonction publique de 700 millions d'euros en réduisant les recrutements nécessaires". 
Les Sages préconisent également de rétablir "la journée de carence en cas de maladie" afin de réduire les absences dans la Fonction publique. L'abrogation du jour de carence, institué par la droite, ne date que de janvier 2014... 

Après les zigzags de Hollande, le retricotage de Valls ...

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):